Mobilisation :

Saint-Denis et Saint-Pierre : des centaines de personnes de personnes manifestent contre le pass vaccinal


Publié / Actualisé
A l'appel de plusieurs collectifs des centaines de personnes manifestent à Saint-Denis et à Saint-Pierre ce samedi 8 janvier 2022. Les manifestants protestent contre l'application du pass vaccinal dont le projet de loi est en cours de discussion au Parlement. Cette mobilisation intervient aussi après les propos polémique d'Emmanuel Macron qui a déclaré avoir "très envie d'emmerder" les non-vaccinés (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
A l'appel de plusieurs collectifs des centaines de personnes manifestent à Saint-Denis et à Saint-Pierre ce samedi 8 janvier 2022. Les manifestants protestent contre l'application du pass vaccinal dont le projet de loi est en cours de discussion au Parlement. Cette mobilisation intervient aussi après les propos polémique d'Emmanuel Macron qui a déclaré avoir "très envie d'emmerder" les non-vaccinés (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

La première mobilisation a eu lieu dès 10 à Saint-Pierre. Une centaine de personnes environ ont répondu à l'appel à manifester. A Saint-Denis, le rendez-vous a été fixé sur le Barachois. Des centaines de protestataires ont fait le déplacement. Plusieurs d'entre-eux portent des pancartes "Manu, nous aussi on t'emmerde".

Allusion à aux propos du Président de la République tenus le ce mardi 4 janvier dans le colonnes de leparisien.fr "Les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder. Et donc on va continuer de le faire, jusqu’au bout. C’est ça, la stratégie", déclare sans ambages le chef de l'Etat. "La quasi-totalité des gens, plus de 90 %, ont adhéré" à la vaccination et "c’est une toute petite minorité qui est réfractaire", ajoute-t-il.

"Celle-là, comment on la réduit ? On la réduit, pardon de le dire, comme ça, en l’emmerdant encore davantage. Moi, je ne suis pas pour emmerder les Français. Je peste toute la journée contre l’administration quand elle les bloque. Eh bien là, les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder", avait-il ajouté.

"Je ne vais pas les mettre en prison, je ne vais pas les vacciner de force. Et donc, il faut leur dire: à partir du 15 janvier, vous ne pourrez plus aller au restau, vous ne pourrez plus prendre un canon, vous ne pourrez plus aller boire un café, vous ne pourrez plus aller au théâtre, vous ne pourrez plus aller au ciné…", explique le chef de l'Etat.

Pour lui, "l’immense faute morale des antivax" est de "saper ce qu’est la solidité d’une nation". "Quand ma liberté vient menacer celle des autres, je deviens un irresponsable. Un irresponsable n’est plus un citoyen" avait-il jugé.

Ses propos ont provoqué une vague d'indignation et le chaos à l'Assemblé nationale. L'examen du projet de loi sur le pass vaccinal avait été de nouveau suspendu dans la nuit de mardi à mercredi.

Ce vendredi 7 janvier 2022 dans le cadre de la présidence de l'Union européenne, Emmanuel Macron est revenu sur son interview polémique Il a dit "assumer totalement" ses propos et voulait "tirer la sonnette d'alarme"

L'Assemblée nationale a finalement adopté ce jeudi 6 janvier 2022 au petit matin en première lecture le projet de loi transformant le pass sanitaire en pass vaccinal. Le texte a été validé par 214 voix contre 93, et 27 abstentions. Il doit désormais être examiné par le Sénat en début de semaine prochaine, pour une entrée en vigueur que le gouvernement voulait au 15 janvier, mais qui devrait être repoussée.

Pour rappel, le projet de loi prévoit enfin l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 mars à La Réunion et en Martinique. Mais la date d'entrée en vigueur du pass vaccinal sera reporté en outre-mer où le taux de vaccination est plus faible.

Lire aussi : Monsieur le Président, présentez vos excuses à tous les Français

www.ipreunion.com / [email protected]

   

4 Commentaire(s)

HULK, Posté
MACRON a réussi son sale coup. Diviser les français. J'espère qu'il le paiera.
CECCU , depuis son mobile , Posté
Encore une entrave à la liberté y'en a marre de ces tocards si il sont malade faut plus les soigner faut les parquer et leur faire porter un signe bien distinctif comme une seringue barrée sur l'épaulele président a dit juste ce que pense la majorité des gens ils faut les faire chier jusqu'àu bout et supprimer tout les avantages qu'ils peuvent avoir
Oufti, Posté
Un rassemblement d'irresponsables, d'égoïstes , capables de manifester contre le covid et eux mêmes! Pitoyable!
Citoyen, depuis son mobile , Posté
C est aberrant que quelques personnes manifestent encore ,quand ils seront en réanimation ils se tiendront tranquille .