Tribune libre de Frédéric Vienne :

Nous allons devoir vivre avec ce virus


Publié / Actualisé
Après plusieurs semaines d'incertitude économique pour notre territoire, le Premier ministre, Edouard Philippe, s'est expliqué ce mardi dans le cadre de la présentation d'un " Plan de déconfinement " de l'Etat. Depuis le 17 mars, le monde agricole réunionnais a fait preuve de professionnalisme afin d'éviter toute pénurie alimentaire et ainsi permettre l'écoulement de produits frais sur un marché reconfiguré et adapté au respect des dispositifs sanitaires.
Après plusieurs semaines d'incertitude économique pour notre territoire, le Premier ministre, Edouard Philippe, s'est expliqué ce mardi dans le cadre de la présentation d'un " Plan de déconfinement " de l'Etat. Depuis le 17 mars, le monde agricole réunionnais a fait preuve de professionnalisme afin d'éviter toute pénurie alimentaire et ainsi permettre l'écoulement de produits frais sur un marché reconfiguré et adapté au respect des dispositifs sanitaires.

Si nos productrices et producteurs, pourtant en première ligne, n'ont pas fait l'objet de mesures détaillée dans le cadre de cette intervention, ces derniers ont fait et font encore preuve de résilience et d'adaptation pour permettre de nourrir la population à travers des dispositifs novateurs en matière de circuits-courts. Sans le concours et la volonté des municipalités et collectivités locales dans ce sens, la production végétale réunionnaise aurait difficilement pu écouler les quelques 2.000 tonnes de fruits et légumes depuis plus de cinq semaines.

En ma qualité de représentant du monde agricole, je salue la réouverture annoncée des marchés dans l'île. Cela va permettre aux filières, durement impactées par cette crise, comme l'horticulture, de retrouver des couleurs après avoir accusé une perte de plusieurs dizaines de millions d'euros. Néamoins, il nous faudra nous adapter au regard du nombre d'exposants potentiels tout en maintenant les marchés de producteurs et les dispositifs de ventes en circuits-courts qui ont fleuri dans l'île. Vous l'aurez compris, nous ne pourrons plus vendre avec les méthodes d'un passé encore récent.

Avec près de 8.000 exploitations, 21.000 emplois directs et plus de 7.000 salariés agricoles et saisonniers, cette période de confinement a vu une minorité d'employeurs faire appel au chomage partiel. Néamoins, nous allons devoir vivre avec ce virus, poursuivre nos efforts et continuer à nous adapter pour contrecarrer la circulation du Covid-19.

Force de propositions depuis le début de cette crise, la Chambre d'agriculture restera au plus près des agricultrices et agriculteurs réunionnais à travers son appui technique, administratif et son combat pour permettre la pérenité et l'adaptation des exploitations aux attentes des consommateurs à travers la prise d'initiatives concertées. Nos équipes resteront pleinement mobilisées et, dès le 11 mai, nous mettrons en œuvre un retour, adapté là aussi, sur le terrain avec des services opérationnels pour accompagner nos ressortissants et nos entreprises agricoles dont certaines sont en grande détresse avec l'exemple de nos fermes auberges, gîtes et tables d'hôtes privés de tout chiffre d'affaires.

Avec les services de l'Etat et nos partenaires, nous poursuivrons nos efforts pour permettre au monde agricole de vivre au mieux cette période de déconfinement progressif avec les règles qui s'imposent à nous, en leur permettant l'acquisition de masques de protection et de solution hydroalcoolique. C'est de notre devoir et de notre responsabilité de permettre aux agricultrices et agriculteurs d'être protégés dans leurs pratiques quotidiennes.

Nous veillerons enfin à la bonne marche de nos productions agricoles pour satisfaire au mieux à la demande des foyers tout en oeuvrant d'ores et déjà au monde agricole que nous souhaitons pour demain : compétitif, diversifié et vertueux.

Frédéric Vienne, Président de la Chambre d'Agriculture de La Réunion

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !