Après le couvre-feu et les jauges d'accueil :

Pass vaccinal : une contrainte aux contours flous pour les professionnels de la restauration


Publié / Actualisé
Le pass vaccinal désormais adopté par le Parlement, sa promulgation n'est qu'une question de jours. Les personnes non-vaccinées contre le Covid-19 ne pourront donc plus se rendre dans les ERP (Établissements recevant du public) comme les restaurants, bars, cinémas... Cette baisse de clients les impacte notamment au niveau du chiffre d'affaires qui a d'ailleurs diminuer considérablement depuis le début de la crise sanitaire. Les responsables d'établissement pourront contrôler l'identité des détentrices et détenteurs de pass sanitaire, une mesure "discriminante" selon certains professionnels et dont les contours restent encore flous. (Photo : rb/www.ipreunion.com)
Le pass vaccinal désormais adopté par le Parlement, sa promulgation n'est qu'une question de jours. Les personnes non-vaccinées contre le Covid-19 ne pourront donc plus se rendre dans les ERP (Établissements recevant du public) comme les restaurants, bars, cinémas... Cette baisse de clients les impacte notamment au niveau du chiffre d'affaires qui a d'ailleurs diminuer considérablement depuis le début de la crise sanitaire. Les responsables d'établissement pourront contrôler l'identité des détentrices et détenteurs de pass sanitaire, une mesure "discriminante" selon certains professionnels et dont les contours restent encore flous. (Photo : rb/www.ipreunion.com)

A l’instar du couvre-feu, le pass vaccinal entraîne de nouveau une baisse d’activité des restaurateurs et restauratrices. La perte du chiffre d’affaires est néanmoins complexe à estimer car l’impact du pass vaccinal diffère selon les professionnels de la restauration, ceux qui sont ouverts le midi et le soir et ceux qui le sont qu’une partie de la journée.

Pour Ludovic Gachet vice-président du Club de la restauration, le pass vaccinal est un énième "coup de massue, une mesure qui nous tombe dessus encore une fois" explique-t-il.

Lire aussi - Le grand ras-le-bol des restaurateurs, des hôteliers et de tous les autres

Du côté des hôtels qui proposent de la restauration c'est le même constat. "Nous n’avons pas le choix que de nous plier au pass vaccinal et cela aura un impact sur le chiffre d'affaires" explique Pascal Turonnet, président du club des hôteliers. Les hôtels sont impactés par le pass vaccinal uniquement pour la restauration, une mesure qui concerne "35 hôtels sur les 40 de l'UMIH" ajoute-t-il.

- Des restrictions qui ne passent plus -

Le pass vaccinal permettra aux personnes vaccinées contre le Covid-19 d’entrer dans les ERP (Établissements recevant du public) comme les lieux de restauration alors que "beaucoup [d'entre-elles] viennent encore au restaurant" déplore Ludovic Gachet pour qui l’instauration du pass vaccinal ne poussera pas les gens à se faire vacciner ". Ce n’est pas en nous privant qu’on va les faire changer d’avis" insiste-t-il.

"Avec le couvre-feu et les contrôles de police, ce pass vaccinal vient encore nous impacter, on ne comprend pas, on a l’impression d’être pris en étau, de payer pour les non-vaccinés alors qu’on demande juste à travailler !" scinde Ludovic Gachet.

Lire aussi - Le couvre-feu et les jauges d'accueil impactent de nouveau les restaurateurs

D'autres comme Gérémy Roux, responsable du restaurant les Agitateurs du midi estiment que le couvre-feu et le télétravail ont un impact plus conséquent.  "Nous avons perdu 40% de notre chiffre d'affaires avec le pass sanitaire mais nous avons peu de clients non-vaccinés qui viennent chez nous, ils représentent "une personne sur dix" explique-t-il. Ecoutez :



- Le contrôle d'identité, une mesure floue qui divise -

Un aspect du pass est toujours flou : le contrôle d’identité. Ce sont les responsables d’établissements qui sont censés le faire mais les modalités ne sont pas précisées dans la loi. Les professionnels de la restauration mais dénoncent une "discrimination", "un choix qu'ils doivent faire entre les clients". " On doit contrôler les personnes qui peuvent ou non rentrer dans nos restaurants, nous sommes des ERP, nous accueillons du public, nous ne devons pas faire de différence" s'insurge Ludovic Gachet.

"Aujourd’hui les restrictions sanitaires vont très loin, comme pour le contrôle des pass sanitaires, on nous demande des choses que nous ne sommes pas en mesure de faire" ajoute-t-il.

Même constat pour Pascal Turonnet pour qui "les hôteliers ne sont pas les forces de l’ordre". L’UMIH s’est d’ailleurs exprimé à ce sujet ce lundi 17 janvier. Jean Terlon, vice-président de l’UMIH-restauration a déclaré sur Franceinfo que "le contrôle d’identité ne sera pas appliqué car, un, il n’est pas obligatoire, et deuxièmement on n’est pas formés à juger de la validité de ce pass" mais aussi "parce qu'on n'a pas le temps et on a déjà suffisamment de problèmes dans la restauration aujourd'hui".

"On n'est pas là pour fliquer la clientèle, pour contrôler le pass de chacun, [...] on essaie de d'avoir une certaine cohérence avec ce qu'on est avec ce qu'on vit" explique Gérémy Roux, responsable du restaurant les Agitateurs du midi à Saint-Denis. Regardez :



Avec toutes ces restrictions en vigueur pour l’accueil du public, certains professionnels de la restauration envisagent de quitter le métier. "Des restaurateurs commencent à abandonner, ils en ont marre, d’autres se posent des questions quant à changer de métier" explique Ludovic Gachet.

Cela fait désormais deux ans que la crise liée au coronavirus s'est installée dans notre quotidien.  "Nous devons apprendre à vivre avec le virus" a déclaré Emmanuel Macron le 25 août 2020 sur Twitter. Une annonce qui semble utopique aujourd'hui à la vue des restrictions sanitaires en place à La Réunion comme dans l'Hexagone.

vl/www.ipreunion.com /[email protected]

   

2 Commentaire(s)

D974, Posté
A ceux qui peuvent se passer de tout , il ne manque rien Plus aucun loisir .. Je m'en passe Je ne me ferai pas vacciner pour poser mon cul sur un fauteuil de bar , de restaurant , de ciné .. Et , j'y allais pourtant si souvent
Hugh coco, Posté
Les non vaccinés ne sont pas coupables c'est l'état et ses mesures floues et typiquement hauts fonctionnaires en dehors des réalités. Contrôle d'identité illegal