Tribune libre de Jean-Hugues Ratenon :

Coronavirus : lettre au Premier minstre


Publié / Actualisé
Monsieur le Premier Ministre, la situation sanitaire liée au coronavirus devient préoccupante voire inquiétante et encore plus pour les habitants de l'Outre-Mer et de la Réunion en particulier.
Monsieur le Premier Ministre, la situation sanitaire liée au coronavirus devient préoccupante voire inquiétante et encore plus pour les habitants de l'Outre-Mer et de la Réunion en particulier.

Le bilan ne cesse de s’alourdir de jour en jour à travers le monde, en Europe et en France où vous avez relevé le stade d’alerte au niveau 2 sur un échelle de 3 qui signifie que le virus circule sur le territoire. 

L’OMS, Organisation Mondiale de la Santé, a relevé aussi vendredi dernier à son degré maximum le niveau de la menace en le portant à très élevé.
Vous n’êtes pas sans ignorer l’importance des relations entre les Réunionnais et le territoire national avec un trafic très conséquent de voyageurs dans les 2 sens. 

Si je ne doute pas de la capacité des autorités sanitaires à faire face à une probable épidémie de grande ampleur, compte tenu de notre savoir faire dans le domaine, permettez moi de relayer les inquiétudes de la population Réunionnaise.
Une population qui, à l’écoute de ces informations inquiétantes, s’étonne, ne comprend pas qu’ici sur notre territoire, à la Réunion, les mesures de lutte apparaissent légères. 

Des bateaux de croisières continuent d’accoster, les avions atterrissent et aucun contrôle n’est effectué sur les passagers et les membres d’équipages.
Le Préfet et l’ARS ont certes expliqué tout le protocole, le dispositif mis en place mais ne parviennent pas à rassurer. Un exemple concret : des Réunionnais en voyage à l’île Maurice se font contrôler par prise de température à leur arrivée à l’aéroport et quand ils rentrent à la Réunion rien n’est fait, aucun contrôle.

Le ministre de la santé a conseillé vendredi soir " d’éviter les poignées de mains ". Imaginez l’impact d’une telle petite phrase dans la population qui se trouve à 10 000 kms de la métropole où circule en effet le virus, alors qu’à la Réunion aucun cas n’a été détecté , selon la ministre de l’Outre-Mer et les responsables sanitaires de métropole ; puisque les autorités locales n’ont pas le pouvoir de communiquer sur ce sujet, selon leurs propos.

Pas plus tard que ce weekend end, 2 paquebots, l’un venant d’Afrique du Sud, l’autre ayant fait escale en Thaïlande, ont accosté au port. Les 5300 passagers ont débarqué et ont visité l’île dans des bus. Ce qui provoque de vives inquiétudes dans l’opinion.  Pourquoi aucun contrôle ? 

Les dockers ne cachent plus, non plus, leurs craintes et réclament des mesures de protection.

Devant autant d’interrogations, d’informations vraies ou fausses, qui circulent, j’ai rencontré Monsieur le Préfet vendredi 28 février afin de discuter de la mise en place du dispositif sanitaire contre le coronavirus.

S’il m’a assuré que tout est prêt pour faire face dès un premier cas détecté, il ne m’a pas rassuré sur des mesures spécifiques, attendues par la population, et qu’il faudrait prendre pour la Réunion, compte tenu de notre insularité ; puisque le Préfet ne fait qu’appliquer les directives nationales et n’a pas pouvoir de prendre des décisions propres à notre situation à la Réunion. J’ai par conséquent formulé 6 propositions :

1)    J’ai insisté sur la nécessité de mettre en place le contrôle systématique de la température sur les passagers et membres d’équipages aux aéroports et au port.

2)    Lancement d’une grande campagne de communication pour informer la population sur la maladie, les symptômes, les gestes à adopter, et le dispositif sanitaire (spots télés-radios-pages dans les journaux…etc..).

3)    Constitution dans les meilleurs délais de stock de masques et de produits d’hygiène.

4)    Protection des personnels aéroports et port (comme le réclame les dockers)

5)    Demander aux agences de voyages de ne plus proposer et d’arrêter les promotions sur les destinations contaminées.

6)    Interdire toute entrée de cas suspect sur le territoire.

J’ai également demandé au Conseil Régional et au Conseil Départemental de se concerter afin d’organiser une conférence des élus et des personnalités qualifiées dans le but d’élaborer une plateforme commune de nos propositions pour nous protéger et qui vous sera remise.

Monsieur le Premier Ministre, je ne verse pas dans la panique ni dans la psychose, mais la population a besoin d’être rassurée. Au nom du principe de précaution, je souhaite que vous autorisiez les autorités locales, par dérogation au plan national,  à prendre toutes mesures afin d’éviter que le virus arrive chez nous et se propage.    

Votre responsabilité est engagée. Faites confiance à vos représentants ; faites confiance aux Représentants du Peuple pour définir le meilleur dispositif sanitaire bon pour nous.

Dans l’attente d’une réponse rapide, compte tenu de l’urgence, je vous prie de croire Monsieur le Premier Ministre en l’expression de ma très Haute Considération.

Jean-Hugues Ratenon, député
 

   

1 Commentaire(s)

Yo, Posté
Un vrai député à l'écoute et conscient des problématiques de notre ile.
Avec les sujet très préoccupant de la population de ce département
Continue d'existe monsieur RATENON.