Tribune libre :

La Droite sociale refuse "toute fusion avec l'UMP"


Publié / Actualisé
Nicolas Sarkozy vient d'annoncer son retour sur la scène politique, à grands renforts médiatiques. Dans un contexte où la France est plongée dans une crise économique et sociétale profonde, où la montée des extrêmes est préoccupante, toute voix émanant d'un homme qui a exercé des responsabilités est utile au débat démocratique. Toute idée, tout projet méritent d'être étudiés. Toute volonté de réconcilier les Français entre eux et avec les valeurs républicaines est bonne à prendre. Car les Français n'ont jamais été autant divisés qu'aujourd'hui.
Nicolas Sarkozy vient d'annoncer son retour sur la scène politique, à grands renforts médiatiques. Dans un contexte où la France est plongée dans une crise économique et sociétale profonde, où la montée des extrêmes est préoccupante, toute voix émanant d'un homme qui a exercé des responsabilités est utile au débat démocratique. Toute idée, tout projet méritent d'être étudiés. Toute volonté de réconcilier les Français entre eux et avec les valeurs républicaines est bonne à prendre. Car les Français n'ont jamais été autant divisés qu'aujourd'hui.

Le passage en force du " mariage pour tous ", mesure pourtant loin d'être prioritaire, la réforme pénale laxiste Taubira, les atermoiements diplomatiques sur Gaza ont créé des scissions profondes entre nos concitoyens. Jamais la parole publique n'a été, également, autant discréditée.

Le candidat Hollande prenant l'engagement d'une République exemplaire ; le président Hollande doit assumer la démission de deux de ses ministres, Jérôme Cahuzac d'abord, Thomas Thévenoud récemment !

Le candidat Hollande promettait d'être un président qui devait " avoir de la hauteur de vue" ; le président Hollande téléphone en personne à Léonarda !

Le candidat Hollande promettait qu'en Outre-Mer, " aucun jeune entre 16 et 18 ans ne se retrouverait sans solution d'insertion" ; le chômage touche 60% des jeunes Réunionnais !

Le candidat Hollande promettrait de créer " un partenariat dynamique entre l'Etat et les collectivités d'outre-mer " ; le seul partenariat proposé par le président Hollande est réductions budgétaires drastiques et suppression annoncée du conseil général !

Dans ces conditions, s'il n'est certes pas providentiel, le retour de Nicolas Sarkozy ne peut être que salué !

Nous sommes aussi en phase avec le constat dressé hier (dimanche, ndlr) par Nicolas Sarkozy sur France 2 : les clivages partisans ne veulent plus rien dire, et les ruptures idéologiques droite-gauche sont caduques. Mais Nicolas Sarkozy se trompe dans le remède proposé. Ce n'est pas d'un grand parti unique, rassemblant depuis les écologistes jusqu'au feu RPR en passant par le Centre, que veulent les Français. Ce grand parti unique, nous l'avons déjà connu : il est synonyme de perte d'idées, de manque de créativité, d'absence d'innovation, tous rangés derrière une pensée unique.

Ce dont la France a besoin, ce que veulent les Français, c'est au contraire d'un véritable creuset démocratique, d'un débat projet contre projet, sans promesses démagogiques et sans non plus masquer les réalités. C'est pourquoi nous refusons toute fusion avec l'UMP ou quel que soit le nom que Nicolas Sarkozy veut donner à son nouveau parti. Nous souhaitons conserver notre liberté de pensée, notre liberté de parole. Nous voulons, en tant que parti composante de l'UDI, que le Centre puisse proposer un projet de société original, équitable, fondé sur nos valeurs.

Les résultats des scrutins européens et municipaux prouvent la pertinence de ce positionnement. Cela n'empêchera pas les alliances, les unions, au cas par cas, et en fonction de l'intérêt des populations. Mais ces alliances doivent se faire sur la base d'un projet partagé, et d'une estime et d'un respect réciproques entre partenaires. Elles ne doivent pas être imposées et encore moins être le fruit de quelque arrangement entre leaders nationaux.

C'est cette position que défend Yves Jégo, candidat à la présidence de l'UDI. C'est cette position que nous défendons et défendrons à la Droite Sociale Réunion !

Ibrahim Dindar, président de la Droite sociale

   

4 Commentaire(s)

FOX, Posté
Ah mon dieu, li bouge encore celui là?!......Ibrahim aler marcher don, aler baigne canard pou amèn la messe !! Tu ne représente que ta propre ombre, aler chape, dégage ,hors de ma vue !!
Maëre, Posté
Si vous tous les partis de droite et centre se présentent pas 1 seul candidat ( pas forcément N. SARKOZY d'ailleurs) vous emmenez tous la FRANCE KO. Il y a forcément des nuances dans chaque petit parti MAIS il faut s'entendre pour LA FRANCE. Dans un couple est-ce que les 2 personnes ont un même avis sur tout ? NON, et ils ne font pas lit séparé pour autant ! Alors et vous ?
Arrêtez de ne penser qu'à vos petites personnes et à vos projets personnels politiques. Les Français en ont marre !!! MARRE, MARRE !!!
Fabienne, Posté
Ici la droite sociale est trop a gauche malheureusement. Et les dindar sont partout avec les socialistes. Un vrai mangé cochon. Vous n'avez pas de lecon a nous donner après avoir demander a voter hollande contre sarko
Filochard, depuis son mobile, Posté
Larg ca don