[PHOTOS/VIDÉOS] Saint-Denis :

Tensions entre syndicats et anti-pass lors d'un rassemblement en soutien aux Antilles


Publié / Actualisé
Un rassemblement était organisé à Champ Fleuri (Saint-Denis) ce dimanche matin 28 novembre 2021, à l'initiative de plusieurs syndicats, en soutien aux Antilles où des blocages ont rythmé la semaine pour protester contre l'obligation vaccinale et le pass sanitaire. Sur place, des tensions ont éclaté entre certains manifestants antivax et les syndicats. Le ton est monté à plusieurs reprises entre eux (Photo rb/www.ipreunion.com)
Un rassemblement était organisé à Champ Fleuri (Saint-Denis) ce dimanche matin 28 novembre 2021, à l'initiative de plusieurs syndicats, en soutien aux Antilles où des blocages ont rythmé la semaine pour protester contre l'obligation vaccinale et le pass sanitaire. Sur place, des tensions ont éclaté entre certains manifestants antivax et les syndicats. Le ton est monté à plusieurs reprises entre eux (Photo rb/www.ipreunion.com)

Les tensions ont éclaté en raison de pancartes installées par les collectifs anti-vax que certains syndicalistes ont souhaité retirer. Les collectifs ont accusé de leur côté les syndicats de ne pas les avoir soutenu lors des manifestations anti-pass sanitaire. Regardez :

Certains syndicalistes ont été empêchés de s'exprimer. "La fonction du mouvement anti-pass ça a été d'essayer de détruire une initiative unitaire et d'empêcher l'expression de la solidarité envers les Antillais, c'est extrêmement grave et je considère ce genre de comportement de fascisant" s'est indigné Philippe Azema, militant. Il devait s'exprimer mais a été hué lors de sa prise de parole, il n'a donc pas prononcé son discours. Regardez :

Le rassemblement était à l'origine organisé pour dénoncer la gestion du gouvernement face à la crise qui secoue actuellement les Antilles, où des renforts policiers ont été envoyés pour tenter de mettre fin aux violences urbaines. Ce sont environ 200 personnes qui se sont mobilisées. "Je pense qu'il est tout à fait légitime que les Guadeloupéens et les Martiniquais revendiquent leurs droits. La Réunion elle aussi est concernée par les mêmes problèmes" a expliqué Loic Désiré, secrétaire général de la CGTR-FAPT. Regardez :

 

   

Mots clés :

    7 Commentaire(s)

    Ely, depuis son mobile , Posté
    Environ 200 personnes représentants tous les syndicats et autres ça prouve su ils ne sont plus crédibles ,que 'os impôts ne servent plus a entretenir une bande d énergumènes .
    Mékoué, Posté
    Ce matin une bonne partie de personnes suspendues depuis le 15 septembre dernier pour refus de se faire injecter un produit expérimental (Cobayes obligés) étaient présentes à la manifestation parvis Champ Fleuri. - Soutien aux luttes antillaises, vie chère, emploi à la Réunion..., étaient l'essentiel des discours tenus par les leaders syndicaux, par contre rien sur les 200 personnes qui sont privées d'emploi et de salaire, depuis l'entrée en vigueur de cette loi liberticide et scélérate. N'était-ce pas là de la part des leaders syndicaux et politique sur place une posture narquoise et insultante, vis à vis de ces salariés ainsi bafoués et violés dans leur droit le plus élémentaire, en cette confiscation de leur liberté individuelle et de plus s'y situant hors obligation contractuelle par simple application abusive de l'état d'urgence ou autoritarisme étatique insensé et anti démocratique, combien de parlementaires (sénateurs, députés) ont voté et participé le 25/7/2021 à l'adoption de cette loi : 216 (156 pour,60 contre)sur 925 '''L'attitude des dirigeants syndicaux et des politiques en général est incompréhensible, car tout est faux dans les directives imposées : injection ARNm ne protège pas, le premier ministre forcément injecté, vient d'être testé positif, l'isolement et le traitement des "cas contact" scolaire et autre, fantaisie ou foutaise pure ; après tant de battage médiatique, taux d'occupation des hôpitaux de malades covid 19 en 2020 : 2% ; source info AFP fin octobre 2021, la Chine en traitant ses patients à la chloroquine..., a maîtrisée l'épidémie covid depuis le printemps 2020 ''' Pour nous la troisième dose ARNm est devenue obligatoire pour l'obtention du pass'sanitaire, afin de ne pas être privé d'une bonne partie de ses droits''' La colère est mauvaise conseillère effectivement, mais en certaine situation elle trouve explication logique...
    Azema raconte des conneries, Posté
    pendant le mois d'aout nous etions un paquet de syndiqués a defiler avec les antipasse "en civil" parce que les organisations syndicales refusaient de prendre ouvertement positon contre. l'intersyndicale n'assume pas son double jeux , ca rajoute de la deception. c'est un fait ils laissent DELIBEREMENT la place aux gens de droite. Alors tant pis on se joint à eux car plus rien a foutre des petits jeux politiiciens. Nous on ne veut ni du passe, ni de l'obligation vaccinale
    Roseau , Posté
    Bravo la solidarité comme dab toujours à se tirer dans les pattes. Lucifer dans sa cape rouge d'enfer i rire '
    DELAIR, Posté
    La réunion n'est pas la Guadeloupe. La Réunion n'est pas la Martinique. Réfléchissons à nos propres problémes avant de suivre les autres comme des moutons de Panurge.
    Payet, depuis son mobile , Posté
    Déplorable. Voilà encore une preuve du manque de solidarité. Arrêtez de nous faire honte. Au lieu de s unir et de combattre l ennemi . Pauvre REUNION.
    Non-violence , Posté
    Cool. No violence