Voyages entre La Réunion et l'Hexagone :

Covid-19 : levée des motifs impérieux pour les personnes non-vaccinées


Publié / Actualisé
Le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu et Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la santé ont annoncé ce jeudi 12 mai 2022, l'allègement progressif de certaines conditions en vigueur pour les déplacements entre l'Hexagone et les Outre-mer. Comme l'a indiqué le ministère, la levée des motifs impérieux sera effective dès ce vendredi 13 mai 2022. (Photo : rb/www.ipreunion.com)
Le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu et Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la santé ont annoncé ce jeudi 12 mai 2022, l'allègement progressif de certaines conditions en vigueur pour les déplacements entre l'Hexagone et les Outre-mer. Comme l'a indiqué le ministère, la levée des motifs impérieux sera effective dès ce vendredi 13 mai 2022. (Photo : rb/www.ipreunion.com)

Trois mesures ont donc été annoncées par le ministère. La première, la fin des motifs impérieux depuis ou vers les outre-mer. Ces motifs ne seront plus obligatoires pour les passagers non-vaccinés, à l'exception de Wallis-et-Futuna.

Deuxième mesure : le test négatif à la Covid-19 ne sera plus demandé à l'embarquement pour les passagers vaccinés.

Troisième et dernière annonce : le port du masque ne sera plus obligatoire dans les déplacements, y compris en avion. Il reste néanmoins un moyen efficace de se protéger et de protéger les autres.

Comme l'annonce le " target="_blank">ministère des Outre-mer, "ces réductions tiennent compte de l'amélioration de la situation épidémique au niveau national et du recul des niveaux d'hospitalisation, même si la 5ème vague n'est pas encore terminée et la vigilance de chacune et de chacun doit rester de mise.

Pour terminer, le ministère le rappelle, "seule la vaccination permet de lutter efficacement et durablement contre le virus. Une campagne de vaccination, hors ARN-messager, sera lancée prochainement.

Pour rappel, mercredi 11 mai, à l'issue du dernier conseil des ministre, il a été annoncé la fin du port du masque dans les transports en commun à compter du lundi 16 mai, y compris à La Réunion. Cependant, le port du masque reste fortement recommandé, a rappellé le Ministère de la Santé.

Lire aussi - Covid-19 : le masque ne sera bientôt plus obligatoire dans les transports

- Près d’un an et demi avec des motifs impérieux –

Les motifs impérieux ont été introduits lors du premier confinement, le 30 mars 2020. A l'époque, les voyageurs devaient justifier de leur voyage, mais aussi observer une quatorzaine obligatoire dans un hôtel dédié. Cette quatorzaine avait été levée le 11 mai suite à une décision du Conseil constitutionnel : les voyageurs étaient priés de s'isoler pendant 14 jours, mais dans le lieu de leur choix.

Depuis le 28 janvier 2021, les motifs impérieux ont été mise en place pour tous les voyageurs entre La Réunion et la métropole, après une petite pause de cinq semaines. L’annonce avait été faite par la Préfecture, alors que La Réunion faisait face à une explosion de cas et à l’apparition de variant sud-africain dur l’île.

À ce moment-là, nous étions prévenus, les contrôles à l’aéroport Roland-Garros seraient renforcés. Un durcissement des contrôles qui avait été annoncé par le préfet le 16 février 2021. Les voyageurs devant envoyer une déclaration sur l’honneur et leurs pièces justificatives, au moins six jours avant leur départ. Un dispositif qui a été supprimé le mardi 18 mai.

Quelques mois après, et en raison d’un taux de vaccination élevé, le 9 juin 2021, il avait été décidé de lever partiellement les motifs impérieux. Mais exclusivement pour les personnes disposant d’un schéma vaccinal complet. Les personnes non-vaccinées, devant justifier jusqu’alors, d’un motif impérieux pour voyager.

Le 15 octobre 2021, l’état d’urgence sanitaire a été levé. Cependant, les motifs impérieux étaient eux, toujours en vigueur pour les personnes non-vaccinées.

ma.m/www.ipreunion.com/[email protected]

   

1 Commentaire(s)

Caroline, Posté
Une fois de plus du foutage de gu...! Depuis bien longtemps toutes ses restrictions auraient dues sauter.Mais il fallait garder l etat d urgence donc le conseil de défense pour que Macron décide de tout lui et lui seul.