Covid-19 :

A La Réunion Omicron circulait avant même l'identification du premier cas


Publié / Actualisé
Interrogé ce mardi 7 décembre 2021 par imaz Press, le chercheur Patrick Mavingui estime que "le variant Omicron circulait à La Réunion sans doute avant même l'identification du premier cas". Le scientifique dirige l'Unité mixte de recherche processus infectieux en milieu insulaire tropical (PIMIT). C'est dans son laboratoire qu'à été identifié le premier français de contamination au variant. C'est aussi dans cette unité qu'a été séquencé le premier cas autochtone de l'île (Photo rb/www.ipreunion.com)
Interrogé ce mardi 7 décembre 2021 par imaz Press, le chercheur Patrick Mavingui estime que "le variant Omicron circulait à La Réunion sans doute avant même l'identification du premier cas". Le scientifique dirige l'Unité mixte de recherche processus infectieux en milieu insulaire tropical (PIMIT). C'est dans son laboratoire qu'à été identifié le premier français de contamination au variant. C'est aussi dans cette unité qu'a été séquencé le premier cas autochtone de l'île (Photo rb/www.ipreunion.com)

Confirmé le 30 novembre dernier, le premier cas de contamination à Omicron "était sans lien avec celui identifié le deuxième cas identifié dans la soirée du jeudi 2 décembre au vendredi 3 décembre 2021.

La première contamination a atteint un homme de 57 ans revenant d'Afrique Australe et la deuxième a frappé une femme d'une trentaine d'années de retour, elle aussi, de la même zone géographique.

Par contre le cas identifié au lycée Stella de Saint-Leu concerne une jeune fille de 17 ans "qui ne s'est jamais déplacée, qui n'a jamais voyagé souligne" Patrick Mavingui. "Ces trois cas n'ont aucun lien les uns avec les autres, cela signifie sans doute que le variant circulait dans l'île avant même l'identifiation du premier cas" estime le chercheur. Regardez

Lire aussi : Un cas autochtone de variant Omicron identifié au lycée Stella à Saint-Leu

- Séquencer c'est donner une carte d'identité "-

Pour rappel, tous les prélèvements devant faire l'objet d'une recherche de positivité au Covid et à ses variants, sont séquencés au sein de l'Unité mixte de recherche processus infectieux en milieu insulaire tropical (PIMIT) basé à Sainte-Clotilde au Cyroi (Cyclotron Réunion Océan Indien).

Le séquençage se fait selon un processus complexe. Regardez

"Séquencer c'est donner une carte d'identité" explique Patrick Mavingui. C'est aussi identifier tous les variants possibles, ajoute le chercheur. Regardez

Plusieurs manipulations sont necessaires pour séquencer les prélèvements. Regardez

 

www.ipreunion.com / [email protected]

   

4 Commentaire(s)

Chris, Posté
Si tout le monde était suffisamment instruit en sciences, nous serions bien moins crédules et nous ne verrions pas tout un tas de personnes crédules donc ignorantes, relayer des propositions qui n'en sont malheureusement plus en réalité et cela de façon irrespectueuse de ce qu'il reste de la liberté de chacun en pensant être les sages qui convaincront les derniers fous. Pensée unique = obligation de chacun même si la pensée du moment s'avérait être une erreur! Ce n'est pas le début d'une humanité forte, mais plutôt ainsi affaiblie. La conclusion, bien que tardive risque d être catastrophiquement triste!
Corniaud, Posté
Où est le problème ' Pas plus virulent que les autres variants... Juste plus contaminant...Vaccinez vous!
Cordemoy, depuis son mobile , Posté
Felicitations aux chercheurs reunionnais. Il est reconfortant que La Réunion brille par ses talents et sa maturité, plutot que par sa betise et son egoisme, comme les Antilles nous le montrent tout les jours. A chacun ses valeurs.
Lorela, Posté
A la Reunion, nous sommes vraiment les champions du monde de la connerie humaine en essayant de se mousser à vouloir être des précurseurs dans beaucoup de domaines .Et dans ce cas précis nous jouons notre partition dans la musique du covid orchestrée par le nouvel ordre mondial. A quand ld premier pass Omicron qui fera rêver lîle ' Pourquoi pas une mixture dénommée COVIDGUNYA ou encore CHIKUNCOVID '