Courrier des lecteurs d'une électrice :

Lettre ouverte aux responsables et militants socialistes ou ex-socialistes de Saint-Benoît


Publié / Actualisé
La défaite de Philippe Le Constant aux législatives est la cinquième de sa carrière :
- Aux élections municipales de 2001, lorsqu'il a perdu la mairie depuis 18 ans aux mains des socialistes.
- Aux législatives de 2002 où il est candidat suppléant, il est battu à Saint-Benoît et dans la circonscription.
- Aux européennes de 2014, malgré un bon score sur Saint Benoît dû à l'abstention massive, le mandat de député européen s'est envolé.
- Aux cantonales de 2015, il a dû son salut au travail de Michel Vergoz à Sainte Rose car il a été devancé sur Saint-Benoît par Bruno Mamindy.
- Aux législatives de 2017, même s'il a deux points d'avance sur Daniel Gonthier un score de 22% pour un ancien maire et premier adjoint est famélique. Le score sur l'ensemble de la circonscription est pire (12%).
La défaite de Philippe Le Constant aux législatives est la cinquième de sa carrière :
- Aux élections municipales de 2001, lorsqu'il a perdu la mairie depuis 18 ans aux mains des socialistes.
- Aux législatives de 2002 où il est candidat suppléant, il est battu à Saint-Benoît et dans la circonscription.
- Aux européennes de 2014, malgré un bon score sur Saint Benoît dû à l'abstention massive, le mandat de député européen s'est envolé.
- Aux cantonales de 2015, il a dû son salut au travail de Michel Vergoz à Sainte Rose car il a été devancé sur Saint-Benoît par Bruno Mamindy.
- Aux législatives de 2017, même s'il a deux points d'avance sur Daniel Gonthier un score de 22% pour un ancien maire et premier adjoint est famélique. Le score sur l'ensemble de la circonscription est pire (12%).

Les seules victoires électorales de M. Leconstant sur Saint-Benoît lors des 15 dernières années ont été obtenues lorsque le parti était dans l'opposition au niveau national et bénéficiait donc de l'impopularité des candidats de droite (2004 vague anti-Raffarin, 2011 vague anti-Sarkozy).

Quand est ce que Philippe Leconstant comprendra que le peuple ne veut pas de lui ? Quand est ce que Philippe Leconstant comprendra qu'à chaque fois qu'il a tenté de succéder à Jean Claude Fruteau, il a échoué et il est certain qu'il échouera encore ? Quand est ce qu'il comprendra qu'il est dans le milieu politique depuis 35 ans et qu'il est l'heure pour lui de préparer une nouvelle génération à exercer le pouvoir ou de sérieusement penser à se remettre en question ?

Philippe Leconstant est une personne d'expérience et qui a fait ses preuves en matière de gestion, en tout cas, il y a eu pire que lui dans l'histoire politique réunionnaise. Pourtant, force est de constater que cela ne suffit pas. Les erreurs commises depuis 35 ans se paie très cher :

M. Leconstant a toujours cherché à faire le vide autour de lui. Par crainte de la concurrence il a toujours préféré promouvoir des analphabètes. Ceux là ont certes le droit de s'intéresser à la vie de la cité mais il vaut mieux savoir lire, écrire et aligner quelques mots de français pour occuper des fonctions électives. M. Leconstant a toujours été le défenseur d'un clan qu'il favorise. M. Leconstant est entouré de personnes malfaisantes qui lui sont certes fidèles mais qui lui font perdre par ailleurs une multitude de voix par les ladilafés qu'elles colportent sur les uns et les autres.

Il y a très peu de chances que M. Leconstant comprenne. Les militants socialistes doivent donc le lui faire comprendre ! Encore faut il qu'eux même ils se remettent en question. On peut considérer que le peu de militants qui restent et sont à jour de cotisation sont plus ou moins sincères et défendent, sans trop d'arrières pensées personnelles, les idées et l'histoire du parti. Pourtant camarades, il faut vraiment que vous compreniez que vous n'avez pas le monopole du socialisme ! La carte de militant du parti socialiste ne vous confère pas un tel monopole. Vous n'êtes pas les gardiens du temple et vous n'êtes en aucun cas ceux qui doivent ou peuvent délivrer des brevets de socialisme ! Il y a des socialistes sans doute plus désintéressés, plus sincères et plus fidèles que vous qui ne sont plus encartés, effrayés qu'ils sont d'avoir côtoyé votre sectarisme.

Dans ces conditions, ne vous étonnez pas d'être les seuls à voter pour le candidat du parti ! Ne vous étonnez pas que celui perde les élections les unes après les autres car 100 militants n'a jamais fait la majorité des électeurs d'une commune comme Saint-Benoît. Le parti que vous prétendez défendre va mourir à Saint-Benoît si vous ne réagissez pas !

En ce qui concerne M. Julie, il a été membre du parti socialiste. Quoi qu'on en dise, il est le résultat de ce qui est décrit plus haut. Son talent personnel n'ayant pas été reconnu et étant relégué à jouer les seconds rôles, il a naturellement décidé de reprendre sa liberté. En revanche, il s'est trompé à partir du moment où guidé par la haine (légitime ?), contre ses convictions il s'est allié à la droite qui a vu en lui l'homme de la situation pour faire tomber la mairie à leur profit. Cette coalition hétéroclite ayant été battue en 2014, l'aile droite a repris sa liberté et a fait naturellemnt élire Sabrina Ramin.

C'est elle désormais la seule représentante légitime de l'opposition à Saint-Benoît. M. Julie, vous devez vous aussi comprendre que vote chevauchée politique personnelle s'est achevée le soir du 22 mars 2015 (départementales 1er tour) lorsque vous avez été éliminé et surtout devancé par Madame Ramin à Saint-Benoît. Votre score des législatives sur la commune démontre parfaitement que votre chance est passée et que les électeurs de droite qui vous avez choisi pour essayer de battre Jean Claude Fruteau sont rétournés d'où ils viennent et ils y resteront désormais puisqu'ils ont un chef. Pour rappel vous aviez réalisé 22% aux municipales, 30 % au cantonales et seulement 16% aux législatives. Le peuple ne veut pas non plus de vous ! Comprenez-le !


Enfin, Jean Claude Fruteau doit comprendre que s'il ne désire plus être candidat en 2020 comme il l'a fait comprendre à plusieurs reprises, il doit partir immédiatement ou former une personnalité ayant un minimum d'expérience et de popularité pour reprendre la relève. Il doit être aidé dans cette tâche par M. Leconstant et toux ceux qui sont de bonne volonté dans cette section socialiste de Saint-Benoît et dans les rangs de la gauche de façon générale, qui quoi qu'on en dise est toujours très largement majoritaire dans cette ville.

Une camarade électrice
A. D

   

1 Commentaire(s)

Jasmin, Posté
Ce genre d'individus sont assoiffés de pouvoir et sont incapables de se remettre en question. Si les militants ne bougent pas pour leur dire ASSEZ, ils s'estimeront toujours indispensables. Mr Leconstant, partez! C'est fini pour vous. Laissez la place à d'autres personnalités du PS.