Tribune libre du Collectif "Nou vé nout tram" :

"Du rêve à la réalité"


Publié / Actualisé
A l'orée du 21ème Siècle, à plus d'un million d'habitants d'ici 2030, La Réunion s'inscrit irréductiblement dans le futur avec le projet de mise en chantier d'un réseau ferroviaire. Ainsi la collectivité régionale participe honorablement au développement durable de la Réunion. Aussi, la Région Réunion concourt à l'élévation de la REUNION au premier rang des équipements infrastructurels au sein de l'Océan Indien et positionne notre département parmi les plus grands chantiers actuel au monde de part ses exceptionnels et pharaoniques ouvrages d'art.
A l'orée du 21ème Siècle, à plus d'un million d'habitants d'ici 2030, La Réunion s'inscrit irréductiblement dans le futur avec le projet de mise en chantier d'un réseau ferroviaire. Ainsi la collectivité régionale participe honorablement au développement durable de la Réunion. Aussi, la Région Réunion concourt à l'élévation de la REUNION au premier rang des équipements infrastructurels au sein de l'Océan Indien et positionne notre département parmi les plus grands chantiers actuel au monde de part ses exceptionnels et pharaoniques ouvrages d'art.

Le réseau ferroviaire bouleversera irrémédiablement notre quotidien. Mais, ce que nous pouvons espérer au sujet de ce projet, c’est que le tracé initialement prévu devienne effectif : c'est-à-dire de Saint-Benoît à Saint-Joseph. Pour cela, l’Etat devra s’investir avec force dans son financement (Dotation ferroviaire). Telle est la condition sine qua non de l’extension du réseau. Car, plus l’état s’impliquera financièrement dans ce projet, plus l’ensemble des réunionnais pourra bénéficier des avantages de ce mode de déplacement. N’appartient il pas à la puissance publique de réunir les moyens favorisant la mise en œuvre d’un véritable mode de transport alternatif et durable en l’occurrence le " Train " ?

La région Réunion ne peut à elle seule relever les défis du futur malgré toute sa volonté. Un consortium Région-Etat-Europe-Privé est donc nécessaire à l’endiguement du tout automobile au profit de transports performants et protégeant notre environnement que nous désignons ici Mono-Rail. Afin que l’ensemble des Réunionnais puisse prosaïquement s’éprendre de l’influence de ce mode de déplacement sur son quotidien, j’ai laissé libre cours à ma plume dans un imaginaire réaliste constituant ainsi une esquisse d’un futur annoncé :    

Du rêve à la réalité…

En me réveillant, j’ai compris qu’il était samedi. C’est alors que je me suis mis à traîner du pied dans un élan de paresse exacerbée par une fin de semaine éprouvante à cause " des embouteillages " du  littoral Pendant que je me rasais, je me suis demandé ce que j’aillais bien faire et j’ai décidé d’aller à la plage A la nouvelle gare du Train de Saint-Denis, j’ai retrouvé mon ami Krish de la Bretagne qui m’avait rejoint par une des nombreuses navettes qui fait la liaison avec l’ensemble des quartiers de la ville Nous avons alors pris le Tram pour aller aux Roches Noires.

Là, nous avons plongé dans la passe, il y avait beaucoup de jeunes gens. J’ai retrouvé dans l’eau, Cindy, une ancienne collègue que j’appréciais à l’époque. Elle aussi, je crois. On s’échangea des nouvelles, j’ai appris qu’elle réside maintenant à Saint-Paul. Quand le soleil est devenu trop imposant, nous avons nagé vers la plage. Sur le quai, pendant que nous nous séchions, elle me dit : " Et si nous allions au Ciné Cambaie ce soir ? ". J’acceptai spontanément cette proposition en oubliant même que je devais rentrer à Saint-Denis pour renouveler  mon abonnement trimestriel " Tram " qui expirait à ce jour. Mais cela ne pouvait justifier un refus à cette agréable invitation. Quand nous sommes rhabillés, j’aperçu Krish qui se dirigeait vers nous.

Après s’être restauré hâtivement chez Loulou où nous avons pu déguster un délicieux riz cantonnais, Krish, et moi avons repris le Tram pour rentrer à Saint-Denis. Aussi vite arrivé, je m’empressai de procéder au renouvellement de mon forfait Tram Je pris ensuite la même navette que Krish pour aller à mon domicile, au Chaudron Fatigué par cette journée exquise bien entamée, je me laissai aller dans une sieste réparatrice qui devait me permettre en toute galanterie d’honorer l’invitation de Cindy Dix huit heures passées, je me réveilla et me prépara pour reprendre de Tram de 19H30 vers Saint-Paul où m’attendais Cindy afin de pouvoir assister à la séance de 20H.

Le film était à la fois drôle et triste. En sortant, nous avons repris le Tram pour pouvoir aller dîner au Kélonia. Le repas fût succulent, mais pas aussi pétillant que les yeux de Cindy qui brillaient au dessus de la lueur incandescente des chandelles. Nous parlions de choses et d’autres et notamment, j’appris qu’elle travaillait au Siège du CHU à Saint-Pierre. La distance ne lui posait guère de difficultés. Il faut dire que les distances sont désormais réduites depuis l’extension du réseau Tram vers le Sud.

Nous quittions Saint-Leu vers 01H00, Cindy débarqua à Saint-Paul après avoir échangé nos émails,  non sans l’avoir embrassée tendrement. Je restai éveillé pendant la suite du parcours. En passant au dessus de la NRL, mon hublot me laissa  admirer avec émotion le couché de lune plongeant dans l’Océan et dans un embrasement étincelant la mer. J’arrivai chez moi aux environ de 2H.

Quand je me suis réveillé, j’ai pensé qu’il était dimanche, et cela m’a ennuyé : je n’aime pas le dimanche. Alors, je suis retourné dans mon lit pensant à Anne et j’ai dormi jusqu’à 12H Je ne voulais pas déjeuner chez mes parents comme d’habitude parce que, certainement ils m’auraient posé des questions et je n’aime pas cela. Je me suis fait un riz chauffé que j’ai mangé à même la poêle Après le déjeuner, je me  suis ennuyé un peu et j’ai erré dans l’appartement. Un peu plus tard, pour m’occuper, j’ai pris un livre " D’une île au monde " et j’ai relu quelques passages de pages déjà écornées Pour finir, je me suis mis au balcon. Ma chambre donne sur la rue principale du Faubourg. L’après-midi était beau. Un peu plus tard, passèrent les jeunes gens du quartier, cheveux hérissés au gel et jeans amples. J’ai pensé qu’ils allaient au cinéma du centre ville. C’était pourquoi, ils se dépêchaient vers le Tram en riant très fort. Après eux, la rue peu à peu est devenue déserte… Les Trams tout à l’heure bondés étaient presque vides. C’était vraiment dimanche Peu après, le ciel s’est assombri et j’ai cru que nous allions avoir un orage d’été. Il s’est découvert peu à peu cependant. Mais le passage de nuées avait laissé sur la rue comme une promesse de pluie qui l’a rendue plus sombre. Je suis resté longtemps à regarder le ciel.

A 18 heures, des trams sont arrivés dans le bruit. Ils ramenaient du stade de Sainte-Marie des grappes de spectateurs. Les trams suivants ont ramené les joueurs que j’ai reconnus à leurs sacs de sport La journée a tourné encore un peu. Au dessus des toits, le ciel est redevenu rougeâtre et avec le soir naissant, les rues se sont animées. Les promeneurs revenaient peu à peu.

Presque aussitôt, le tram déversa un flot de spectateurs qui rentraient de la ville. Parmi eux, des jeunes gens avaient des gestes plus décidés que d’habitude et j’ai pensé qu’ils avaient vu un film d’action. Certains riaient, d’autres lançaient des plaisanteries aux jeunes filles du quartier dont elles riaient en retournant la tête. Plusieurs d’entre elles que je connaissais m’ont fait des signes.
Les lampes faisaient luire la rue mouillée, et les trams à intervalles réguliers mettaient leurs reflets sur des cheveux brillants, un sourire ou un bracelet.

Peu après, avec les trams plus rares et la nuit déjà noire au dessus des arbres et des lampes, le quartier s’est vidé insensiblement jusqu’à ce que le premier chat traverse la rue déserte. J’ai pensé à ce moment qu’il fallait dîner. Je suis alors descendu pour prendre à mon tour, le tram de l’horaire  pour aller manger un morceau au front de mer…

Krishna DAMOUR, du Collectif Nou Vé Nout Tram

   

17 Commentaire(s)

Olivier, Posté
Ne jamais aller chez Loulou en coup de vent, il faut prendre le temps de digérer surtout quand on a aussi bon appétit que le Krishna du récit! Votre rêve est fade et sans goût ceci dit, non merci!
Ici et maintenant, Posté
Au lieu de rêver d'autres font le choix de se lever pour réaliser des modes de déplacement alternatif! Et bientôt, ils réaliseront 2 monorails en complément des réseaux routiers existants! Mieux que votre rêve, je préfère la réalité!
Félix, Posté
Avec un projet estimé à 7 milliards, continue de rêver. En attendant il y a la réalité, avec du covoiturage, des vélos électriques, un territoire pas adapté pour un réseau en sol!
Bobby le réaliste, Posté
Il a quel âge ce type pour s'ennuyer autant?! Franchement, sa vie doit être très très monotone et triste! Quelle idée de faire la politique pour Thierry aussi! Sur le coup je compatie!
Le rêve d'un train s'il vous ramène à un besoin d'évasion ne nous étonne pas! La politique autrement est une immitation de politique des années 70-80 avec son vernis orange pétant en plus! Méfiez vous des apparences!
Au pays d'Aladdin, Posté
Manger/bouger, je ne lui souhaite pas de vivre tous les jours à ce rythme! Selon la loi du cause à effet, la paresse le gaietant, il tombera vite dans l'inaction et l'embopoint!
Alors que s'il effectue un tiers de son trajet sur une des pistes cyclables réalisées par la Région, il serait en meilleur santé!
Bref, le rêve et les kilos en plus, ou la réalité et la santé en prime, faut choisir!
@ Finances publiques dilapidées, Posté
Vous êtes complètement à côté de la plaque. Didier Robert a été félicité par la CRC pour avoir abandonner le projet Tram-Train.

Le projet Tram-Train de Verges allait couler financièrement notre Région.

Il faut savoir que pour l'entretien des voies, juste de Sainte-Marie à Saint-Paul le coût se serait élevé à 80 millions d'€..... Imaginez le coût d'entretien pour St-Benoît/St-Joseph !

Je trouve que l'on rêve un peu trop et qu'on est loin de la faisabilité et de la réalité.

Krishna, continue à rêver, perso je reste dans le monde reél.
William, Posté
Le Ti'Train a prévu des quais de quelles longueurs et combien d'expropriation sur tout le long de son trajet, sachant qu'il roulera au moins à 91km/heure pour atteindre une efficacité!
On continue de rêver ou on retourne sur terre Krishna?
Henri, Posté
Mi ve mon monorail ek mon NRL
Reve, Posté
rêver est permis mais la réalité nous rattrape votre tram est destructeur pour la réunion
, Posté
vous voulez quoi au faites un tram ou un TER de TR car vous mâchouillez,il y a quelques temps de cela vous étiez pour un projet viable le monorail, alors ou coné pas quan out ventre les pleins.
Asma, Posté
Nous avons voté Didier Robert, Nous voulons la NRL, un bon réseau routier pour nos belles voitures !!
Véro, Posté
Krishna, tu n'avais pas dit que tu étais pour le monorail ?
LILOU, Posté
Mythoman !!!!! Oui au monorail Non au tram !
Fleur des iles, Posté
Tu as fumé la moquette ou quoi ?
Lili, Posté
non au tram !!!!
Popol, Posté
Y en a qui sont dans la fiction et d'autre dans la réalité, continue à croire au rêve bleu ;-)
Finances publiques dilapidées, Posté
Je crains que ce projet de tram reste un doux rêve. Et pour cause, votre ami Didier Robert est en train de dilapider les finances de La Réunion dans les travaux insensés de la route du littoral et autres cadeaux à ses amis et proches. A moins que d'ici là il ne soit définitivement évincé de la scène politique. Faut le souhaiter!!