Tribune libre d'Emmanuel Doulouma :

L'achat de 200 vélos par la CIVIS, ou l'art de mettre la charrue avant les boeufs


Publié / Actualisé
Face à la demande croissante des saint-pierrois qui font le choix du déplacement à vélo, la CIVIS s'est engagée à acquérir 200 vélos supplémentaires. Si c'est une action que je salue, force est de constater qu'un tel engagement sera vidé de tout sens s'il n'est pas précédé d'une politique d'aménagement de la voirie routière plus sécurisante pour les voies cyclables. (Photo : Emmanuel Doulouma)
Face à la demande croissante des saint-pierrois qui font le choix du déplacement à vélo, la CIVIS s'est engagée à acquérir 200 vélos supplémentaires. Si c'est une action que je salue, force est de constater qu'un tel engagement sera vidé de tout sens s'il n'est pas précédé d'une politique d'aménagement de la voirie routière plus sécurisante pour les voies cyclables. (Photo : Emmanuel Doulouma)

Les mouvements socio-écolo menés à Saint-Pierre par Extinction Rebellion, Alternatiba, Greenpeace et Attac visent, à juste titre, à interpeller les politiques et la population sur " l’absence d’une politique ambitieuse de transport, alternative au tout automobile sur l’ile ".

Le 13 septembre dernier à Rennes, s’est notamment tenue pour la première fois un rassemblement de cyclistes nus (cyclonudista) pour alerter sur l’urgence climatique et sur la vulnérabilité des cyclistes en ville.

Opération de greenwashing ou réelle volonté politique ? Il sera difficile de ne pas y voir un bon coup de com’ de nos élus sudistes qui semblent être démunis face à la question de la sécurité routière. N’en déplaise, n’oublions pas que nous sommes de très mauvais élèves ;

Dans ce domaine, l’action Saint-Pierroise se résume, depuis plusieurs années, à 2 bandes cyclables de chaque côté du boulevard Hubert Delisle, servant le plus souvent d’espace de stationnement pour les véhicules. On est bien loin du schéma directeur cyclable de la CIVIS déjà peu ambitieux de 2010 !

A l’inverse de La Rochelle, Chambery ou encore Versailles, Saint-Pierre obtient la plus mauvaise lettre (G = Très défavorable) au baromètre des villes cyclables en 2019 publié par la Fédération française des Usagers de la Bicyclette (FUB). Elle fait partie de la catégorie des 18 % des villes les plus mal classées.

Si l’idée d’ouvrir la voie du Transport Collectif en Site Propre (TCSP) aux cyclistes parait intéressante, hélas je constate encore une fois que l’ambition Saint-Pierroise se limite à son centre-ville et une partie de son littoral ou passe ce TCSP.

C’est en ma qualité de délégué de Génération Écologie Saint-Pierre, cycliste au quotidien, que je me dois à mon tour d’interpeller les politiques publiques sur l’absence d’axes sécurisés pour nous, les usagers du vélo.

Le vélo doit trouver sa place partout.

Si notre ville veut acquérir le titre de ville moderne et durable, nos élus devront faire preuve de plus d’engagement écologique notamment dans le domaine du transport en mobilité douce. Nous avons besoin d’un vrai " plan vélo " communal et intercommunal pour desservir l’ensemble des quartiers de la commune.

J’espère qu’il ne sera pas nécessaire de faire une cyclonusdista à la réunionnaise pour se faire entendre.  

Comme le disait un des participants au mouvement socio-écolo : " tout n’est qu’une question de volonté politique ".
                           
Emmanuel DOULOUMA

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !