Tour de vis sanitaire (actualisé) :

Covid-19 : pique-niques interdits, pass sanitaire étendu et contrôles renforcés


Publié / Actualisé
Le tour de vis sanitaire, visant à freiner la reprise épidémique, prend effet ce lundi 15 novembre. Les pique-niques et la pratique du bivouac sont de nouveau interdits sur l'ensemble du territoire. L'obligation de pass sanitaire est étendue à toutes les manifestations et les événements se déroulant sur l'espace public. Cela sera notamment le cas pour les braderies, les vide-greniers, les brocantes ou encore les marchés de Noël et les animations. A noter que le pass ne sera pas exigé sur les marchés forains. La préfecture annonce que "les contrôles relatifs au port du masque et au passe sanitaire seront significativement renforcés". (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Le tour de vis sanitaire, visant à freiner la reprise épidémique, prend effet ce lundi 15 novembre. Les pique-niques et la pratique du bivouac sont de nouveau interdits sur l'ensemble du territoire. L'obligation de pass sanitaire est étendue à toutes les manifestations et les événements se déroulant sur l'espace public. Cela sera notamment le cas pour les braderies, les vide-greniers, les brocantes ou encore les marchés de Noël et les animations. A noter que le pass ne sera pas exigé sur les marchés forains. La préfecture annonce que "les contrôles relatifs au port du masque et au passe sanitaire seront significativement renforcés". (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

C'est pour freiner la propagation du virus que le préfet a décidé de renforcer les mesures de freinage. Le nombre de cas positifs augmente sans interruption depuis le samedi 23 octobre. Ce vendredi, le taux d'incidence (nombre de contamination pour 100.000 habitants) s'affichait à plus de 160.  Le seuil d'alerte pour cet indicateur est de 50 cas pour 100.000 habitants. Les autres indicateurs (taux de positivité et taux de reproduction du virus) sont eux aussi en nette augmentation.

"Les premiers impacts de cette reprise épidémique sont désormais perceptibles sur le système hospitalier, avec un doublement en une semaine des admissions en réanimation et en médecine Covid pour des patients essentiellement non vaccinés" a commenté le préfet dans son communiqué publié vendredi.

Lire aussi : Covid-19 : les pique-niques et les bivouacs de nouveau interdits à compter de lundi

L'accalmie sur le plan épidémique aura donc été de courte durée. Début octobre alors que le taux d'incidence était de 26 ca pour 100.000 habitants, soit largement en dessous du seuil d'alerte, le préfet avait levée la quasi totalité des restrictions. Ainsi, dès le  lundi 4 octobre, le couvre-feu avait totalement levé, fermées depuis 18 mois, les boîtes de nuit avaient été autoriséses à rouvrir leurs portes. L’autorisation de regroupements, pique-niques y compris,  dans l’espace public était portée de six à dix personnes. Les jauges dans les commerces avaient été supprimées et masques n'étaient plus obligatoire dans les écoles ainsi que sur la voie publique

Lire aussi : Retour (peut-être) vers la vie d'avant le Covid-19

Les indicateurs avaient recommencé à augmenter quelques jours plus tard. Consésquence : dès le samedi 6 novembre le masque était de nouveau de nouveau obligatoire dans l'espace public. Il doit également être porté dans tous les établissements recevant du public en intérieur comme en extérieur, y compris pour les établissements recevant du public (ERP) soumis au pass sanitaire. Les écoliers du CP au CM2  ont du eux aussi remettre leur masque, en intérieur comme en extérieur

Lire aussi : Covid-19 : le masque fait son retour dans la rue et à l'école

Les les nouveaux chiffres de la situation sanitaire seront publiés, comme à l'accoutumée, ce mardi. Ils seront une indication concernant un allégement - peu probabe à ce stade -, ou un renforcement des resctrictions.

En attendant, voici ce que vous pouvez faire, ou non

• Port strict du masque en tous lieux

En intérieur le port du masque est en effet obligatoire pour toutes les personnes âgées de 11 ans et plus dans tous les établissements recevant du public (y compris ceux soumis au passe sanitaire).

En extérieur, il est obligatoire que ce soit sur la voie publique ou en tout lieu disposant d’un extérieur.

• Extension du pass sanitaire

Désormais, toutes les manifestations et les évènements exceptionnels se déroulant sur l’espace public ne seront autorisés que si l’organisateur met en œuvre le passe sanitaire. A titre d’exemple, les braderies, les vide-greniers, les  brocantes, les marchés artisanaux, les marchés de Noël, les animations… sont concernés par cette nouvelle mesure, mais pas les marchés forains pour lesquels la distanciation entre les stands et le port du masque restent la règle en vigueur.

• Restriction et application des gestes barrière dans la sphère privée

"Les regroupements familiaux et amicaux sont donc clairement déconseillé" par la préfeture qui estime que "la sphère privée  reste  un  lieu particulièrement propice aux chaines de contamination. Les clusters recensés ces derniers jours l’illustrent de manière très marquée".

Les pique-niques et les bivouacs seront à nouveau interdits à compter du lundi 15 novembre.

Les activités de prestations à domicile, de traiteur, de location de chapiteaux, de tentes et de barnums aux particuliers, d’animateurs de soirée à domicile ainsi que le transport de matériel de sonorisation demeurent quant à eux interdits.

• Renforcement des contrôles

Les contrôles relatifs au port du masque et au passe sanitaire (à la fois auprès des établissements dont l’accès est soumis à sa présentation et de ceux qui les fréquentent) seront significativement renforcés, souligne la préfecture.

Rappel des sanctions :

- non port du masque : 135 euros
- non présentation du passe : 135 euros
- utilisation du passe d’un tiers : 750 euros
- absence de contrôle du passe par les commerçants ou les professionnels : mise en demeure et fermeture administrative temporaire.

• Liaisons aériennes régionales
 
Les vols régionaux à destination de La Réunion (depuis Maurice, Madagascar, Afrique du Sud, …) sont soumis aux règles suivantes :

- accès sans condition aux vols pour les passagers vaccinés (avec un vaccin homologué par la France)
- pour les autres, justification d’un motif impérieux dont la liste est aujourd’hui restreinte
- pour tous les passagers (vacciné ou non), test préalable à l’embarquement
- pour tous les passagers (vaccinés ou non), test à l’arrivée à La Réunion

www.ipreunion.com / [email protected]

   

8 Commentaire(s)

Le préfet , Posté
Quelle honte ce préfet ! Juste un pantin sans cervelle tout comme la directrice de l'ARS.Aussi bêtes l'un que l'autre, à bouffer du foin comme les ânes...fouttez moi ça dehors (supprimé pour prise partie - Webmaster) que l'on en finisse
Eve, Posté
Avec la Haute Corse La Réunion bat un triste record : celui du + fort taux d'incidence Covid ! Hier = 147 , 2 /100 000 habitants ! Et Mayotte : taux de vaccination faible et toujours dans le vert ..
Lilie, Posté
Débile ces mesures. Toujours de la discrimination. Non aux vaccins et au pass. Oui à l'égalité des droits car beaucoup de cas ne proviennent pas des non vaccinés mais bien des gens vaccinés qui contaminé les autres. Confinement strict pour tous pendant deux semaines, sa ramènera la lucidité chez chacun et plus d responsabilité chez beaucoup. Si chacun prenait c'est précautions il y aurait plus de COVID depuis longtemps.le pass et le vaccin n'est pas un anti COVID au contraire il contribue à propager la maladie avec toute les libertés octroyé aux personnes qui l'ont et ils ne prennent pas de précautions. Ce qui nuit à ceux qui ne sont pas vaccinés.
Kaz, Posté
Les vaccinés sont récompensés!!!!!! Un test au d'part et un test à l'arrivée! C'est une décision honteuse! Allez plutôt vérifier les boîtes de nuits et les fêtes privées avec des dizaines de personnes qui ne respectent rien
Lol, Posté
Confiné les non vacciner en France, les sans cervelle qui ne pensent qu à eux et non aux collectifs.
Pierrot974, Posté
Le masque inutile en extérieur, hors rassemblement (ce n'est pas moi qui le dit, mais l'ensemble des médecins), revient. Mais pour faire la fiesta en surnombre dans des mariages ou des boîtes de nuit (où le masque est, c'est aussi "évident" que vérifié, conservé sur le nez), no problem. On remarche de nouveau sur la tête. Mais le préfet semble adorer voir le monde à l'envers.
Liberté, Posté
Eh oui ce serait dommage de faire un article pour mettre en avant cette VÉRITÉ ! Les Français sont dans le déni total puisque le président Macron a dit que c'était pour leur bien...Les journalistes sont dans le négationnisme, bientôt le retour des chambres à gaz quand on voit ce qui se passe en Autriche...cela ne choque personne.Ouvrez les yeux et le port du cerveau n'est pas une option
REUNION , Posté
Vaccinez vous !