Tribune libre du Collectif de Défense du domaine public maritime :

Paillotes de l'Hermitage : l'incompréhension des Réunionnais


Publié / Actualisé
Monsieur le Préfet, avant tout, je tiens (au nom du Collectif mais aussi au nom de tous les Réunionnais qui nous soutiennent dans notre combat) à vous remercier pour l'intervention de la DEAL et des forces de police le dimanche 1er juillet 2018 sur les plages de l'Ermitage en direction des Paillotes de plage qui continuaient à exercer leur activité malgré la fin des AOTs et votre recommandation à libérer le DPM. Nous savons que vous avez transmis les PV de grande voirie au Tribunal Administratif dès réception (Photo d'illustration)
Monsieur le Préfet, avant tout, je tiens (au nom du Collectif mais aussi au nom de tous les Réunionnais qui nous soutiennent dans notre combat) à vous remercier pour l'intervention de la DEAL et des forces de police le dimanche 1er juillet 2018 sur les plages de l'Ermitage en direction des Paillotes de plage qui continuaient à exercer leur activité malgré la fin des AOTs et votre recommandation à libérer le DPM. Nous savons que vous avez transmis les PV de grande voirie au Tribunal Administratif dès réception (Photo d'illustration)

Depuis, nous n’avons plus de nouvelles mais nous constatons que les Paillotes continuent à exercer leur activité en toute impunité, sans autorisation. Le constat de l’occupation illégale sur le Domaine Public est aujourd’hui avéré et ne fait plus aucun doute.
Pour compléter le tableau une des paillotes pour ne pas la citer, la Bobine continue ses fiestas le jeudi soir jusqu’à tard dans la nuit.

Une discothèque à ciel ouvert !

Plusieurs alertes et plaintes ont été faites auprès de la gendarmerie de Saint-Gilles-les Bains mais sans résultat car la Paillote persiste et signe dans sa provocation. On pourrait croire que les gérants bénéficient de grosses protections à tout niveau. Depuis notre rencontre de 2017, nous avons toujours eu confiance à votre engagement et à votre détermination pour la libération du DPM. Nous vous l’avons exprimé à plusieurs reprises.

Mais aujourd’hui l’incompréhension des Réunionnais devient de plus en plus criante et la patience tend à disparaître pour laisser de nouveau la place à la colère.

Le temps de la procédure administrative et judiciaire est passé !
Le temps des vacances est terminé !
Le temps de la rentrée a sonné !
Les Réunionnais seront toujours à vos côtés, mais nous ne pouvons accepter plus longtemps que les Paillotes persistent dans leur il

légalité.
Lors du pique nique pacifique du 14 juillet 2018, nous avons pu enregistrer 321 signatures qui viennent vous demander des mesures conservatoires de fermeture administrative des 6 paillotes de la plage, le temps au Tribunal Administratif de prononcer l’expulsion des dites-paillotes et de la remise en état des lieux. Nous vous ferons parvenir cette motion à la Préfecture de Saint-Denis (copie du texte de la motion en pièce jointe).

Pour compléter notre action, nous sollicitons tous les élus Réunionnais, toutes les autorités en faisant appel à leur responsabilité dans le respect de l’article 40 du code de Procédure Pénale.

Monsieur le Préfet, nous réitérons notre engagement à vos côtés pour permettre une sortie de crise dans de bonnes conditions dans le dossier des Paillotes de l’Ermitage.

Mais les Réunionnais comprennent de moins en moins la lenteur du système et la diversion (provocation) des avocats de la partie adverse.

Je vous prie de croire, Monsieur le Préfet, à l’expression de mes sentiments respectueux.

Karl Bellon pour le Collectif de Défense du domaine public maritime

   

6 Commentaire(s)

Daniel, Posté
Je suis contre ces paillotes sons un troubles a l'ordre public,nuisance sonore des loi existe mais ces mafiosi les propriétaire ne les respecte pas avec la complicité de l'état,et de la justice et d'Avocat corrompu
Thony, Posté
Ces paillotes ne dérangent pas bien au contraire, elles animent, créent des emplois, attirent les touristes... c'est pas comme si il n'y avait pas de chômage sur notre île. Ce qui dérange c'est les gens qui mettent de la rubalise pour privatiser 1000m2 de plage pour un anniversaire, c'est ceux qui jettent leurs déchets de pique-nique, ceux qui mettent le groupe électrogène et la musique à fond, qui viennent à 15 voitures pourries au lieu de covoiturer et entretiennent les embouteillages les dimanches... Ce qui dérange c'est qu'il n'y ait pas suffisamment de zones de baignade sûres faute d'absence de filet magnétique antirequin, de bassins de baignade type boucan, manapany et grande Anse en nombre suffisant. Bref aidez votre île à se développer proprement au lieu d'emmerder le monde.
Marie jo, Posté
La violation de non accepter ceux qui à etait conclues est inadmissibles
THOR, Posté
"Paillotes de l'Hermitage : l'incompréhension des Réunionnais" n'importe quoi, réunionnais y s'en fout.....ils ont d'autres problèmes plus grave......donner à manger à ses enfants, payer l'eau et l'électricité alors les paillotes.....
Jacques, Posté
Karl Bellon, ou comment simplement utiliser les moutons de Panurge à ses intérêts personnels !
Lswaelens, Posté
Mr Bellon, si votre motivation d'interdire les paillotes n'est uniquement qu'une raison écologique c'est merveilleux mais ne pensez-vous pas alors qu'il serait plus judicieux de se battre contre les innombrables dépôts clandestins que nous rencontrons sur l'ile et qui sont bien plus néfastes au niveau écologique que les paillottes ?