Fin des gestes barrière :

Le masque s'en va, les rhumes, les grippes font leur grand retour


Publié / Actualisé
Chaque année, c'est la même rengaine : dès que l'hiver pointe le bout de son nez, les maladies saisonnières refont surface. Depuis le 1er avril 2022, l'obligation du port du masque en intérieur et le pass vaccinal ont été levés. Ces allègements des gestes barrières qui entraînent avec eux, la recrudescence des maladies telles que les rhumes, les grippes et les gastros. Des petits virus qui avaient presque disparu de notre quotidien en raison des confinements, du port du masque et de l'utilisation massive de gel hydroalcoolique (Photo rb/www.ipreunion.com)
Chaque année, c'est la même rengaine : dès que l'hiver pointe le bout de son nez, les maladies saisonnières refont surface. Depuis le 1er avril 2022, l'obligation du port du masque en intérieur et le pass vaccinal ont été levés. Ces allègements des gestes barrières qui entraînent avec eux, la recrudescence des maladies telles que les rhumes, les grippes et les gastros. Des petits virus qui avaient presque disparu de notre quotidien en raison des confinements, du port du masque et de l'utilisation massive de gel hydroalcoolique (Photo rb/www.ipreunion.com)

"Avec la fin du masque et des gestes barrière, on revoit les petites maladies revenir, les rhumes, les grippesu’on n’avait pas vu depuis plus d’un an" lance Marion, pharmacienne à Saint-Denis.

Les gestes barrières et le port du masque ont-ils diminué notre immunité ? Est-ce la raison du retour de ces virus ? Selon le Docteur Christine Kowalzyck, présidente de l’Union régionale des médecins libéraux, ce n'est pas du tout le cas. "C’est plutôt lié à l’évitement social et à la dimiution des contacts avec des personnes maladis", explique la médecin. Elle ajoute :"actuellement les enfants ont des rhinopharyngites et ils ne développent pas de formes graves. C'est la preuve que le système immunitaire est donc toujours vaillant."

Selon les chiffres de Santé publique France (SPF) on notait un net recul de ces maladies saisonnières en 2021. "Du 5 octobre 2020 au 18 avril 2021, aucun cas grave de grippe n’a été signalé. Durant la saison précédente, 860 cas graves de grippe avaient été rapportés" note SPF. Même constat du côté de la bronchiolite : pour la saison 2020-2021, l’agence nationale de santé publique a remarqué "une amplitude très inférieure aux saisons précédentes".

Depuis l’allègement des mesures barrières, on constate la recrudescence des petites maladies de l’hiver. À La Réunion,"il a été observé une légère augmentation des passages aux urgences pour gastro-entérite aigüe. Cependant, le nombre d’hospitalisation est stable", note l’Agence régionale de santé (ARS). À l’inverse, pour la grippe, une légère augmentation des syndromes grippaux a été observée depuis la semaine du 10 mars (avant la fin du port du masque), mais une baisse a été notée à partir de la semaine du 11 avril.

Si les petits rhumes et les grippes font donc leur grand retour à l’approche de l’hiver, "il n’y a cependant pas de tendance globale d’augmentation de cas liés aux maladies de l’hiver depuis la fin du port du masque", indique l’Agence régionale de santé de La Réunion.

- Le Covid-19 reste majoritaire -

Cet hiver devrait également marquer le retour de la grippe saisonnière. "Pour éviter sa propagation, la meilleure arme demeure le respect des gestes barrières" souligne, en substance l'ARS en incitant les personnes fragiles à se faire vacciner.

Même si toutes ces maladies de l’hiver font leur grand retour, les infections au Covid restent majoritaires dans les cabinets comme l’explique le docteur Christine Kowalczyk "À ce jour, au cabinet, le Covid reste la première maladie infectieuse."

Dans ce contexte marqué par une circulation virale toujours active et alors que 30% de la population éligible n’est pas vaccinée, les autorités sanitaires soulignent que "le port du masque et la stricte application des gestes barrières restent fortement recommandés, notamment dans les lieux à forte fréquentation au sein desquels les mesures de distanciation ne peuvent être respectées, ainsi que pour les personnes fragiles et les cas contact".

Pour rappel, du samedi 16 avril au vendredi 22 avril, le nombre de cas de Covid-19 a légèrement diminué, même s'il l'on dénombre à nouveau sept personnes décédées des suites du virus et cinq patients hospitalisés en service de réanimation. Les nouveaux chiffres de l’ARS seront connus ce mardi 3 mai 2022.

ma.m / www.ipreunion.com / [email protected]

   

2 Commentaire(s)

Justine, Posté
Je lis qu'une augmentation des syndromes grippaux a été observé depuis la semaine du 10 mars (avant la fin du port du masque), et une baisse à partir de la semaine du 11 avril." Certaines personnes qui lisent ça, vont poser le masque... C'est à la fin de l'hiver que nous saurons si c'était une bonne idée d'avoir enlever le masque dans tous ces lieux animés. A mon avis, c'est une très mauvaise idée. Les maladies infectieuses sont nombreuses, les médecins sont fatigués, et ils ne sont pas en nombre suffisant. En attendant, le bon sens m'invite à porter le masque. Et je ne suis pas la seule. Quant à la vaccination COVID, si toute la population réunionnaise, et tous les métropolitains étaient vaccinés, cela n'empêcherait pas la transmission. Les variants sont de plus en plus nombreux, et aucun vaccin contre eux. Il est dit qu'une personne infectée sur 20, forme légère ou plus forte, souffre de symptômes à long terme... Le Dr Nabarro, codirecteur de l'Institute of Global Health Innovation à l'Imperial College au Royaume-Uni nous dit : "Tout pays qui utilise le vaccin sans d'autres mesures induit sa population en erreur "Afin de mettre fin à la pandémie, nous devons continuer à faire preuve de rigueur et de discipline.
Nini, depuis son mobile , Posté
C est parcewue les gens ne font plus de tests ... autour de moi 6 disent être enrhumés alors Qu ils sont positifs à l auto test mais ils n ont pas envie d être emm... alors on fait comme si ...