Tribune libre du SNALC Réunion :

Les examens ou la course au pourcentage de réussite


Publié / Actualisé
Le SNALC/FGAF se réjouit des résultats des épreuves du baccalauréat et du brevet des collèges et adresse ses félicitations aux élèves et à leur famille ainsi qu'aux professeurs qui se sont impliqués dans ce travail précieux indispensable pour la réussite des élèves après le collège et le lycée.
Le SNALC/FGAF se réjouit des résultats des épreuves du baccalauréat et du brevet des collèges et adresse ses félicitations aux élèves et à leur famille ainsi qu'aux professeurs qui se sont impliqués dans ce travail précieux indispensable pour la réussite des élèves après le collège et le lycée.

Le SNALC s'inquiète cependant de la course au pourcentage de réussite qui dénature l'essence de ces examens auxquels il est très attaché. Incitations à noter toujours plus haut, pressions lors des harmonisations, contrôle constant de la notation par injonction à noter selon des pourcentages...

Le SNALC rappelle que le jury est souverain et qu'il est grave de toucher à la liberté de ce dernier dans sa notation. Le contrôle continu pris en compte dans l'évaluation du brevet a dénaturé cet examen et l'a considérablement dévalorisé. Il faut au  contraire garantir une impartialité dans les corrections, accessible que par des contrôles finaux anonymement et librement corrigés.

De plus le SNALC craint que ces harmonisations constantes qui ressemblent plus à  des rattrapages de notes tendent à donner du notateur une image anachronique du grand méchant loup. Le SNALC rappelle que l'évaluation est partie prenante de la formation d'un enseignant.

Le doute que l'on laisse planer sur une soit-disant malveillance des notateurs est inacceptable. Preuve en est, les résultats au  contrôle continu sont dans la majeure partie des cas bien supérieurs à la notation finale anonyme !

Le bureau académique du SNALC Réunion

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !