Courrier des lecteurs de Jean-Claude Comorassamy :

Fortes tensions sur la conférence sociale qui s'ouvre


Publié / Actualisé
Un climat social plus en plus morose s'abat sur la France. L'équipe de France éliminée du mondial de 2014, le manque d'emploi qui occupe une grande place dans tous nos esprits, dans un contexte de flambée du chômage et de précarité. Le chantage du Medef de dernière minute, dialogue social de plus en plus difficile... etc.
Un climat social plus en plus morose s'abat sur la France. L'équipe de France éliminée du mondial de 2014, le manque d'emploi qui occupe une grande place dans tous nos esprits, dans un contexte de flambée du chômage et de précarité. Le chantage du Medef de dernière minute, dialogue social de plus en plus difficile... etc.

Incontestablement, les menus des sept tables rondes de la conférence " anti sociale " du troisième quinquennat du Président Hollande, s’annoncent sous une tempête sans précédent voire indigestes.

D’ailleurs, même le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger (d’habitude consensuel) a haussé le ton cette semaine, tout en annonçant, qu’il ira à cette conférence sociale ou grande messe qui démarre ce lundi, malgré les graves tensions qui sont inévitables. Desquelles certaines organisations syndicales prédisent même, le boycott voire autre coup d’éclat ce lundi.

Quant à cette conférence, Laurent Berger a encore précisé " parce que la réponse donnée au Medef ne va pas dans le bon sens. Comme notre pays n'est pas mature en termes de dialogue social, certains, comme le Medef, préfèrent la logique du lobbying. Ce n'est pas compatible avec la démocratie sociale ". Il a réitéré  ses exigences pour cette troisième grande conférence sociale : " J'attends maintenant que le gouvernement, avec l’aide du Parlement, dise comment le patronat doit respecter ses engagements et prendre ses responsabilités. Nous serons très exigeants car le patronat ne peut pas être dans la surenchère permanente. Il devra rendre compte de l'utilisation des fonds qui sont alloués aux entreprises dans le cadre du pacte de responsabilité ".

Comme chacun  a pu le constater, que c’est le cri d’alarme du patronat dans une tribune libre,  qui demande encore plus " d’allègement ", plus de " régression sociale " pour les salariés et " moins de dialogue social ", qui a mis le feu au poudre.

Puisque, le gouvernement est revenu sur ses engagements, annonçant sa décision d’un report partiel du compte pénibilité pour la retraite, résistance sur la simplification du Code de travail et de la révision du dispositif temps partiel, même le dialogue social si " cher " au gouvernement socialiste soi-disant. Faisait même l’alpha et l’oméga de sa politique, semble  dans une phase de recul aujourd’hui face au patronat.

D’où ce sentiment, d’un pacte de responsabilité vidé de sa substance, que les syndicats accusent le gouvernement de " céder aux injonctions du patronat ".

Bref, espérons que malgré l’orage de tous les dangers, à l’issu de cette conférence sociale, des solutions concrètes soient mis en œuvre pour lutter contre le chômage, plus particulièrement chez nos jeunes et nos séniors, l’apprentissage, la formation et le dialogue social clé de voûte important…. doivent faire partis de cette colonne vertébrale pour les salariés.

Mais, laissons à nos représentants syndicaux proposer leurs propres menus autour des sept tables prévues ce lundi, en leur souhaitant un bon appétit !

Jean-Claude Comorassamy
Militant CFDT

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !