Courrier des lecteurs de Jean Claude Comorassamy :

La métamorphose du soin psychiatrique après 60 ans de sectorisation


Publié / Actualisé
C'est la Circulaire du 15 mars 1960, qui a donné naissance à la politique de secteur tant au niveau national que local. Elle a eu pour but de définir la politique à suivre dans chaque département, pour permettre la mise en place d'un dispositif mieux adapté, plus efficace et au plus près des malades.
C'est la Circulaire du 15 mars 1960, qui a donné naissance à la politique de secteur tant au niveau national que local. Elle a eu pour but de définir la politique à suivre dans chaque département, pour permettre la mise en place d'un dispositif mieux adapté, plus efficace et au plus près des malades.

Ainsi, ce nouveau dispositif complété par d’autres bien sûr, a consisté essentiellement à diviser le département en un certain nombre de secteurs géographiques " à l'intérieur de chacun desquels la même équipe médico-sociale devra assurer pour tous les malades, hommes et femmes, la continuité indispensable entre le dépistage, le traitement sans hospitalisation quand il est possible, les soins avec hospitalisation et, enfin, la surveillance de postcure " d’après cette même Circulaire. Évidemment qu'un tel objectif n’a pu être atteint de suite pour la Réunion.

En effet, cette évolution démarrera à la Réunion bien des années plus tard. Puisque ce n’est qu’à partir de 1977/1978 que l’on assistera vraiment à un certain décollage de la sectorisation et à la création de  nombreuses structures extrahospitalières à l’ouest, au nord et à l’est, dont je fus l’un des témoins. Avec  les dispensaires d’hygiène mentale, les hôpitaux de jour, le développement des " visites à domicile ", des Centres médico-psychologique enfants et adolescents (CMPEA), des Centres Médico- Psychologiques pour les adultes (CMP), des Centres d'Accueil Thérapeutiques à Temps Partiel (CATTP), des activités et des séjours thérapeutiques…etc  permettant de maintenir dans la cité la personne atteinte des troubles mentaux. "Le principe essentiel de l'organisation de la lutte contre les maladies mentales est de séparer le moins possible le malade de sa famille et de son milieu."

On peut dire aujourd’hui, que la psychiatrie adulte comme enfant a une chance historique de se développer rapidement grâce à ces Circulaires mais aussi dans un contexte économique national peut-être un plus favorable qu’actuellement.

D’ailleurs, même pour l’hôpital psychiatrique (intra), des évolutions ont été aussi conçues, comme un lieu de vie pour les malades mentaux avec des structures pavillonnaires nouvelles et qui continue encore son développement, tout en proposant une offre de soins, davantage axée autour de la prise en charge du patient, mais aussi de la famille, des structures médico-sociales, écoles…etc. Le patient se trouve au cœur des dispositifs.

En conclusion, la Circulaire du 15 mars 1960 ne se contente pas d’évoquer l’organisation des soins centrée sur le secteur, elle met aussi l’accent sur une véritable dimension  de santé mentale aussi pour la Réunion. Cette métamorphose du soin dont j'étais acteur pendant 41 ans avec d'autres professionnels, reste incontestablement très positive malgré sous-dotée et demeure encore perfectible 60 ans après, mais avec des moyens nouveaux.

Jean Claude Comorassamy

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !