Courrier des lecteurs de Margaret Robert Mucy :

Quid de la formation pour nos jeunes en contrat d'avenir


Publié / Actualisé
Le chômage exponentiel des jeunes à la Réunion est une chronique récurrente. Pour ces jeunes, l'accès au CDI relève du parcours du combattant dans un département marqué par un taux de chômage alarmant. Afin de réduire le chômage des jeunes mais également leur donner une première expérience professionnelle, le Parlement, conformément aux engagements du Président de la République, a adopté la loi sur la création des contrats d'avenir visant à recruter dés 2013, dans le secteur non marchand, 100 000 jeunes âgés de 16 à 25 ans, aujourd'hui sans emploi et sans diplôme, issus des quartiers populaires et ruraux.
Le chômage exponentiel des jeunes à la Réunion est une chronique récurrente. Pour ces jeunes, l'accès au CDI relève du parcours du combattant dans un département marqué par un taux de chômage alarmant. Afin de réduire le chômage des jeunes mais également leur donner une première expérience professionnelle, le Parlement, conformément aux engagements du Président de la République, a adopté la loi sur la création des contrats d'avenir visant à recruter dés 2013, dans le secteur non marchand, 100 000 jeunes âgés de 16 à 25 ans, aujourd'hui sans emploi et sans diplôme, issus des quartiers populaires et ruraux.

Ce dispositif doit leur permettre d’obtenir  une expérience professionnelle et suivre concomitamment une formation. Dans notre département, 5000 contrats d’avenir ont été proposés aux jeunes. Plusieurs collectivités territoriales et associations ont pu recruter dans le cadre de ce nouveau contrat.

Si les emplois d’avenir peuvent constituer une alternative au problème du chômage à la Réunion, il n’en demeure pas moins vrai que la professionnalisation doit être au cœur de ce dispositif. Rappelons-nous : l’objectif majeur de ces contrats d’avenir devait permettre à ces jeunes d’acquérir une expérience afin de développer leur savoir-faire et leur savoir-être, bref leur employabilité. Mais qu’en est-il de la formation, levier important de ce dispositif ? Ce qui nous intéresse, ce sont surtout les conditions posées en matière de suivi et de formation des bénéficiaires qui doivent permettre une insertion professionnelle durable et réelle des jeunes concernés par les contrats d’avenir. Trop souvent, cette dimension de la formation a été trop souvent absente des dispositifs préexistants.

A La Réunion, plusieurs jeunes en contrat d’avenir sont déjà à leur 5ème mois d’existence et travaillent déjà dans des associations et pourtant, aucune formation n’a été entamée !

Les employeurs souhaitent offrir un véritable encadrement et un tutorat au jeune concerné afin de l’accompagner qualitativement au travers des actions de formation qualifiantes, optimisant ainsi l’acquisition de leurs compétences. Mais qui doit financer ces actions de formation et la démarche tutorale impulsée par l’employeur ?

Tout porte à croire que le financement des formations de ces jeunes n’a pas encore été pensé à en croire les associations qui se sont adressées à leur OPCA respectif. Beaucoup de jeunes embauchés au sein des associations n’ont encore aucune visibilité sur le financement de la formation. Au niveau des OPCA locaux (Organisme Paritaire Collecteur Agréé en charge de financer les formations éligibles), les différentes commissions de réflexion se multiplient sans qu’elles puissent statuer définitivement sur un dispositif de financement stable et opérationnel. Autant dire que nous sommes face à une opacité angoissante en dépit les demandes de clarification formulées aux OPCA et au Préfet.

En d’autres termes, le dispositif global "contrat d’avenir + formation" doit constituer à notre sens, un outil privilégié de l’insertion professionnelle durable des jeunes en difficulté face à l’emploi. La réussite du parcours est intimement liée à un accompagnement renforcé à toutes les étapes du parcours par les missions locales et corrélativement, à un fort investissement des employeurs en termes de tutorat et de formation en vue de l’acquisition de qualification et de diplômes.

Margaret ROBERT MUCY

   

1 Commentaire(s)

Tilili, Posté
Pour ma part , j'ai fait appel pour le financement de la formation de notre jeune en emploi d'avenir à l'opca uniformation.
Je n'ai eu aucun problème, la formation et le tutorat sont financées à 100%