Courrier des lecteurs :

Le député Vlody, le Minotaure-pays


Publié / Actualisé
%thumb[w650-h365-q100-cc]%
Selon notre Minotaure-pays, l'octroi de mer est un enjeu majeur pour l'économie réunionnaise. A travers des différentiels de taux sur les produits importés et les produits locaux dans les territoires et collectivités outre-mer, ce dispositif a pour fonction première de compenser une partie des handicaps structurels qui frappent les régions ultrapériphériques, aidant ainsi les entreprises locales à rester compétitives. Mais l'octroi de mer, c'est aussi un produit d'environ 1 milliard d'euros (pour 2011) qui revient aux collectivités territoriales d'outre-mer. C'est donc une ressource financière importante pour ces collectivités. [...]
Selon notre Minotaure-pays, l'octroi de mer est un enjeu majeur pour l'économie réunionnaise. A travers des différentiels de taux sur les produits importés et les produits locaux dans les territoires et collectivités outre-mer, ce dispositif a pour fonction première de compenser une partie des handicaps structurels qui frappent les régions ultrapériphériques, aidant ainsi les entreprises locales à rester compétitives. Mais l'octroi de mer, c'est aussi un produit d'environ 1 milliard d'euros (pour 2011) qui revient aux collectivités territoriales d'outre-mer. C'est donc une ressource financière importante pour ces collectivités. [...]

L'existence de l'octroi de mer au-delà du 1er juillet 2014 est suspendue à une décision de l’Union européenne. Le rapport de MM. Vlody et Hanotin rappellera l'importance de prolonger ce dispositif et alimentera pour cela la réflexion que mène le gouvernement français en la matière. Ce rapport sera une des armes des négociateurs français dans les négociations avec la Commission européenne.

Alors pourquoi un octroi de mer sur les voitures et autres véhicules ? Aucune entreprise locale n'en fabrique ! Et de même pour les médicaments, les produits phytosanitaires, pétroliers, etc. etc.

Et pour faire bonne mesure, on a maintenant un octroi de mer interne applicable sur la production locale d’alcools, de tabac, de tôles et de ciments ! A la TVA s'ajoute évidemment l'octroi de mer, fixé, lui, sur la valeur de la marchandise arrivée à destination ! Il se calcule donc sur le prix de l'article agrémenté de la TVA et sur les frais de son transport plus l'assurance ! Si le coût de la vie est élevé à La Réunion, il n'y a pas à chercher loin. Voilà un paramètre à ne pas oublier. Que le ministre de l'Outre-Mer prenne bonne note de cet état de fait ! Qu'il voie non le porte-monnaie de nos élus mais celui des administrés, victimes du Minotaure-pays !

Et notre député illusionniste veut nous faire avaler sa couleuvre, à nous, pauvres de nous, et aussi au Parlement européen.

Le vrai prétexte que présente l'octroi de mer, c'est la ressource financière importante qui revient aux collectivités locales, une ressource providentielle, un produit d¹environ 1 milliard d’euros (pour 2011). C'est la poule aux oeufs d'or qui permet à nos élus de mener bon train de vie, de faire de beaux voyages et d'alimenter le CCASS pour les cas sociaux et ainsi de tenir les chers administrés sous leur tutelle. On sait ouvrir le robinet du CCASS quand il convient. Bref ! grâce à l'octroi de mer, le maire devient un grand seigneur entouré de ses élus et de ses serfs grouillant autour du CCASS. Et le parlement européen doit le savoir, des élus locaux, par le jeu des délégations, de présidences de SEM, etc. sont soumis à l'ISF, à l'impôt sur les grandes fortunes. Elle n'est pas belle, la vie sous les cocotiers ?

Autrefois on versait un tribut au Minotaure dans le terrible labyrinthe, construit par Dédale en Crète. Maintenant les temps se sont adoucis : le tribut n'est plus sanglant et annuel, il est financier et nous frappe tous les jours ! Et on charge le fidèle Vlody d'endosser le costume du Minotaure : il faut sauvegarder le tribut des cocotiers coûte que coûte pour les élus sans quoi nos seigneurs locaux risquent de patauger péniblement dans la panade !

C'est au Parlement européen de bien dérouler le fil d'Ariane pour nous sortir de notre triste labyrinthe ! Et d'inviter les collectivités locales d'outre-mer à fonctionner comme elles fonctionnent en Métropole ! Nous lui faisons confiance.

Gérard Jeanneau

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !