A un mois des fêtes de fin d'année :

Covid-19 : La Réunion parmi les 20 départements les plus touchés


Publié / Actualisé
Les nouveaux chiffres du Covid étaient très attendus ce mardi 23 novembre 2021, et ils ne sont pas bons. La forte hausse des contaminations se confirme avec 1.875 nouveaux cas détectés entre le 13 et le 19 novembre, faisant monter le taux d'incidence à 219 pour 100.000 habitants. Le nombre de patients atteints du Covid en réanimation augmente sensiblement : l'occupation a doublé en une semaine pour atteindre 18 patients. Deux décès sont aussi à déplorer. A un mois des fêtes de fin d'année, les courbes du Covid s'envolent à nouveau pour suivre la même ascension fulgurante qu'en juillet-août dernier. Une situation qui fait craindre de nouvelles restrictions (Photo rb/www.ipreunion.com)
Les nouveaux chiffres du Covid étaient très attendus ce mardi 23 novembre 2021, et ils ne sont pas bons. La forte hausse des contaminations se confirme avec 1.875 nouveaux cas détectés entre le 13 et le 19 novembre, faisant monter le taux d'incidence à 219 pour 100.000 habitants. Le nombre de patients atteints du Covid en réanimation augmente sensiblement : l'occupation a doublé en une semaine pour atteindre 18 patients. Deux décès sont aussi à déplorer. A un mois des fêtes de fin d'année, les courbes du Covid s'envolent à nouveau pour suivre la même ascension fulgurante qu'en juillet-août dernier. Une situation qui fait craindre de nouvelles restrictions (Photo rb/www.ipreunion.com)

La situation ressemble au mois de juillet dernier. Chaque semaine, le virus gagne un peu plus de terrain avec des indicateurs qui ne font que monter. Ainsi en une semaine, 1.875 cas ont été détectés. La semaine dernière ce taux hebdomadaire s'élevait à 1.308 cas, 740 la semaine précédente, 457 début novembre. L'augmentation des contaminations est donc exponentielle.

Santé publique France

Résultat, alors que le taux d'incidence frôlait les 50 pour 100.000 habitants au début du mois, il est maintenant de 219. La situation sanitaire ne fait que se dégrader depuis plusieurs semaines. Au 23 novembre, on compte 50 clusters actifs.

Le taux de positivité global atteint les 4,3% et il est particulièrement élevé chez les 25-65 ans. Rien que pour la tranche d'âge 25-34, le taux d'incidence est de 5,7%.

Les rassemblements familiaux et regroupements festifs sont directement pointés du doigt et le préfet appelle une nouvelle fois à respecter les gestes barrières et à se faire vacciner, alors que la couverture vaccinale stagne. 72,5% de la population éligible est totalement vaccinée.

- Augmentation en réanimation -

Tous ces chiffres font de La Réunion l'un des 20 départements les plus touchés par la recrudescence de l'épidémie, appelée en Métropole "cinquième vague". Pourtant notre territoire se trouve en pleine saison estivale, à l'inverse des Français de l'Hexagone.

Là où les autorités sanitaires s'inquiètent, c'est au regard des lits occupés en service de réanimation. La progression est rapide depuis quatre jours : 11 admissions du 20 au 23 novembre. Désormais ce sont 18 lits de réanimation qui sont occupés à ce jour par des patients positifs au Covid-19, sur les 74 lits disponibles à La Réunion. Cela représente, la préfecture le rappelle, le quart du nombre de lits installés, "soit encore le niveau quotidien le plus élevé des cinq précédentes semaines". La moyenne d'âge de ces patients continue de baisser : 66% ont moins de 65 ans.

Sur ces personnes hospitalisées, "la quasi-totalité (...) demeurent des personnes non vaccinés ou incomplètement vaccinés" précisent les autorités sanitaires. Il en va de même pour les deux décès recensés cette semaine, des suites du virus. Il s'agit d'une personne âgée entre 65 et 74 ans et d'une personne âgée de plus de 75 ans. "Tous deux présentaient des comorbidités et n’étaient pas vaccinés" précise la préfecture.

A un mois des fêtes de fin d'année qui occasionnent de grands rassemblements, de nouvelles restrictions peuvent être craintes. Sans parler des grandes manifestations culturelles, sportives ou autres, qui pourraient une nouvelle fois pâtir de cette recrudescence épidémique. Le Sakifo par exemple, est pour l'instant prévu du 10 au 12 décembre. Les festivités du Nouvel an pourraient également subir le même sort que l'an dernier, où toute manifestation publique était proscrite.

A noter qu'aucune allocution du préfet n'est prévue à ce stade, mais celui-ci est attendu au tournant, et la piste d'un nouveau couvre-feu instauré avant Noël est dans toutes les têtes.

www.ipreunion.com / [email protected]

   

5 Commentaire(s)

Malbar, Posté
Kan sa i donne à nou un salaire pou ret nout kaz Arête pren à nou pour kobay si non
Ou n'a oute ki pour grater , Posté
Venir ici pour critiquer l'article, la personne doit avoir son ki pou grater. Article est intéressant ceci dit.
Missouk, Posté
Et pourtant CASTEX n'est pas venu en visite pour serrer les paluches et faire la bise à ces dames! Qu'on nous donne en fait uniquement le nombre de patients en réa, et le nombre de patients hospitalisés, un cas covid n'est pas souvent un malade que je sache. Et qu'on continue à inciter les gens âgés et les gens vulnérables à se faire vacciner.
RIPOSTE974, Posté
Encore un article .... Il est loin du journaliste objectif .Journaleux : celui qui dirait du bien du pouvoir en placeJournaleux : l'inverse Si haut que l'on soit placé , on n'est jamais assis que sur son cul . Michel de Montaigne . NouArTrouV
Question , Posté
Ça sent le couvre feu à venir