Tribune libre d'André Thien Ah Koon :

"Gouvernance du CHU : non à l'éviction du Sud !"


Publié / Actualisé
Ce vendredi 31 mars 2017, André Thien Ah Koon a tenu à faire part de sa "stupéfaction" au regard de la composition du nouveau conseil de surveillance du CHU. Sur les 15 membres, aucun représentant du sud n'a été nommé. Ce que le maire du Tampon considére comme "une marque de mépris" tant à l'égard de la population du sud que des collègues élus et personnels qui se sont récemment mobilisés pour la sauvegarde du centre hospitalier. Nous publions ci-dessous son communiqué dans son intégralité
Ce vendredi 31 mars 2017, André Thien Ah Koon a tenu à faire part de sa "stupéfaction" au regard de la composition du nouveau conseil de surveillance du CHU. Sur les 15 membres, aucun représentant du sud n'a été nommé. Ce que le maire du Tampon considére comme "une marque de mépris" tant à l'égard de la population du sud que des collègues élus et personnels qui se sont récemment mobilisés pour la sauvegarde du centre hospitalier. Nous publions ci-dessous son communiqué dans son intégralité

C’est avec stupéfaction que j’ai pris connaissance de l’arrêté pris par le Directeur Général de l’Agence de Santé de l’Océan Indien, concernant la composition du nouveau Conseil de Surveillance du CHU qui comprend 15 personnes.

Le Sud est complètement évincé.

Dans le collège des représentants des collectivités territoriales, aucun représentant du Sud sur les cinq désignés.

C’est une marque de mépris vis-à-vis, tant de la population du Sud, que de nos collègues élus et personnels qui se sont mobilisés récemment pour la sauvegarde du CHU.

On voudrait supprimer toute réalité d’un pôle Sud du CHU qu’on ne s’y prendrait pas autrement !

Je dois rappeler que lors de la création du CHU issu de la fusion entre le Centre Hospitalier Félix GUYON et le Groupe Hospitalier Sud Réunion, le principe d’un CHU bipolaire a été acté.

Aujourd’hui, force est de constater que ce principe n’est pas respecté.

Le Sud est écarté de la gouvernance du CHU.

Cela est inacceptable !

Aucune argutie juridique ne peut justifier l’éviction du Sud.

Dans la période de crise actuelle et des mesures qui devront être prises, le Sud risque d’être encore une fois sacrifié.

Le Conseil de Surveillance doit comprendre en son sein la représentation de la composante Sud du CHU.

Je demande au Directeur Général de l’ARS-OI de revoir sa copie.

Nou lé pas plus, Nou lé pas moins, Respect’ A Nou.

André THIEN AH KOON

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !