Tribune libre de Longitude 181 :

Opération baptêmes de plongée: des décideurs politiques moins impliqués que les citoyens


Publié / Actualisé
L'association Longitude 181, a organisé le 24 septembre une journée de baptêmes de plongée pour emmener les décideurs politiques et institutionnels de l'Ile de la Réunion à la découverte de la réalité de la vie sous-marine et mesurer la fragilité de ce milieu. L'association est satisfaite de cette journée même si celle-ci à davantage touché les associations et citoyens que les décideurs. (photo archives)
L'association Longitude 181, a organisé le 24 septembre une journée de baptêmes de plongée pour emmener les décideurs politiques et institutionnels de l'Ile de la Réunion à la découverte de la réalité de la vie sous-marine et mesurer la fragilité de ce milieu. L'association est satisfaite de cette journée même si celle-ci à davantage touché les associations et citoyens que les décideurs. (photo archives)

Ce sont 8 nouveaux baptisés heureux, que le monde de la plongée "bouteille" aura eu le plaisir d'accueillir en son sein.

Que l'on ait des responsabilités municipales comme l'adjoint au sport de la mairie de Saint Leu, que l'on soit journaliste et rédactrice sur Antenne Réunion, membre du conseil d'administration des Ptit's débrouillard de la Réunion, ou résident réunionnais curieux de mieux connaître encore son environnement proche, chacun des participants s'est vu prendre en charge de manière très professionnelle mais conviviale par les moniteurs de plongée participants à l'opération sous la coordination de Max, le responsable du Centre de plongée Bleu Océan.

Un des baptisés a même bénéficié du grand honneur d'être encadré par rien moins que Jean-Marc Charel, Président du Comité Régional FFESSM Ile de la Réunion présent pour la circonstance.                                                                                                                                

C'est donc en toute sécurité que cette opération, sous une météo de rêve, a pu se dérouler. Enfin, Fabienne Couapel-Sauret, Vice-Présidente de la Région a participé à la conférence de presse.

Nous avons découvert que notre opération avait pu être interprétée comme une "agression" vis à vis d'autres usagers de l'Océan, j'en suis personnellement désolé et suis très heureux d'avoir pu dès le lendemain en débattre longuement et très sereinement avec bon nombre de représentants de ces usagers qui vivent douloureusement depuis de longs mois cette "crise requins".

J'ai clairement réaffirmé que notre opération ne visait nullement à nier le risque "requins" (celui-ci a défaut d'être totalement maîtrisable, doit être mieux étudié par les personnes en ayant la compétence).

Le partage des connaissances afin de remédier aux impasses rencontrées par les usagers de l'Océan, est une des raisons d'être de Longitude 181. Au-delà d'être les témoins de l'évolution des fonds sous-marins, les plongeurs, qui de par leur activité se trouvent dans le volume immergé, ont la responsabilité d'échanger leurs savoirs avec les autres usagers de cet espace. Ceci, en particulier, lorsque des problèmes inhabituels se manifestent et affectent tous les usagers d'une manière ou d'une autre.

Il était aussi important pour moi de répondre aussi à une sollicitation des Clubs datant du dernier salon de la plongée sous-marine de Paris, devant la diffusion à l'international d'une image très négative de cette destination magnifique qu'est l'Ile de la Réunion.

En aucun cas, je ne me suis positionné en opposant aux autres usagers de l'Océan, la preuve en est que si mardi était subaquatique, mercredi était largement fait de rencontre avec le monde du surf et ses représentants... largement sinistré de façon regrettable.

J'ai constaté avec plaisir que les bonnes volontés étaient là pour faire en sorte que, tous ensemble, une, ou plutôt des solutions constructives soient trouvées malgré la complexité de ce dossier.

Mais le point commun de toutes les "tendances" que j'ai rencontré, est bien l'amour viscéral de cet environnement, marin ou terrestre, d'ailleurs. Nous sommes donc fondamentalement sur la même ligne quand nous dénonçons des arrêtés pouvant faire jurisprudence et mettre en danger le principe même des réserves naturelles marines ou des aires marines protégées partout dans le monde.

C'est d'ailleurs en ayant en tête la situation particulière de l'Ile de La Réunion, que nous participerons au prochain Congrès Mondial des AMP à Marseille. En effet, les échanges eus ce mercredi ont confirmé la nécessité de la présence de la Réserve Marine dont l'existence même n'est pas remise en cause par les amoureux de la mer rencontrés ce jour-là. La "problématique requins" semble cependant avoir soulevé certaines remises en questions et certains doutes de la part des usagers sur son fonctionnement. L'avenir de l'Océan résidant dans notre capacité à le protéger en intégrant les communautés qui y vivent, ces questionnements doivent être entendus pour les confronter à la réalité scientifique à mesure que nos connaissances grandissent. D'où, encore une fois, l'intérêt tout particulier d'un partage entre les différents acteurs du milieu marin. N'oublions pas l'extrême jeunesse de cette Réserve Marine...l'échelle du temps humain n'est pas celle de l'Océan.

Je suis donc reparti trop vite, mais riche de ces rencontres multiples qui sont le fondement même de notre association. Maintenant que nous nous connaissons, nous pourrons échanger sans intermédiaire pour contribuer à trouver des solutions afin de mieux connaître les interactions compliquées de cet écosystème, et appuyer en tant que plongeurs et dans le cadre de nos compétences des mesures de protection et d'encadrement des pratiques liées à la zone balnéaire."

Patrice Bureau, président de Longitude 181

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !