Tribune libre du Cégom :

Vie chère à Mayotte et à La Réunion - L'État doit intensifier sa lutte contre les cartels


Publié / Actualisé
Le "Canard enchaîné" a publié, le 31 août, un article détaillant les "ententes cartellaires" ou "pratiques anticoncurrentielles" des importateurs & fabricants de fer à béton (10.000 tonnes par an), des transformateurs & vendeurs de zinc (notamment, du groupe belge Umicore), de la société TDF en diffusion hertzienne ou de SFR et de sa maison-mère Altice en téléphonie privée, ce - notamment - à Mayotte ou la Réunion.
Le "Canard enchaîné" a publié, le 31 août, un article détaillant les "ententes cartellaires" ou "pratiques anticoncurrentielles" des importateurs & fabricants de fer à béton (10.000 tonnes par an), des transformateurs & vendeurs de zinc (notamment, du groupe belge Umicore), de la société TDF en diffusion hertzienne ou de SFR et de sa maison-mère Altice en téléphonie privée, ce - notamment - à Mayotte ou la Réunion.

Ces pratiques mafieuses permettent à ces grandes entreprises d’imposer des prix plus élevés aux petites entreprises qui sont leurs clientes. Ces dernières doivent alors répercuter le surcoût vers le ou la client/e final/e (consommateur/e ou contribuable).

Chaque année, le Cégom (Collectif des États généraux de l’outre-mer - Fédération des Français/es d’outre-mers) publie un audit des politiques conduites par l’État en direction des Français/es d’outre-mers. Chaque année, cet audit souligne la précarité croissante de nos compatriotes. Les pratiques dénoncées par le "Canard" sont notoires & alimentent cette précarité.

Dans les revendications qu’il a soumises au président de la République François Hoolande en 2014, sur le fondement de ses audits annuels, le Cégom demandait un plan d’ensemble contre la vie chère. Il demande aujourd’hui à l’État d’intensifier sa
lutte contre les pratiques anticoncurrentielles outre-mers.

Pour le Cégom,
David Sar Auercach Chiffrin
Secrétaire national

 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !