Dans le cadre de la Journée internationale des droits de l'enfant :

Le Tampon : une marche blanche en l'hommage des enfants maltraités


Publié / Actualisé
Dans le cadre de la Journée internationale des droits de l'enfant, l'Association de femmes et enfants victimes de violences (AFEVV) organise ce dimanche 21 novembre 2021 une conférence à la salle Paul Badré du Tampon. L'événement sera suivi d'une marche blanche dans les alentours visant à rendre hommage aux enfants maltraités et tués. Des victimes prendront la parole pour sensibiliser sur la situation des enfants violentés. L'association demande à ce que la parole des marmailles soit enfin écoutée. (Photo d'illustration rb/ipreunion.com)
Dans le cadre de la Journée internationale des droits de l'enfant, l'Association de femmes et enfants victimes de violences (AFEVV) organise ce dimanche 21 novembre 2021 une conférence à la salle Paul Badré du Tampon. L'événement sera suivi d'une marche blanche dans les alentours visant à rendre hommage aux enfants maltraités et tués. Des victimes prendront la parole pour sensibiliser sur la situation des enfants violentés. L'association demande à ce que la parole des marmailles soit enfin écoutée. (Photo d'illustration rb/ipreunion.com)

Durant cette matinée, des enfants interviendront individuellement. "Un, deux ou trois prendront la parole, s'ils sont trop petits ce sera leurs mamans qui parleront pour eux", explique Anne-Marie Ryser, présidente de l'association AFEVV. "Des élèves de l'école Raymond Lucas présenteront également des travaux qu'ils réaliseront en classe, des dessins qu'ils ont préparés sur le thème des droits de l'enfant." La présidente regrette cependant que le thème des droits ne soit pas suffisamment abordé dans les salles de cours avec les enseignants.

Une trentaine de participants sont attendus pour la marche blanche en petit comité qui rendra hommage aux victimes de violences intrafamiliales ou de harcèlement scolaire, "toutes formes de violences" insiste Anne-Marie Ryser. Ce qu'elle souhaite c'est que "la parole des enfants soit vraiment écoutée". L'association déplore un manque de prise en compte de l'enfant lui-même en cas de violence, "il faut qu'il parle à un juge, à un policier, à une assistante sociale... Une maman de Saint-Paul racontera justement ce qu'elle a vécu, lorsque son enfant a été victime de violence, personne ne l'a écouté" déplore la présidente de l'AFEVV.

Devant la création du collectif Elianna, les associations locales unissent leurs forces pour porter ensemble la lutte de la protection des droits de l'enfance. Mais pour Anne-Marie Ryser, les choses n'avancent que trop lentement. "Il y a des échanges, mais nous ne sommes pas suffisamment écoutés, alors que nous associations sommes sur le terrain ! En attendant, on a des enfants en souffrance..."

Lire aussi - Collectif Elianna : 40 associations réunies pour la protection de l'enfance

Lire aussi - Protection de l'enfance : "on ne veut pas une nouvelle affaire Elianna"

L'AFEVV organise sa marche blanche au lendemain de la Journée internationale des droits de l'enfant organisée le 20 novembre, pour permettre aux familles d'y participer plus facilement.

Pour rappel, cette journée marque la date de l'adoption de la convention internationale des droits de l'enfant, le 20 novembre 1989, par l'Assemblée générale des Nations unies. Cet anniversaire, célébré à l'échelle mondiale, vise à rappeler que des millions d’enfants sont toujours privés de leur droit à la santé, à une alimentation saine, à l’éducation et à la protection, mais aussi à rendre la voix des jeunes indispensable dans tout débat touchant à leur avenir.

www.ipreunion.com / [email protected]

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !