Tribune libre de Jean-Pierre Espéret, élu de Saint-Denis :

"Fier d'être soi-même malgré ce douloureux passé"


Publié / Actualisé
J'entendais récemment à la radio l'historien Prosper Eve parler des séquelles actuelles de l'esclavage, et elles sont indéniables.
J'entendais récemment à la radio l'historien Prosper Eve parler des séquelles actuelles de l'esclavage, et elles sont indéniables.

Gilbert Annette ne manque jamais dans ses discours de rappeler la nécessité de donner de l'ambition aux réunionnais et tout particulièrement aux jeunes, de les ouvrir au monde en les sensibilisant aux langues internationales et en les aidant à voyager loin mais aussi près avec le bus gratuit, à être bien dans son corps en sachant nager ou en pratiquant le yoga, bref à ne plus faire de complexes d'infériorité, mais à relever la tête et être fier d'être soi-même malgré ce douloureux passé.

Il y aurait peut-être aussi un travail à faire du côté des descendants d'esclavagistes et de colonialistes, qui ont légitimé leur domination sur les esclaves et les colonisés par une soi-disant supériorité raciale, idée diffusée jusqu'à la moitié du siècle dernier par l'Education Nationale. Je me souviens avoir lu dans le livre de géographie de ma mère qu'il y avait plusieurs races, que les noirs étaient gentils mais indolents, les jaunes travailleurs mais rusés, et que, bien sûr, les blancs étaient les meilleurs!

Dans le bus il y a quelques jours, à côté d'une Mahoraise, mes vis-à-vis sont un couple de touristes métropolitains, ils me disent qu'ils habitent une région où il y a beaucoup de migrants. Je me retiens de leur dire qu'ici c'est 100% migrants ou descendants de migrants. Je remarque alors que la dame transpire et qu'elle tient son chapeau devant son nez. La mahoraise se lève et descend du bus,  et alors la dame me confie qu'elle a du mal à supporter la transpiration des "gens", alors que la Mahoraise n'avait pas une goutte de sueur et que la dame était en nage !

Il faut soigner le complexe d'infériorité, mais ne pas oublier de soigner également le complexe de supériorité!

Bonne fête kaf zot toute!

Jean-Pierre Espéret

   

1 Commentaire(s)

Mécoué, Posté
Monsieur si dans l’ensemble votre analyse et proposition sont assez pertinentes votre souhait final ne l’est pas. C’est une hérésie de considérer le 20 décembre comme la « fet Kaf ». On peut tout fêter ce jour là sauf la fête du Cafre/Noir. Cette appellation qui perdure fait insulte à la mémoire des : Zélindor … Elie le forgeron et ses combattants de la liberté tombés pour ces derniers, en novembre 1811 à St leu.
Le 8 mai ; c’est la fête de la lumière sur l’obscurantisme… pas celle d’une ethnie