Tribune libre de Didier Robert :

Un plan de trop pour François Hollande


Publié / Actualisé
François Hollande a révélé lundi dernier son ultime plan pour l'Emploi qui témoigne par l'inflation des chiffres et des annonces, "deux milliard d'euros ", pour " un état d'urgence économique et social à proclamer", de l'échec persistant de sa politique de lutte contre le chômage. Depuis son accession au pouvoir en 2012, plus de 650 000 chômeurs supplémentaires sont inscrits à Pôle emploi, portant en fin d'année dernière à 3,57 millions le nombre de personnes en mal d'activité.
François Hollande a révélé lundi dernier son ultime plan pour l'Emploi qui témoigne par l'inflation des chiffres et des annonces, "deux milliard d'euros ", pour " un état d'urgence économique et social à proclamer", de l'échec persistant de sa politique de lutte contre le chômage. Depuis son accession au pouvoir en 2012, plus de 650 000 chômeurs supplémentaires sont inscrits à Pôle emploi, portant en fin d'année dernière à 3,57 millions le nombre de personnes en mal d'activité.

Nonobstant le flou qui entoure le financement de ce nouveau plan de sauvetage, le paradoxe de réquisitionner sans autre forme de procès le soutien des régions quand les dotations d’Etat aux collectivités pour 2016 sont réduites tout aussi arbitrairement de 3,67 milliards d’euros, limitant drastiquement leur capacité à abonder la commande publique, il est particulièrement significatif de noter le fait que pour l’essentiel le dit " plan pour l’Emploi " serait un quatrième plan consécutif de formation, avec le glissement de 500 000 demandeurs d’emploi de la catégorie A vers la catégorie D de Pôle Emploi. Un jeu de bonneteau qui permettrait d’escamoter les heureux bénéficiaires de ces formations du nombre des demandeurs d’emploi et donc de faire baisser en apparence le taux de
chômage.

Car ces formations, si elles ne sont pas corrélées à des emplois pérennes, ne seront pas plus efficaces ou réelles que ne l’ont été les 40 000 Emplois d’Avenir vendus aux Réunionnais par le même François Hollande, et Gilbert Annette, en août 2014, quand un tel quota représentait 80 % de l’ensemble des postes prévus pour l’ensemble de la France au budget 2014.

Il ne suffit pas de faire du chiffre avec des emplois prétextes utilisés comme des indemnités temporaires pour faire réellement baisser le chômage, en métropole et à La Réunion. Par rapport aux enjeux, François Hollande arrive un plan trop tard.

En revanche, la Région Réunion, en prise sur le réel, consacre depuis 2010 plus 100 millions d'euros par an à la formation et l'apprentissage. Au cours des six prochaines années, nous allons maintenir cet effort en direction de l’Emploi, des jeunes tout particulièrement, en partenariat avec le Département.

Nous mettrons en oeuvre le Pacte Citoyen des Entreprises pour l'Apprentissage, proposé aux 48 000 entreprises réunionnaises, pour favoriser l'embauche de stagiaires en apprentissage, à l'aide notamment d'une plateforme réseau de mise en relation des jeunes en recherche de stages et des entreprises.

Didier Robert

   

3 Commentaire(s)

Chupa , Posté
Quoi? Les "beug" de transmission ont été rétablis a la Region, ils ont retrouvé le mail?!!!! Ca mérite une une!!!
Renarde, Posté
Et lui il a créé combien d'emploi depuis son quinquennat
TAGOUN, Posté
T'as raison coco ! continues tes voyages aux frais de la République, endors toi dans un beau loft payé par les contribuables, profites de tes indemnités de Sénateur (sans bien sûr être trop présent en métropole tu risquerais d'avoir des frais) et avec ton augmentation de Président de la Région tu finis par des vacances dans un "paradis de millionnaires".
Et comme dit kréol allé marché plustôt que de dire des ..........(bétises)

Nota bene : au fait laisses moi rire (si c'était pas si grave) quand tu écris "Au cours des six prochaines années, nous allons maintenir cet effort en direction de l’Emploi, des jeunes tout particulièrement, en partenariat avec le Département." le département il a plus de sous.....il peine à assurer le RSA....ah oui mon gars allé marché !