Courrier des lecteurs :

Voir le bout du "tunnel..."


Publié / Actualisé
%thumb[w650-h365-q100-cc]%
Nous sommes post-confinement (fin mai 2020), mais toujours dans la 1ère phase du déconfinement (le seconde est fléchée pour le 2 juin, cela tombe (cette année un mardi, et pas n'importe quel mardi, ce sera le lendemain du lundi férié, le fameux lundi supprimé puis réinstauré plus ou moins en catimini : c'était un jour de solidarité envers nos " vieux " qui avaient souffert de la canicule de l'été [Hémisphère Nord!] 2003, l'INSERM avait conclu à une surmortalité de + 55 % (14 802 décès pour les vingt jours allant du 1er au 20 août 2003...), et il pleut pas mal actuellement (bien que la Foire de Bras Panon n'ait pas eu lieu...) à l'île de La Réunion !
Nous sommes post-confinement (fin mai 2020), mais toujours dans la 1ère phase du déconfinement (le seconde est fléchée pour le 2 juin, cela tombe (cette année un mardi, et pas n'importe quel mardi, ce sera le lendemain du lundi férié, le fameux lundi supprimé puis réinstauré plus ou moins en catimini : c'était un jour de solidarité envers nos " vieux " qui avaient souffert de la canicule de l'été [Hémisphère Nord!] 2003, l'INSERM avait conclu à une surmortalité de + 55 % (14 802 décès pour les vingt jours allant du 1er au 20 août 2003...), et il pleut pas mal actuellement (bien que la Foire de Bras Panon n'ait pas eu lieu...) à l'île de La Réunion !

Notre gouvernement du moment – en perpétuel remaniement depuis mai 2017 - a plus ou moins calé le 2nd tour des élections municipales (dans les communes qui n’ont pas été en mesure de trouver un ou une gagnant(e) au soir du 15 mars, c’est-à-dire la veille où le Jeune EM nous a dit qu’il fallait partir " en guerre contre l’ennemi " parvenu {aisément} sur notre sol, et avait manifestement franchi nos frontières sans être stoppé voire décapité…) pour fin juin (le 28/06, ça tombe un dimanche ! À quand le vote obligatoire, un jour ouvrable??).

Sur nos 24 entités administratives, seules 7 d’entre-elles ont réussi tout réglé en un seul dimanche [ça coûte de l’argent une élection…}, le CDG (à ne pas confondre avec le Centre de Gestion) s’est plutôt positionné dans le bassin sudiste avec les communes de Saint-Pierre, Saint-Joseph (comptant 230 quartiers et lieux-dits, dont Matouta...), Petite-Île (ancien canton de Saint-Pierre, " la capitale " du Sud de La Réunion), Serge Hoareau se payant même le luxe de franchir la barre des 84 % des SU (ex-Monsieur SAR de la région, ex-cadre de la Commune Saint-Leu…), Bachil fait nettement mieux qu’en mars 2014 (il avait été mis en ballottage!), ensuite on a un autre maire sans véritable force d’opposition dans un cirque (= petit village des Hauts…), par ailleurs président de l’ADMR et pas que, et enfin un qui aura le plus surpris tant la bataille dudit 1er tour fût très disputée pour ne pas dire électrique : au Port (un nouveau maire de 2014 qui rempile…).

Avec ses plus de 58 % (face à de vrais adversaires : 4 frisants les 40,5 %, maintenant ils savent quoi faire s’ils veulent un jour administré cette cité " plate " de 16 km²), dans le contexte de crise sanitaire, c’est mathématiquement une vraie victoire incontestable.

Donc, les choses ne sont toujours pas pliées pour des communes comme Saint-Paul, Saint-Denis, Saint-Louis, Le Tampon, Saint-André : ensemble cela représente une force de frappe terrible (soit 331 943 électeurs sur 655 938 électeurs réunionnais et assimilés) pour les prochaines échéances électorales quand on connaît le poids des appareils municipaux tout particulièrement dans notre île ! Ces cinq bastions représentent plus de la moitié du vivier insulaire, les 19 autres (comme un peu le nombre d’élus obtenus par la liste du grand rassemblement vergésienne de mars 1998 pour conquérir la pyramide inversée après l’ère du centriste Pierre Lagourgue, mais 19 "élus " ne sontt pas au moins la moitié de 45, JLL en sait un petit quelque chose : il était le moteur propulseur (et pour le Tram Train : il avait un petit point faible : trop lent, mais cela pouvait se corriger en cours d’exploitation et à la montée en charge, à condition d’avoir prévu la bonne infra en rails espacés de 1 435 mm...) pointant à la 45ème position en ce temps-là…).

Toutefois, une certaine tendance aura été marquée, en tout cas visible mathématiquement au soir du dépouillement : le sort de Saint-Denis et celui de Saint-Paul semblent assez prononcés, 7 212 voix d’écart entre la liste qui finit en tête sur le chef-lieu, ce n’est pas rien quand on avait 10 listes en lice, cet écart représente dans le contexte du 15 mars 17,82 %, c’est lourd, même très lourd, notamment au vu des moyens déployés par un candidat qui joue presque son va-tout ici, c’est un joueur (il aime fréquenter, depuis son jeune âge, les casinos du monde entier : Las Vegas, Bassin d’Arcachon, Côte d’Azur), quant à la plus grande commune d’ici (en superficie), et quasiment plus grande commune de France (en ne comptant pas la Camargue de Arles), là les carottes sont plutôt cuites pour un des dinosaures de la politique locale :  l’écart est même humiliant pour toute l’équipe sortante, plus de six mille voix séparent la liste de la principale opposante (et ancienne maire pour la période de 2008 à 2014), là encore représentant plus de 16 % des SU.

Cependant, la position de Mme Dindar/Mangrolia (sénatrice de la RF, surtout ancienne présidente charismatique : elle aura su duré pour une femme (même s’il lui est arrivé de pleurer à l’occasion d’un renouvellement de la présidence (tous les 3 ans à l’époque) et de la Cperma, mais le coup de fil de Paul, le stratège, l’a revigoré...à la fin, elle riait avec Maurice, son 1er Vp !) dans le panier de crabes que sont les hommes tout spécialement en politique locale : et tout particulièrement lors des campagnes électorales…) et celle de l’ancien maire Saint-Paulois (fils de Julius!), vont peser inéluctablement dans l’issue finale du 28 juin prochain. Quand on pèse  5 300 voix environ, on ne peut plus être/rester neutre dans cet exercice de style à la française pour avoir nos représentants dans notre démocratie : où le peuple est souverain.

Au Tampon, l’analyse est différente, bien que le doyen des maires de la Réunion, André l’inusable, avait presque gagné, mais dans sa commune qu’il administre depuis les années 80, le Barriste, puis le Chiraquien, il y a une vraie opposition (périclitée), les deux femmes (Mme Bassire/députée de la IIIème était attendue à ce niveau, mais Mme Bénard surprend avec presque ses cinq milles voix dans le contexte Covid-19). Une fusion (brute de décoffrage) pourrait faire vaciller le sortant, bien qu’il ait une avance de 3 510 voix., ce qui signifie que les électeurs qui avaient voté pour Messieurs Vlody et Lebon (cumul de 2 252 voix obtenues) auront un pouvoir d’arbitrage non négligeable le 28/06/2020. On verra donc au soir du dimanche en question qu’est-ce que cela va donner…

Sur Saint-Louis, normalement on s’attend à une vraie triangulaire avec trois adversaires de quasi même poids, avantage à Mme M’Doihoma, et en cas de désistement de CH (celui qui avait battu le petit Guy en mars 2001, et aussi Roger Hoareau, pressenti pour être le 1er président du Conseil général Sud de La Réunion, M. Piot (médecin) a dû rire pendant quelques années…), là, dans ce scénario, la victoire bascule directe dans le camp dit de droite. L’autre CH ne pourrait donc pas réussir son come-back, mais il restera une figure de militant de terrain, pour ne pas dire de rue (sans connotations péjoratives). Claude est un vrai bagarreur, mais il respecte l’homme, dans les années 80 il aura mené un combat contre le régime Sud-africain des Afrikaners.

C’est d’ailleurs la prise de position de la Communauté internationale qui aura permis de faire libérer Nelson Mandela après 27 ans passés dans les geôles des descendants des Hollandais venus s’installer dans cette partie de l’Afrique (ils aimaient son climat doux toute l’année, et les hivers sont de vrais hivers en Johannesburg). À la place Nelson Mandela (une partie de la place de la mairie/façade avant, derrière on a la place Coup’ pas nou) de Saint-André, le fiston a du plomb dans l’aile, si son père avait fait un retour triomphale avec sa quasi-victoire dès le 1er tour en mars 2014, avec plus de 11 milles voix, JMV accuse le coup de sa moindre popularité personnelle avec seulement 5 722 voix sur le nom de la liste qu’il conduisait pour la toute 1ère fois de sa vie [il aura passé sans doute trop d’années caché dans l’ombre de son mentor et père!). Mais, comme les deux têtes incarnant l’opposition Saint-Andréenne ne mangent pas un grain de sel ensemble, le fils de son père pourrait gagner par défaut le soir du 28.

Eric Fruteau a le droit de se maintenir, au vu de son score honorable de 3 107 voix, mais s’il maintient sa liste c’est pour faire perdre son ancien 1er adjoint, Monsieur Bédier (qui représente l’opposition continue et constante) et donc comme il n’y a pas de magie, c’est pour faire gagner Jean-Marie que plus sa maman voudrait voir succéder au père inégalable…quoi qu’il advienne !

Mais, l’avenue Île-de-France me fait pitié, après tant d’années passées à la mairie et pas seulement…

Une chose est sûr, prenons un ton conditionnel pour ne vexer ou courroucer personne, à Sainte-Marie le maire ne devrait plus être l’ancien employé de banque (d’abord CA, puis chez l’écureuil, il faut lui reconnaître qu’il a " aidé " pas mal de monde le Jeune Jean-Louis : fin des années 80 et début de la décennie 90...), à Saint Benoît nous aurons un nouveau maire dans ce club à 24, et comme en 1995 Cilaos devrait nous garder en suspens jusqu’au dépouillement du dernier bulletin, Jacques a toutefois pris une sérieuse option pour battre son adversaire, médecin de son état...

Mais tout ça ne renseigne pas du tout sur le tunnel ! En est-ce vraiment un au sens génie civil du terme ? À vrai dire – Vaclav Havel -, le tunnel auquel je faisais allusion en titre de la présente réflexion et analyse de la situation politique locale, dans ma tête je pensais à un chantier en particulier, et qui concerne tout le monde ici, y compris les électeurs qui ne votent pas, et même les personnes non-inscrites sur une liste électorale. L’octroi de mer s’applique par exemple sur la farine, donc sur le pain… Vous avez deviné, il s’agit de la NRL, à ne pas confondre avec la National Rugby League de la Nouvelle Hollande plus connue sous AUSTRALIE (associée pour l’occasion à la Nouvelle Zélande : New-Zelande [que j’ai visitée en mars 2006, à mon retour ici : j’étais " malade "], en souvenir d’une autre partie du pays " plat ").

Le temps a passé depuis la visite du chef de l’État dans notre département insulaire (fin octobre 2019, année post-GJ), et on ne sait toujours pas comment va-t-on achever ce big projet, notamment pour sa partie en digue (très mauvais substitut pour un récif corallien...) où il est nécessaire d’avoir des matériaux géotechniques répondant au cahier des charges établi par l’équipe pluridisciplinaires de maîtrise d’œuvre, le sachant comme on l’appelle dans le métier (de constructeurs, de bâtisseurs, …)…

La Réunion est une petite île, donc tout est limité ici ! Roger Lambert n’a jamais fait de la mécanique des sols dans sa vie, à part pousser une petite brouette de petits cailloux basaltiques…

Malgré cet imbroglio qui fait honte, je ne vais point tancer quiconque aujourd’hui ! Je laisse ça à Bernie (plus connue sous le non de madame pièce jaune)/qui menaçait les gendarmes de l’Élysée si jamais Martin les apercevait dans les jardins avec leur uniforme qui lui aurait fait peur, ou bien à Brigitte, la professeure de théâtre et de français…, qui elle a un budget propre à elle !

Et, si vous arrivez à me percer, le vrai tunnel ce n’est pas celui-ci : le mien n’a pas corps matériel, mon tunnel à moi est plus dans la trajectoire de notre île, celle qu’on n’a manifestement pas su prendre ces dernières décennies. Une trajectoire qui nous ramènerait au plus près de la trajectoire d’une des régions de Province (IDF étant un cas à part…)...celle qui offre une vraie vie à nos jeunes de 20 à 30 ans, à commencer par leur offrir une formation initiale [donnant des compétences], celle permet d’embrasser un métier et faire une carrière à l’échelle de leur vie…la seule qui permet de se constituer un patrimoine (grâce aux revenus gagner dignement) à transmettre [plus tard] à ses descendants.

"Se réunir est un début, rester ensemble est un progrès, travailler ensemble c’est le commencement du succès", cela ne ressemble pas trop au clientélisme, n’est-ce pas ?

Jean Philippe D.

 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !