Tribune libre :

Conseil de l'Education Nationale: le SNALC dénonce l'amputation de la voie professionnelle dès le collège


Publié / Actualisé
Le SNALC /FGAF a observé lors du CEN du 18 décembre 2013 la fermeture des 19 classes DIFPAC (Dispositif d'Initiation aux formations professionnelles par Alternance) de l'île. Le SNALC a dénoncé cette attaque sans précédent à ce qui constituait une chance de combattre l'échec scolaire dès la classe de 4ème pour des élèves démotivés et volontaires pour réaliser un parcours professionnel de qualité.
Le SNALC /FGAF a observé lors du CEN du 18 décembre 2013 la fermeture des 19 classes DIFPAC (Dispositif d'Initiation aux formations professionnelles par Alternance) de l'île. Le SNALC a dénoncé cette attaque sans précédent à ce qui constituait une chance de combattre l'échec scolaire dès la classe de 4ème pour des élèves démotivés et volontaires pour réaliser un parcours professionnel de qualité.

De plus, le SNALC/FGAF  constate la fin des DAP (Dispositifs d’Alternance personnalisés), petits stages permettant la découverte d’une orientation différente et choisie  pour les élèves en échec  souhaitant découvrir le monde professionnel dès le collège.  La disparition de la découverte professionnelle dès le collège pour les élèves volontaires représente un abandon de ces élèves dans les voies générales, et un immobilisme de l’orientation dans le collège. Que sera-t-il des élèves en échec noyés dans les parcours classiques dont ils ont déjà  démontré qu’ils sont inadaptés pour certains ? Qu’en sera-t-il de la frustration et de la violence face à  un système qui  ne propose plus rien à l’élève en difficulté et le condamne à une orientation par défaut en fin de 3ème ?

Le SNALC a par ailleurs rappelé son opposition à la réforme des rythmes du  primaire qui  prétend tout chambouler au  prétexte de placer le péri-scolaire au centre de la réforme ! Qu’en-est-il des fondamentaux qui  doivent être renforcés pour une meilleure intégration en classe de 6ème ?

Le SNALC  déplore également le manque de cohérence d’un calendrier scolaire triennal qui  renverra les élèves en classe en plein mois de janvier, quand les conditions climatiques sont les moins appropriées aux apprentissages.

Le SNALC/FGAF, s’il est favorable à  des idées innovantes pour la réussite des élèves réunionnais ne peut comprendre l’intérêt d’une expérimentation pour la Haute Qualité Educative de l’académie de La Réunion quand les expérimentations pour créer des classes de réussite en professionnel seront refusées aux  collèges demandeurs !

Le SNALC/FGAF  milite pour une réforme ambitieuse du  collège ne condamnant pas les élèves en échec à  une stigmatisation plus grande dans une structure figée n’offrant aucune préparation pour une voie professionnelle d’excellence !

Le bureau académique du  SNALC /FGAF Réunion

   

Mots clés :

    Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !