Gestion de la crise Covid :

Réunion avec Emmanuel Macron : beaucoup de bruit pour pas grand chose


Publié / Actualisé
La réunion en visioconférence entre les élus ultramarins et Emmanuel Macron, Olivier Véran et Sébastien Lecornu, était très attendue ce jeudi soir 27 janvier 2022. Des annonces fortes notamment étaient espérées, faisant se dépêcher sur place plusieurs des invités pour leur permettre de mettre sur la table leurs demandes. Finalement, sur deux heures de réunion, à l'étonnement de tous - nous les premiers - aucune mesure forte n'a été annoncée. C'est comme un air de campagne présidentielle qui flotte finalement sur ce qu'on ne peut qu'appeler qu'une opération de communication, plutôt qu'un véritable échange entre les Outre-mer et le gouvernement (Photo rb/www.ipreunion.com)
La réunion en visioconférence entre les élus ultramarins et Emmanuel Macron, Olivier Véran et Sébastien Lecornu, était très attendue ce jeudi soir 27 janvier 2022. Des annonces fortes notamment étaient espérées, faisant se dépêcher sur place plusieurs des invités pour leur permettre de mettre sur la table leurs demandes. Finalement, sur deux heures de réunion, à l'étonnement de tous - nous les premiers - aucune mesure forte n'a été annoncée. C'est comme un air de campagne présidentielle qui flotte finalement sur ce qu'on ne peut qu'appeler qu'une opération de communication, plutôt qu'un véritable échange entre les Outre-mer et le gouvernement (Photo rb/www.ipreunion.com)

La plupart des élu.e.s n’ont pas caché leur déception à la sortie de la préfecture. Deux heures de discussion, qui ont laissé la présidente de Région Huguette Bello amère. "Je ressors déçue, comme je pense tous mes collègues peu importe leur bord politique" a-t-elle déclaré à la fin de la réunion. "On avait plus l’impression à certains moments que le ministre des Outre-mer était en pleine campagne" a-t-elle lancé.

Le mot est lâché, et très certainement à bon escient. Car il est difficile d’imaginer qu’une autre raison aurait poussé le gouvernement à se lancer dans cette opération, qui rassemblait tout de même des collectivités de plusieurs zones géographiques, alors qu’aucune action concrète n’a été annoncée.

Lire aussi - Covid-19 : les hôpitaux étouffent, l'État choisit le statu quo

Une "mission de reconnaissance militaire" est prévue pour ce vendredi à La Réunion, pour évaluer les besoins. Alors que les hôpitaux sont à bout de souffle et que le CHU alerte sur un possible tri des patients à court terme, l'heure est-elle vraiment aux évaluations ? Certes, des renforts pourraient être envoyés suite à cette dernière, mais c’est maintenant que les hôpitaux ont besoin de renforts, et non la semaine prochaine. L'Elysée n'est pas d'accord, estimant que "si la situation se justifie, les effectifs seront à nouveau renforcés". Les alertes des élu.e.s ne seraient donc pas une justification suffisante.

Lire aussi - Covid-19 : 91% des lits de réanimation occupés, nombre de décès record

Les Ultramarins auront aussi la priorité sur le futur vaccin Novavax, sans ARN messager et qui pourrait alors convaincre les plus irréductibles espère le gouvernement. Un vaccin dont on ne sait finalement que bien peu de choses quant sa date de sortie, ou sur les doses disponibles.

"On se demande un peu pourquoi on nous a fait nous déplacer" s’est interrogée la présidente de Région. Nous nous posons la même question. Parlementaires, présidents des collectivités, tout le gratin politicien était convié à cet échange, pour s’entendre dire qu’il faudra attendre le prochain projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) de 2023 pour se pencher sur la question des coefficients géographiques qui permettraient d’embaucher du personnel. Le ministre de la Santé aurait-il oublié que la crise sanitaire se déroule maintenant, et non l’année prochaine ?

Lire aussi - L'échec des politiques sanitaires au coeur de la saturation des hôpitaux

Aurait-il aussi oublié qu’en avril prochain, le gouvernement risquait de changer ? Probablement pas, on peut même supposer que là résidait tout l’objectif de cette rencontre. Ça ne serait pas la première fois qu’un (presque) candidat se rappelle de l’existence des Outre-mer à quelques mois de la date fatidique.

- Un débriefing d'une (in)utilité absolue -

Pour couronner ce grand néant politique, un débriefing était organisé par téléphone entre l’Elysée et la presse. Une opération de communication de l’opération de communication, somme toute.

L’Elysée s’est félicité "des axes forts qu’étaient la solidarité nationale, et les renforts humains ou matériels". Le terme "forts" n’est certainement pas le mot que nous utiliserions, alors que huit soignants de l’Hexagone sont actuellement présents dans l’île, et qu’aucun chiffre exact n’a été communiqué quant aux futurs renforts envoyés.

Il a par ailleurs souligné que le gouvernement appliquait "le principe de différenciation et d’adaptation". "Les taux d'incidence en Outre-mer sont parmi les plus forts mais globalement tout le monde est touché". C’est vrai, mais "globalement", nos territoires sont insulaires, fragiles, et particulièrement exposés aux risques de saturation des hôpitaux grâce à des politiques successives de casse du service public. La situation métropolitaine n’est ni plus importante que l'ultramarine, ni même comparable.

Selon l'Elysée, le Président aurait apporté "un certain nombre de réponses, réaffirmant un certain nombre de principes". Mais quelles réponses, exactement ? Tous les élus réunionnais - ou presque, les proches de LREM s’étant montré plus conciliants dans leurs propos - disent qu'il n'y en a pas eu. Nous n’en avons pas entendu non plus.

Ne soyons pas mauvaise langue, une annonce a bien été faite, ou du moins rappelée : le maintien du fonds de solidarité tant que l’état d’urgence sanitaire sera en place. Bon seigneur, monsieur Macron a concédé à aider les entreprises impactées de plein fouet par la crise. Les entreprises vous remercient, monsieur le Président.

Finalement, beaucoup de bruit pour pas grand chose, si ce n’est le murmure d’une campagne présidentielle qui ne dit pas (encore) son nom et se met bien "En Marche".

as/www.ipreunion.com / [email protected]

   

18 Commentaire(s)

Dood, Posté
Attende que i pète comme en guadeloupe zot va woir si zot change pas d avis vite ft
Dood, Posté
Citoyen 974 ici il est question de vie ou de mort et d action d un gvnt qui veut que nous soyons français pas l inverse si vous voulez vous barré de la reunion c pas notre problème ms on veut nous faire passer pr un bout de la France et investir chez nous il va falloir nous prendre en compte sinon ou peut saute la mer si ou veut mi préfère crever qu être un dépendant à n importe qui qui promet n importe quoi.
Contribuable, depuis son mobile , Posté
Pauvre élus sous les tropiques ,qui veulent tous profiter de la mère patrie incapable de gérer correctement les fonds qui leurs sont confiés ,combien ont étés dilapidepar nos chers élus,qui ne pensent qu a leurs trains de vie sans se priver le dernier en date battu enfin s est terré comme un tangue préférant d abandonner son appel dans les affaires,il est le seul à être poursuivi toute sa majorité qui a couvert cette situation calamiteuse qui a conduit à la faillite de la région comme ce.lle de la commune du tampon dont il avait la gestion,toute cette petite bande. De mafieux n est pas inquiété ,la justice se fait aussi complice de cette situation .
Citoyen974, Posté
Ha, les outre-mers... Toujours à attendre des solutions, du fric et des aides de la Métropole !Et oui madame Bello, la principale fonction des élus ultramarins n'est pas de dilapider le fric de l'État français ! Quand la seule compétence des élus locaux est la maîtrise parfaite de la démagogie et du clientélisme, ça met en évidence les carences en vraies compétences.Quand l'Etat impose des choses, ça se plaint du "colonialisme" et quand l'Etat ne fait pas d'annonces fracassantes ou ne prend pas à son compte une situation qui doit pouvoir être géré par des instances locales, ça se plaint d'inaction...Quand aux pseudo journalistes de caniveau que prétendent être ceux qui alimentent ce torchon (après tout, on a la presse qu'on mérite...), il me semble que s'il y a eu "beaucoup de bruit", c'est de votre fait... Qui s'est emballé à propos de cet échange entre les outre-mers et l'Elysée ' Qui s'attendait à un tas d'annonces et d'aides en tout genre ' Et qui est déçu au final 'Heureusement que le ridicule ne tue pas !
Neurone 974, Posté
Y a-t-il vraiment quelqu'un qui s'attendait à autre chose ''''
Dood, Posté
Le préfet la police le macron c de humain et comme ts les humain bana i peut avoir peur et après qd la peur lé dans l arriere train ,la bana va respecte à nous.pour l instant c nous la peur et tant que sera comme sa n'a rien que va changer (la peur et zot canapé bien sur).
Dood, Posté
Té po tri patient sur l ile ,après que lu la supprimé des poste et des lits et à ce moment là lu fait de la com pour présidentielle' Et nous nous accepte nous dis sa que sa nou pense ms nous reste asise. Canapé la lé bien té les gars .de accord la violence en Guadeloupe lé pas une solution,ms bana la gain un l exepcétions grâce à sa pour le pass vaccinal et nous garde nous crie .nous assise normal lu continue enfonce le n afaire dans notre rectum.qd nous va faire comme en Guadeloupe bana va respecte à ns .sinon ou peut crier débattre faire petition c zot jeu favori que ou crie ds vide
Payet, depuis son mobile , Posté
A passif . Le respect commence par le macron d abord . Il a été élu par le peuple et quand il est interpellé il repond qu il faut traverser la rue puis qu ils nous emmer. Et il faudrait aviir du respect pour ce trou de c.... qu il respecte le peuple et il sera respecté. Il se prend pour Dieu'
HULK, Posté
C'est la façon de faire de MACRON : du bla-bla,de l'enfumage. Mais comme çà marche il continue. Mais il sera réélu puisque le système le soutient.
Missouk, Posté
Qu'en pensent les VALY et VERGOZ notamment qui bénissent St MACRON chaque jour ' Un f... de g... complet, dont je viens de lire un extrait sur France Info. Que de la com, rien d'autre! Quand les français vont-ils enfin ouvrir grands leurs yeux. Ce type est un fin stratège, un fin manipulateur, c'est tout!
Louc, Posté
Bah ils s'attendaient à quoi nos élus locaux '''' ça se voit comme le nez au milieu de la figure que Macron joue de sa position pour être en campagne de façon officieuse. Un leure comme il a l'habitude de faire et que beacoup de français morde encore à son hameçon... Mr Poudroux avait raison dans un article de presse hier, pourquoi accepter l'invitation d'un président qui emmerde les français '''' au moins un de nos élus qui a eu un soupçon de lucidité même si il l'a très bien compris que Macron est en campagne....
Mdr gj, Posté
Inutile tous ces élus y compris le boug st zoseph
Missouk, Posté
Il occupe le terrain et prépare sa campagne, le reste il s'en fiche comme de l'an 40 !
Ded, Posté
Déçus' Evidemment ! ils s'attendaient à quoi , nos élus' Macron est en campagne , il ne fait que de la com. , rien d'autre...Tous les outre Mer ensemble ' ben oui, il ne va pas "perdre" son temps à se connecter avec chaque DOM séparément car il ne connait pas et ne veut pas connaître la situation de chacun. En bon énarque , il "sait" le reste , il s'en fiche!
Passi974, Posté
Dites Emmanuel Macron, Monsieur Macron ou le President Macron, mais Macron Macron, c'est un manque de respect surtout vis a vis d'un President
CHABAN, Posté
S'il a rappelé les principes c'est cool surtout pour un mec qui n'en a aucun !
Républicain, depuis son mobile , Posté
Comment voulez vous qu ils trouvent un motif de satisfaction alors même que ils sont tous anti macron qui est leur bête noire des représentants dit du peuple qui se montrent peu coopératifs , je commence à être déçu d avoir contribué à élire ces élus là ,j éprouve une grande déception a leurs égards .un sentiment de révolte .
Titi45 , Posté
n'a un peu tant li fait beaucoup bruit zote i trouve pas '