50 millions de dollars auraient disparu :

Affaire de blanchiment d'argent aux Seychelles : un ancien ministre des finances en détention


Publié / Actualisé
Un ancien ministre des Finances des Seychelles a été placé en détention provisoire jusqu'au 3 décembre. Il est soupçonné d'être impliqué dans le blanchiment de 50 millions de dollars. En 2002, le gouvernement des Émirats Arabes Unis a fait don aux Seychelles de 50 millions de dollars, et l'argent aurait disparu quelques jours après avoir transité dans le pays. À cette époque l'ancien président France Albert René était l'homme fort du pays. Cette affaire est restée sans écho jusqu'en 2014 avant l'élection présidentielle (Photo Seychelles News Agency)
Un ancien ministre des Finances des Seychelles a été placé en détention provisoire jusqu'au 3 décembre. Il est soupçonné d'être impliqué dans le blanchiment de 50 millions de dollars. En 2002, le gouvernement des Émirats Arabes Unis a fait don aux Seychelles de 50 millions de dollars, et l'argent aurait disparu quelques jours après avoir transité dans le pays. À cette époque l'ancien président France Albert René était l'homme fort du pays. Cette affaire est restée sans écho jusqu'en 2014 avant l'élection présidentielle (Photo Seychelles News Agency)

C’est la première fois qu’un ancien ministre est mis en examen dans le  cadre du blanchiment d’argent. Il était, à l’époque des faits un des directeurs de la compagnie Cosproh  responsable de la gestion du parc hôtelier des Seychelles.

"Je ne suis pas au courant de cette affaire, c’est une conspiration de  l’ancien président France Albert René" aurait dit aux enquêteurs cet  ancien ministre. La Commission anticorruption lui reproche d’avoir joué un rôle important  du fait de son influence, pour faire sous-évaluer des hôtels qui ont été  vendus.

C’est pour cette raison que le juge en chef a décidé de le placer en  détention jusqu’au 3 décembre 2021. Une autre personne, qui a signé le document du transfert de l’argent  vers un compte d’un magasin agroalimentaire public a été remise en  liberté.

La justice a estimé qu’elle avait reçu la permission de son supérieur  pour effectuer le virement, et n’était donc pas directement impliquée  dans cette transaction. Malgré sa libération, elle sera soumise au contrôle judiciaire.

Cette affaire de détournement de fond public fait grand bruit aux  Seychelles depuis la semaine dernière. La Commission anticorruption a en effet interpellé 3 individus qui ont  été placés en détention jusqu’au 3 décembre. Deux parmi, un couple, sont considérés comme étant les cerveaux du  détournement de cet argent. Ils auraient d’après la Commission anticorruption, mis en place tout un  réseau financier destiné à cacher l’argent qui ensuite serait revenu aux  Seychelles pour acheter des hôtels.

Toujours dans le cadre de cette enquête, de nombreuses armes et  munitions ont été retrouvées chez le couple et l’autre suspect qui est  un haut gradé de l’armée seychelloise et qui est également un proche de  l’ancien président France Albert René.

Face à cette situation le président Wavel Ramkalawan, a dû intervenir à  la télévision pour calmer la situation, et rassurer la population.

L’enquête va prendre encore plusieurs mois et   la Commission anticorruption a expliqué qu’elle travaillerait dans le  cadre de la loi. "Cette affaire est très complexe, mais on finira par trouver la vérité" a dit May de Silva Commissionnaire de la Commission anticorruption.

Aux Seychelles, on s’attend à de nouvelles arrestations dans les jours à  venir. Mais dans cette affaire l’un des protagonistes manque dans cette affaire  l’ancien président France Albert René, que tout le monde tentera de  faire porte le chapeau.

rs/www.ipreunion.com / [email protected]

   

2 Commentaire(s)

Pascal, Posté
Ça blanchit bien aux Seychelles faudrait effectuer des recherches sur des hôtels de réunionnais '.
Bat carré , Posté
Bat carré tremble