Une annonce du microbiologiste Patrick Mavingui (actualisé) :

Covid-19 : deux cas du nouveau variant BA-2 confirmés à La Réunion


Publié / Actualisé
Patrick Mavingui microbiologiste et directeur de recherche au CNRS a déclaré ce lundi 31 janvier sur le plateau d'Antenne Réunion que 2 cas de du nouveau variant BA-2 sont présents à La Réunion. Ce variant avait été détecté pour la première fois le 14 décembre en France. Il est d'ailleurs présent dans plusieurs pays du monde comme au Danemark et en Inde où il représente la majorité des infections au Covid-19. Selon les autorités danoises, BA-2, qui est majoritaire dans ce pays, est "plus transmissible, mais pas plus grave" (Photo d'illustration : rb/www.ipreunion.com)
Patrick Mavingui microbiologiste et directeur de recherche au CNRS a déclaré ce lundi 31 janvier sur le plateau d'Antenne Réunion que 2 cas de du nouveau variant BA-2 sont présents à La Réunion. Ce variant avait été détecté pour la première fois le 14 décembre en France. Il est d'ailleurs présent dans plusieurs pays du monde comme au Danemark et en Inde où il représente la majorité des infections au Covid-19. Selon les autorités danoises, BA-2, qui est majoritaire dans ce pays, est "plus transmissible, mais pas plus grave" (Photo d'illustration : rb/www.ipreunion.com)

Patrick Mavingui était sur le plateau d'Antenne Réunion ce lundi 31 janvier 2022. Il a déclaré que 2 cas du variant BA-2 ont été confirmés à La Réunion. Ce variant a été identifié pour la première fois en France, le 14 décembre 2021.  Ce variant BA-2 est un "sous-lignage" d'Omicron explique Santé publique France.

- Des détections de BA-2 "très faible" -

A ce jour trois "sous-lignage" ont été identifiés à savoir BA.1, BA.2 et BA.3. "Le sous-lignage BA.2 a été défini le 1er décembre 2021 et décrit le 15 décembre 2021" indique Santé publique France. D'après les différents résultats de séquençages effectués en France, les détections de variant BA-2 sont "très faibles".

D'autres pays comme le Danemark, qui a connu le BA.1 connaît une hausse des contaminations au variant BA-2 qui le remplace petit à petit. Les autorités danoises mènent d'ailleurs diverses études à ce propos, en ce qui concerne les caractéristiques, la transmissibilité et la sévérité de ces variants. Selon les autorités danoises, BA-2 qui est majoritaire dans le pays est "plus transmissible, mais pas plus grave" explique le Figaro.

- Le BA-2, majoritaire au Danemark et en Inde -

Selon le Conseil scientifique, "le sous-type BA.2 représente actuellement entre 3 et 4 % des variants circulants, surtout en Afrique et en Asie" rapporte les Echos. En plus d'être présent au Danemark et en France, ce variant l'est dans de nombreux autres pays à savoir en Inde où il est déjà majoritaire, il représenterait d'ailleurs un tiers des cas à Singapour.  Le mardi 25 janvier, Olivier Véran a d'ailleurs délacré sur le plateau de LCI que 60 personnes étaient infectées au variant BA-2.
 


- Des cas de BA-2 en Algérie -

Appelé "petit frère" d'Omicron, le sous lignage a été détecté en Algérie rapporte le média Site info. "Plusieurs cas du sous-variant BA.2 de l’Omicron viennent d’être détectés en Algérie, qui fait face à une 4e vague de covid-19, selon l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA)."

La communauté scientifique estime que ce variant est compliqué du fait de rapide propagation. De nouvelles techniques de criblage pourrait être mise en place pour mieux détecter les futurs cas au variant BA.2.

vl/www.ipreunion.com /[email protected]
 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !