Lettre ouverte du collectif Nou Vé Nout Tram à François Hollande :

"La Réunion a droit à un TER comme les autres régions de France"


Publié / Actualisé
Monsieur le président de la République, le collectif Nou Vé Nout Tram agit au profit d'une stratégie globale de déplacement durable à La Réunion depuis octobre 2009. Notre démarche est animée par une prise de conscience de notre responsabilité vis-à-vis de l'avenir de nos enfants et de notre île.
Monsieur le président de la République, le collectif Nou Vé Nout Tram agit au profit d'une stratégie globale de déplacement durable à La Réunion depuis octobre 2009. Notre démarche est animée par une prise de conscience de notre responsabilité vis-à-vis de l'avenir de nos enfants et de notre île.

Aujourd’hui, les difficultés de déplacements quotidiens sont l’une des principales préoccupations des Réunionnais. Avec un parc automobile de plus de 350 000 véhicules et une progression d’environ 10% chaque année, le réseau routier, pourtant performant de la Réunion, est déjà asphyxié.

Dans 15 ans,  nous serons à 1 million d’habitants et nous compterons 800 000 véhicules sur notre petite île. Comment allons-nous nous déplacer ?

Nous refusons la fatalité. Nous faisons appel à la responsabilité des Réunionnais pour que le projet d’un réseau ferroviaire  puisse voire rapidement le jour. C’est la seule et l’unique solution fiable pour résoudre nos problèmes de déplacements tout en contribuant à un développement durable de notre Région.

Monsieur le Président de la République, comme vous le savez au-delà de l’influence des modes de déplacement sur l’économie et sur l’aménagement du territoire, la stratégie  adoptée des transports ont une emprise sur l’environnement. Ainsi, nous savons que le réchauffement de la planète est inexorable si rien n’est fait avec force pour juguler l’augmentation des émissions de CO2, principal gaz à effet de serre. Et vous savez, que l’automobile est l’un des facteurs responsable de ces émissions de CO2.

La politique de transport devient alors une variable d’ajustement stratégique au maintien de notre équilibre écologique et climatique. Ainsi envisager exclusivement le tout automobile se serait faire fi du futur et conduire Réunion dans la spirale de l’irréversibilité.

C’est pourquoi, Monsieur le président de la République François Hollande vous vous étiez engagé dans ce sens. Et c’était sur la base de votre parole donnée que notre collectif avait appelé solennellement et sans défaillance à voter pour vous lors de la campagne pour les présidentielles. Nous vous rappelons vos propres paroles prononcées le 1er avril 2012 dans votre discours à Saint-Louis  lors de votre passage à La Réunion, en tant que candidat, que nous citons : " Vous avez besoin d’infrastructure, vous souffrez plus que d’autres régions de France et d’Outre-mer de ce problème des carburants, ce qui a justifié un mouvement qui s’est traduit au mois de février ? Et bien, il nous faudra aller vers le Tram-Train c’était un projet que vous avez lancé et il appartiendra au prochain président de lui donner toute sa place… ".

Et bien, 26 mois après votre élection, nous avons l’honneur de solliciter, Monsieur le président de la République, toute votre attention à ce dossier pour concourir à l’aboutissement de ce projet vital pour La Réunion.

N’attendons pas que nous soyons dans l’impasse dans 15 ans pour comprendre qu’il aurait fallu prendre une décision en faveur de la solution ferroviaire. Car, le propre du politique par un effort d’analyse est d’anticiper les changements et, par son action, doit influencer le mouvement de l’histoire.

Monsieur le président de la République, conscients de l’attachement que vous portez au développement durable et à la protection de la planète, et cela est souligné par la nomination de Ségolène Royal au ministère de l’Ecologie, du développement durable et de l’énergie, qui fait un travail remarquable au profit d’une croissance verte. Nous vous demandons d’intervenir auprès du chef du gouvernement pour que La Réunion puisse bénéficier, au même titre que les régions métropolitaines d’un TER (Transport Express Régional) dans le cadre de la réforme de la gestion des collectivités territoriales.

Car, ce projet ferroviaire ne pourra se faire sans l’appui et l’accompagnement de l’Etat. Il s’agira alors, d’étendre à La Réunion, l’assurance de son financement, comme cela se fait dans les vingt autres régions de France. En effet, depuis 2002 avec l’acte deux de la décentralisation, les régions sont devenues des autorités organisatrices des transports ferroviaires sur leur territoire. De cette manière l’Etat participe à hauteur de 72% en moyenne au financement du TER à travers de deux types de dotations.

Par conséquence, dans le cadre du principe de l’égalité territoriale, La Réunion a droit à un TER comme dans les autres régions de France.

Par ailleurs, il est de la responsabilité de l’Etat de rétablir un réseau ferroviaire, puisque c’était bien la puissance publique qui avait décidé de supprimer entre 1955 et 1970, le chemin de fer de l’époque, pourtant performant.

Ainsi, l’Etat pourrait piloter le projet par la mise en place d’un organisme, (de type Syndicat des Transports d’Ile-de-France), qui regrouperait toutes les autorités organisatrices de transport de La réunion, chargé de coordonner la création et la gestion du TER.

Egalement, Monsieur le président de la République, nous nous permettons de souligner que le protocole d’accord de Matignon 1, prévoyait une enveloppe de 430 millions d’euros pour un transport sur rail.

Egalement, il est pertinent de préciser que depuis 2001, et à plusieurs reprises mises à jour dans un livre blanc, la Commission européenne a élaboré une stratégie de politique de transport visant un développement durable où elle préconise à travers certaines directives, le transport ferroviaire dont ne bénéficie pas pourtant, La Réunion en tant que Région Ultra périphérique Européenne.

De plus, en matière de réduction d’émission des gaz à effet de serre, l’Europe s’est fixé comme objectif une baisse de 40% d’ici 2030. La réunion, n’y échappe donc pas à cet objectif, c’est pourquoi, la réalisation de ce réseau ferroviaire sur notre territoire est plus que jamais nécessaire.

Monsieur le président de la République, nous comptons sur le respect de vos engagements pour demander à vos services d’Etat compétentes de faire avancer rapidement ce dossier, qui est crucial pour le développement harmonieux et durable de notre région, La Réunion.           

Krishna Damour, porte-parole du collectif  Nou Vé Nout Tram

   

3 Commentaire(s)

IDR974, Posté
Je suis toujours étonné de ces collectifs et associations "indépendants" dont on se demande (enfin, on a une idée) pour qui ils roulent. Evoquer un TER et même un TRAM, fait penser à Paul Vergès...
Sur le fond, je suis étonné du simplisme des raisonnements et même des commentaires: y'a trop de voitures, donc train (ou tram ?.
Le tram était un gouffre financier démagogique. Il a été rejeté par la population. Point. Et pas si pratique que ça: combien le prendraient tous les jours, s'il s'était fait (prévoir à l'arrivée dans une commune un autre mode de transport, donc frais, attentes..;)? Et un train: combien ça va coûter. Avant de dire "un train, un train!", apportez des arguments chiffrés sur les besoins, la fréquentation attendue, le financement. Là, rien.
Sur les arguments avancés, ils sont maigres et non convaincants.
Le ti train longtemps, c'était il y a longtemps (quand n'existaient pas voitures, camions... plus économiques.
L'argument de la moindre pollution : c'est à voir, le train/tram fonctionnant à l'électricité, passagers ou pas, électricité fournie par une centrale du Port au Diesel qui pollue.
L'argument de la participation de l'Etat qui interviendrait financièrement dans 20 régions : il n'intervient pas dans les autres, et ne le fait que si le réseau ferré existe, ce qui n'est pas le cas dans toutes les régions, et en outre- mer.
La décision d'arrêter le ti train longtemps (CFR) en 1960-70, était raisonnable, vu les coûts financiers et la non rentabilité et l'inadaptation aux besoins du CFR.
La position de ce collectif n'est donc pas justifiée. Le seul point sur lequel je suis d'accord est le nombre de voitures indiqué et la nécessité urgente de sortir du " tout voiture ", ce qui passe par une réforme intelligente et profonde des transports collectifs à rendre attractifs (notamment par l'augmentation des TCSP), et aussi par une évolution des mentalités des habitants.
Mais au fait, vous n'en parlez pas du tout de ça ; bizarre... Peu porteur électoralement parlant ?
Copie à revoir, donc.
Les Avirons, Posté
Ce jour, je prends connaissance du contenu de votre courrier adressé au Président de la République dans le journal de l'ile, je partage tout a fait votre point de vue. le réseau ferroviaire qui existait a l'origine dans les années 1900 n'aurait jamais du être abandonné. Si un jour vous décidez de lancer une pétition, je suis prête à la signer et a la faire signer.
Salutations
Romz, Posté
Totalement en accord avec ceci, l'annulation du projet Tram-train a été une erreur qui se fera ressentir bien assez tôt et qui seront les principaux affectés ? Les réunionnais lambda et surtout les jeunes ! Je soutiens le collectif à l'origine de cette lettre ouverte, mais également le projet Tram-train lui-même, je pense et j'espère que ce projet va aboutir (avec du retard, car il aurait dû être programmé pour 2012).