Un phénomène inhabituel :

Variole du singe : un premier cas suspect en France


Publié / Actualisé
On l'a appris ce jeudi 20 mai par la Direction générale de la santé dans un communiqué, un premier cas suspect d'infection à la variole du singe a été signalé en France, et plus précisément en Ile-de-France. Cette maladie se transmet à l'homme par contact avec des animaux sauvages, rongeurs ou primates. Mais selon les experts, ces cas sont rares. D'autres cas ont également été signalés dans plusieurs pays d'Europe. (Photo : AFP)
On l'a appris ce jeudi 20 mai par la Direction générale de la santé dans un communiqué, un premier cas suspect d'infection à la variole du singe a été signalé en France, et plus précisément en Ile-de-France. Cette maladie se transmet à l'homme par contact avec des animaux sauvages, rongeurs ou primates. Mais selon les experts, ces cas sont rares. D'autres cas ont également été signalés dans plusieurs pays d'Europe. (Photo : AFP)

Cette maladie est surveillée de près par les autorités, car selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), "il n’existe pas de traitement spécifique no de vaccin".

Les symptômes que provoquent cette maladie sont : de la fièvre, des maux de tête, des douleurs musculaires, mal de dos, ganglions lymphatiques enflés, frissons et fatigue. Des éruptions cutanées peuvent aussi survenir, souvent sur le visage, et se répandre à d’autres parties du corps dont les parties génitale.

D’après l’OMS la variole du singe provient du centre et de l’ouest de l’Afrique. Ce virus, appelé scientifiquement " orthopoxvirose simienne ", reste très rare. D’ordinaire, cette variole a tendance à se développer dans des zones et des forêts tropicales. Si les symptômes semblent virulents, le taux de mortalité reste faible. L’Organisation Mondiale de la Santé affirme "qu’en général, le taux de létalité s’est établi entre 1 % et 10 %, la plupart des décès survenant chez les plus jeunes", précisant aussi que "la durée d’incubation est en général de 6 à 16 jours mais peut aller de 5 à 21 jours".

- Des dizaines de cas en Europe -

Plusieurs dizaines de cas suspects ou confirmés de ce virus ont été détectées depuis début mai en Europe et en Amérique du Nord. Le Royaume-Uni, qui a le premier signalé des cas, détectés à partir du 6 mai, a indiqué le mercredi 18 mai dans un communiqué, en avoir identifié deux nouveaux. Ce qui porte à neuf le nombre total de personnes infectées.

À l'exception du premier individu infecté, qui avait récemment voyagé au Nigeria, ces malades ont été contaminés au Royaume-Uni, selon l'agence britannique de sécurité sanitaire (UKHSA).

Mercredi, l'Espagne, le Portugal, le Canada et les Etats-Unis ont, tour à tour, signalé avoir repéré la présence de la variole du singe, ou ce qui semble l'être, sur leur territoire. Les deux pays de la péninsule ibérique ont rapporté avoir recensé une quarantaine de cas suspects ou confirmés de cette maladie, ce qui a conduit les autorités espagnoles et portugaises à déclencher une alerte sanitaire nationale.

www.ipreunion.com/[email protected]

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !