Courrier des lecteurs :

La Nouvelle Route du Littoral doit se faire


Publié / Actualisé
Une bonne fois pour toute Monsieur Houssen, le chantier de la nouvelle route du littoral se fera et ne saccagera absolument pas la mer. Bien au contraire la nouvelle route du littoral va protéger et valoriser les milieux environnants.
Une bonne fois pour toute Monsieur Houssen, le chantier de la nouvelle route du littoral se fera et ne saccagera absolument pas la mer. Bien au contraire la nouvelle route du littoral va protéger et valoriser les milieux environnants.

D'abord, la Nouvelle route du Littoral est un chantier nécessaire, choisi et urgent car l'état actuel de la RN1 est dégradé et irréversible : Il règne une insécurité pour les usagers avec des risques : d’éboulements, de submersions, de ruptures d’ouvrages avec les coupures et restrictions de trafics fréquentes (environ 30 jours/an) ce qui engendre des pertes de temps, surcoûts induits, stress des usagers,... et avec des coûts d’entretien importants (à peu près 6 M€/an) qui devraient être divisés par deux avec la nouvelle route. Personne ne peut prédire quand se reproduira un grand éboulement identique à celui de mars 2006 qui a tué deux usagers et coupé la route pendant un mois... et si celui-ci se reproduisait sur une route embouteillée à l'heure de pointe du matin ??? 

Par ailleurs l'actuelle route pose d'importants problèmes environnementaux : eaux polluées rejetées directement dans l’océan, espèces exotiques se développant dans le Piège à Cailloux et envahissant la falaise, filets de sécurité  impactant très fortement la falaise (paille en queue, puffins,...), bruit routier,... Ces nombreux impacts négatifs seront traités et éliminés ou réduits dans le cadre de la nouvelle route qui de plus fera une place importante aux transports collectifs et aux modes doux (piste cyclable)

On ne construit  pas un ouvrage en mer sans d'importantes précautions comme vous avez l'air de le laisser entendre. Le cadre réglementaire en vigueur est connu et très strict: autorisation d'occupation du domaine public maritime, autorisation au titre de la police de l'eau, autorisations au titre des espèces protégées... celles-ci ne sont délivrées que sur la base d'études techniques et environnementales très approfondies, qui garantissent que toutes les précautions ont bien été prises pendant les travaux et pendant toute la durée de vie de la future route pour éviter ou réduire les impacts négatifs sur l'environnement et ce après avoir démontré qu'il n'y avait pas d'alternative satisfaisante. Et si tous les effets négatifs sur l'environnement n'ont pas pu être supprimés des mesures compensatoires sont alors mises en œuvre. Ces autorisations administratives ne sont enfin délivrées qu'après une instruction détaillée des dossiers constitués par la Région après avis d'instances scientifiques indépendantes.faut-il rappeler que si la solution en mer a été retenu en 2006 c'est à l'issue d'un long processus d'études, d’expertise, de concertation de de débats publics... mais aussi parce qu'elle avait des impacts moins importants sur l'environnement que les solutions terrestres...

Chacun n'est donc pas libre comme vous le laissez entendre de "bétonner la mer"... !

Il faut donc pour résumer rappeler simplement le caractère exemplaire de ce projet notamment pour le Développement Durable.

Donc voilà Monsieur, quelques faits qui prouvent bien que la nouvelle route du littoral sera respectueuse de l'environnement et même valorisera la mer.

Marie-Annick Fougeroux, secrétaire de LaRéunionEcolo

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !