Tribune libre de Dominique Vienne (CGPME) :

Avec "l'attitude Réunion", réussissons notre transition territoriale


Publié / Actualisé
Seules une vision et une construction partagées entre tous les acteurs de notre territoire permettent d'effectuer des choix collectifs gagnants. La transition territoriale de La Réunion mérite qu'on donne un triple A à notre région !
Seules une vision et une construction partagées entre tous les acteurs de notre territoire permettent d'effectuer des choix collectifs gagnants. La transition territoriale de La Réunion mérite qu'on donne un triple A à notre région !

Les faiblesses de l’économie réunionnaise ont été brutalement révélées par la crise économique. Les mutations provoquées ont été violentes, la baisse du pouvoir d’achat et la hausse du chômage nous apparaissent comme des fléaux impossibles à surmonter. L’enjeu d’aujourd’hui, c’est d'imaginer la transition territoriale de La Réunion et d'amener chacun à assumer ses responsabilités partagées pour le territoire.

Avec les élections régionales, "la lang na poin le zo", mais pourtant plus qu'autrefois, nous avons besoin d’une vision ambitieuse à long terme ! Il nous faut de la conviction collective, de la cohérence et de la constance dans la mise en oeuvre d’objectifs partagés et du courage pour prendre les décisions dont La Réunion a besoin. Tous les candidats aux prochaines élections parlent des entreprises réunionnaises mais ils doivent surtout penser comme un entrepreneur ! C'est avec ce nouvel état d'esprit que l'aménagement du territoire, l'animation économique et les dispositifs d'accompagnement rendront le territoire attractif et propice au développement des TPE PME réunionnaises.

Finissons-en avec le réflexe du sauveur qui fait tout attendre de l’Etat ou de la Région. Mais ne tombons pas dans le fatalisme stérile. Les politiques descendantes uniquement de Paris vers la Réunion sont dépassées. Elles doivent au contraire naître, être construites et partagées par les acteurs du territoire. Les TPE PME et les grands groupes, tous les corps intermédiaires, les laboratoires de recherche et les centres de formation doivent s’associer dans une démarche d’écosystèmes vertueux.

Arrêtons de regarder l’avenir avec les lunettes du passé ! Pour réussir notre transition territoriale nous devons partager une vision commune et un véritable projet de territoire. L’anticipation est une incitation à l’action ; et comme tous les entrepreneurs qui se battent quotidiennement et croient dans leur entreprise, à la CGPME, nous croyons en La Réunion ! Il faut jouer collectif, il faut jouer pour le
territoire ; c’est ce que j’appelle "l’Attitude Réunion".

L’Attitude Réunion consisterait à mesurer l'engagement individuel et collectif ainsi que la portée de nos politiques économiques et sociales en utilisant un " triple A " pour faire réussir nos entreprises et révéler les atouts de notre territoire. D’abord, le " A " de nos " Atouts ". Nous vivons sur un territoire au carrefour de continents et de cultures différentes, qui possède des richesses extraordinaires. Notre territoire est dans son ADN même, divers, multiple et unique à la fois. Nos patrimoines naturels et culturels, notre jeunesse, sont des richesses inestimables que nous devons valoriser. Nous devons oser La Réunion, oser exploiter tous les avantages comparatifs dont nous disposons. Pour se faire, il nous faut dynamiser l’entrepreneuriat et l’innovation pour promouvoir tous les talents et renforcer le tissu économique local.

Les innovations majeures n’émergent plus dans les départements de recherche de quelques grands groupes, mais dans l’interaction entre les grands groupes et les start-ups, souvent issues du monde universitaire ou des PME. L’Attitude Réunion c’est faire de notre île une source d’inspiration, de découvertes et d’innovations, qui fera rayonner La Réunion donc la France, dans toute la zone de l’Océan Indien.

Ensuite, le " A " d’" Ancrage ". Nous avons besoin d’une nouvelle solidarité pragmatique, qui repose sur l’empreinte positive des collectivités, des entreprises et de chaque citoyen, à travers leur comportement d’achat. Concrètement, le SBA (Stratégie du Bon Achat) est une première étape formidable qui rend responsables les acheteurs publics vis-à-vis des savoir-faire locaux et de la " valeur péi ". Mais il faut aller plus loin. Le temps est venu pour que chaque entreprise, que chaque collectivité, quelque soit sa taille, qui crée de la valeur sur le territoire, affiche la part de valeur ajoutée qui reste sur celui-ci. Parce que nous sommes un syndicat qui se doit de contribuer à cette révolution économique, nous proposerons prochainement une innovation permettant d’atteindre cet objectif.

Les grandes sociétés doivent elles aussi, pouvoir rendre accessible aux TPE PME réunionnaises, leurs achats. Leur implication dans le développement local en sera renforcée. Tous les réunionnais doivent être informés des retombées concrètes et positives d’une entreprise pour le territoire. Cet engagement représenté par l’ancrage territorial, matérialise l’appropriation du territoire par tous. TPE PME, grands groupes, collectivités et citoyens, main dans la main, c’est ça " l’Attitude Réunion " !

Enfin, le " A " d’ " Appropriation ". Faisons de La Réunion une terre d’Espaces d’Initiatives Territoriales (EIT), tel que l’a brillamment conçu Jean-Pierre Aubert[1]. Créons sans attendre une task force " Attitude Réunion " où tous les acteurs économiques locaux (Chambres consulaires, syndicats patronaux et de salariés, université, cluster, agence de développement économique,…) pourront construire et mettre en oeuvre, avec la collectivité régionale et les intercommunalités, une stratégie pour le territoire. Tous ceux qui se sentent réunionnais de coeur doivent se placer au coeur des décisions qui font le devenir de La Réunion.

Les acteurs, organisés en réseau, doivent pouvoir construire les réponses au plus prés du terrain, pour anticiper les mutations économiques et sociales, favoriser les innovations, et s’engager dans des actions partagées. Pour ce faire, notre territoire doit se doter de pôles de compétitivité attrayants, organiser la valorisation des métiers artisanaux, renforcer son dialogue social territorial, utiliser son agence de développement économique comme le levier de l’attractivité du territoire et d’émergence de politique de filières, faciliter l’accès à des sources nouvelles de financement, et s’approprier la mise en oeuvre du PRIE (plan régional pour l’internationalisation des entreprises) pour la conquête collective de nouveaux marchés internationaux.

De nombreuses régions se sont engagées dans cette démarche avec des résultats spectaculaires, pourquoi pas nous ? L’Attitude Réunion rime aussi avec Ambition. Oui, réussir notre transition territoriale nécessite un engagement fort entre acteurs publics et acteurs privés. Pour passer de la culture du rattrapage de la postdépartementalisation à celle de la transition territoriale, ne nous posons pas que la question de ce que la métropole peut faire pour nous, mais d’abord de ce que nous pouvons faire pour La Réunion. Il n’y a pas d’ambition pour la Réunion qui vaille s’il n’y a pas d’ambition de Réunionnais.

Oté La Réunion !

Dominique Vienne - CGPME

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !