Tribune libre du Collectif Saint-Denis en colère :

"Le maire ne respecte pas ses engagements"


Publié / Actualisé
Le 4 août 2017: le maire sort un arrêté visant à fermer tout ou partie la rue Felix Guyon aux automobilistes et à fermer partiellement les rues Ah Sam, Issop Ravate, Maréchal Leclerc. Cet arrêté est pris sans concertation et vient contredire l'engagement pris par le maire en juillet 2014 et renouvelé en octobre 2016. Il s'était engagé publiquement à ne pas restreindre la circulation dans ce quartier aux bus. Premier mensonge du maire.
Le 4 août 2017: le maire sort un arrêté visant à fermer tout ou partie la rue Felix Guyon aux automobilistes et à fermer partiellement les rues Ah Sam, Issop Ravate, Maréchal Leclerc. Cet arrêté est pris sans concertation et vient contredire l'engagement pris par le maire en juillet 2014 et renouvelé en octobre 2016. Il s'était engagé publiquement à ne pas restreindre la circulation dans ce quartier aux bus. Premier mensonge du maire.

 

Le 11 septembre 2017 : suite à 3 semaines de plans d'actions visant à rassembler contre cet arrêté, le collectif Saint-Denis en colère manifeste avec 600 personnes afin de montrer au maire qu'il faut trouver une solution à cette situation qui n'a que trop duré.

Les conséquences de cet arrêté sont catastrophiques: embouteillages sans précédents aux abords Est de Saint-Denis, une désertification de la ville, une baisse spectaculaire de chiffres d'affaires des artisans et des commerçants, une ville dont le coeur montre de graves signes de faiblesse.
Le maire fait le choix d'ignorer la présence de ces 600 personnes accompagnées des 2 présidents des Chambres consulaires (CCI et CMA) sur le parvis de son Hôtel de ville.

Après 6 heures d'attente, Monsieur Le Maire décide d'accorder une entrevue au Collectif. Aucune réponse ne sera donnée. Une proposition d'intégrer un comité de suivi le lendemain sera faite dans le but de trouver un nouveau plan de circulation au quartier Leclerc/Guyon. Ce comité se tiendra avec une promesse de prise de décision par le Maire le 13/09 et de sa mise en application au plus tard le 18/09.

Le 13 septembre 2017: le Maire décide sans motif de repousser la prise de décision au lendemain suite à un nouveau comité de suivi. 2nd mensonge.

Ce jour 14 septembre, aucune décision n'est prise lors de ce comité car le Maire ne souhaite pas revenir sur son arrêté. La proposition qu'il fait est la réouverture partielle de la rue Félix Guyon sans considérer que le réel point d'impact est l'entrée Est par le boulevard Nerhu. Le maire repousse alors sa décision pour la 3ème fois en une semaine. Nous en sommes au 3ème mensonge.

Le maire n'a fait preuve d'aucun dialogue. Il n'a en aucun cas tenu compte des conséquences dressées par le collectif aussi dramatiques soient elles. Il ne tient absolument pas compte des chiffres dressés par les chambres consulaires et le collectif indiquant qu'ils doivent être pris avec précaution. Il ne cherche en aucun cas le compromis et mise sur un essoufflement du collectif pour donner gain de cause à son 1er Adjoint qui veut rentabiliser la Sodiparc au détriment de la pérennité du centre ville.

Le trafic en centre ville de Saint-Denis c'est 15000 voyageurs en bus (ligne directe ou ligne couplée) contre 25000 voitures par jour.

Le bras de fer engagé par le Maire reprend donc ce soir. Un nouveau plan d'actions est en cours d'élaboration. Nous appelons à tous ceux qui le souhaitent à rejoindre notre mouvement!

Sandiren Permale
Président collectif Saint-Denis en colère

   

1 Commentaire(s)

TAGOUN, Posté
Vous nous cassez les pieds !