[VIDÉOS] Débats au Sénat :

"Emmerder" les non vaccinés : "ce qu'a dit le Président de la République, je l'entends partout" répond Jean Castex


Publié / Actualisé
Faisant d'abord allusion à l'expression "emmerder", utilisée dans le passé par Pompidou, le Premier ministre est à son tour revenu sur les propos du Président de la République au Sénat ce mercredi 5 janvier 2021. Il répondait à une intervention de Bruno Retailleau (LR). "Ce qu'a dit le Président de la République, je l'entends partout" a répondu Jean Castex. (Photo d'illustration AFP)
Faisant d'abord allusion à l'expression "emmerder", utilisée dans le passé par Pompidou, le Premier ministre est à son tour revenu sur les propos du Président de la République au Sénat ce mercredi 5 janvier 2021. Il répondait à une intervention de Bruno Retailleau (LR). "Ce qu'a dit le Président de la République, je l'entends partout" a répondu Jean Castex. (Photo d'illustration AFP)

Jean Castex, dans un brouhaha de fond important, a rappelé la vague en cours. "Oui nous avons une difficulté avec celles et ceux de nos concitoyens qui ne sont pas vaccinés. Oui nous avons l'impérieuse nécessité de faire progresser la vaccination dans ce pays."

Le Premier ministre a ajouté : "quand, comme vous, je vais sur le terrain (...) ce qu'a dit le Président de la République, je l'entends partout. Mais oui, bien sûr que oui, et vous le savez. Il y a une forme d'exaspération de nos concitoyens à se voir imposer un certain nombre de contraintes alors que certains font le choix de s'en affranchir, avec toutes les conséquences".

Il a assumé les propos du Président de la République, comme le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal plus tôt dans la journée. "Les propos du Président de la République s'inscrivent en parfaite cohérence avec ce que nous faisons, c'est-à-dire pousser à la vaccination, responsabiliser toujours davantage celles et ceux qui s'y refusent, c'est capital."

Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains au Sénat, avait interpellé le Premier ministre après l'interview polémique d'Emmanuel Macron dans les colonnes du Parisien. Celui-ci évoque une "provocation calculée" et parle d'un "outrage de trop".

www.ipreunion.com / [email protected]

   

5 Commentaire(s)

CECCU , depuis son mobile , Posté
Bravo à notre président c'est ce que pense une très grande majorité de Français il est temps que 5 million de tocards arrêtent d'emmerder 56 millions d'intelligents ils n'ont pas peur de fumer boire mais peur d'un médicament qui peut sauver la vie alors que l'alcool et la cigarette les tue tous les jours faut simplement leur supprimer la sécurité sociale et refuser de les hospitaliers si ils sont malade vue qu'ils prennent la place d'une personne qui pourrait en avoir besoin si elle avait des problèmes à cause d'une maladie il y en à vraiment marre tous dans des camps comme pendant la guerre et une seringue barrée sur la manche là on va rigoler
Coup de tête , Posté
Dès lors qu'il est admis que la seule protection du vaccin est la protection individuelle contre les formes graves de symptômes (pour quelques semaines), en quoi le fait de ne pas être vacciné porte-t-il préjudice à l'ensemble de la société '
Faire diversion , Posté
La ficelle est grosse, il s'agit de faire diversion pour que les Français oublient leurs insuffisances, leur manque d'anticipation de la pandémie et surtout la suppression de 5700 lits.
Dood, Posté
Bien sûr ,assumer les propos de votre président. Vous ne faites que marginaliser encore plus les non vaccinés. Faudra pas s étonner si les non vaccinés se font agresser.quel gouvernement très classe .et quel langage très approprié. Répétons le encore inlassablement pour que nos enfants le voit bien à là tv.apprenons leur qu un president peut se permettre de rabaisser les gens en se servant d insulte.
HULK, Posté
CASTEX,vous vous rappelez,c'est l'incompétent qui a foiré le déconfinement' Récompense : nommé 1er ministre. Ah elle est belle notre "dream team". Aujourd'hui,plus tu es mauvais, mieux tu es récompensé. BUZYN,DELFRESSY...Vive nos élites.