Un cas détecté chez un éleveur de bovins :

Leptospirose : appel à la vigilance dans les élevages de La Réunion


Publié / Actualisé
Un cas de leptospirose a été détecté chez un éleveur de bovins dans l'Ouest de l'île, secteur Tan Rouge. C'est pourquoi, la Chambre d'agriculture et l'Agence régionale de santé (ARS) souhaitent alerter les agriculteurs et les appellent à faire preuve de vigilance. Depuis le début de l'année 2022, le nombre de cas de leptospirose est en recrudescence dans notre département. Nous publions ci-dessous leur communiqué. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Un cas de leptospirose a été détecté chez un éleveur de bovins dans l'Ouest de l'île, secteur Tan Rouge. C'est pourquoi, la Chambre d'agriculture et l'Agence régionale de santé (ARS) souhaitent alerter les agriculteurs et les appellent à faire preuve de vigilance. Depuis le début de l'année 2022, le nombre de cas de leptospirose est en recrudescence dans notre département. Nous publions ci-dessous leur communiqué. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Suite à un cas de leptospirose dans un élevage bovin dans les hauts de l’ouest sur le secteur de Tan Rouge et compte tenu de la recrudescence des cas de leptospirose chez l’homme depuis 2022, sur l’ensemble du territoire réunionnais, la DAAF souhaite sensibiliser l’ensemble des acteurs du monde de l’élevage. La leptospirose est susceptible d’infecter un grand nombre de mammifères sauvages (rongeurs, tangues…) et domestiques (bovins, ovins, caprins, procs, chiens) qui les excrètent dans leur urine. Les bactéries peuvent survivre plusieurs mois dans un milieu humide et chaud. La maladie se transmet principalement par contact avec de l’eau douce ou des sols boueux souillés par les urines d’animaux infectés.

Quels sont les symptômes ? Chez les chiens, il s’agit de troubles aigus du dysfonctionnement du foie et des reins provoquant fréquemment la mort en quelques jours en l’absence de traitement antibiotique précoce. Chez les chevaux, bovins et porcs, essentiellement des troubles de la reproduction, parfois atteinte du foie et des reins.

Par mesure de prévention, il est rappelé de mettre place et suivre un protocole de plan de lutte contre les rongeurs. Pour l’éleveur, porter des gants, après contact avec l’animal, se laver les mains.

Pour rappel, "la leptospirose est une maladie grave : si elle n’est pas traitée à temps, elle peut mener à une hospitalisation voire un décès", explique l’ARS. Depuis le début de l’année, 74 cas de leptospirose ont été déclarés à La Réunion, dont 35 cas au mois d’avril (contre une centaine de cas recensés chaque année).

Lire aussi - Deux personnes décédées et 119 cas de leptospirose depuis le début de l'année

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !