Tribune libre de Jean-Hugues Ratenon :

Les Outre-Mer et les parlementaires des Outre-Mer méprisés


Publié / Actualisé
Les débats sur la prorogation de l'état d'urgence sanitaire ont démarré hier dans l'hémicycle. Tout le long des discussions qui ont duré jusqu'à très tard (minuit), auxquelles j'ai participé, le gouvernement et sa majorité ont été mis en difficulté. (Photo d'illustration rb/ www.ipreunion.com)
Les débats sur la prorogation de l'état d'urgence sanitaire ont démarré hier dans l'hémicycle. Tout le long des discussions qui ont duré jusqu'à très tard (minuit), auxquelles j'ai participé, le gouvernement et sa majorité ont été mis en difficulté. (Photo d'illustration rb/ www.ipreunion.com)

Face à cela, ils ont battu le rappel des députés d’En Marche pour inverser le rapport des forces dans l’hémicycle et pas moins de 3 ministres ont accourus notamment le ministre de la santé Olivier Veran.

Devant la résistance des parlementaires de l’opposition, face au danger d’être mis en minorité sur les votes, le ministre de la santé a mis en avant le droit de réserve sur les votes ; c’est-à-dire que les débats peuvent se poursuivre mais qu’il n’y a plus de vote, au prétexte que l’Assemblée Nationale était en train de changer le texte.

Premier constat : c’est un déni de la démocratie. C’est du mépris de la Représentation Nationale. Le ministre démontre ainsi qu’il ne veut plus entendre parler de l’Assemblée Nationale et des parlementaires et qu’il veut imposer sa loi. Si ce n’est pas un régime autoritaire, c’est quoi ?

Il était alors inévitable que l’examen du texte ne pouvait pas se terminer comme prévu. Il a été renvoyé à aujourd’hui, mercredi 04 novembre, à la place de la mission Outre-Mer. Les parlementaires ultramarins devront attendre samedi. Une décision totalement arbitraire.

Devant tous ces agissements, Jean Luc Mélenchon, Président du groupe, m’a demandé de le représenter à la conférence des Présidents qui se réunira en urgence ce jour à 17h (heure de la Réunion). 

Je souhaite pouvoir leur faire changer d’avis mais ça risque d’être très difficile.

Inadmissible car la crise sanitaire pose plusieurs problèmes pour les travaux des parlementaires d’Outre-Mer :  

- venir à Paris avec le décalage horaire ; 

- la flambée de l’épidémie en métropole avec le risque d’attraper le virus et d’être bloqué à Paris le temps d’être guéri; 

- nous avons tous nos propres agendas sur nos territoires.

Rien de tout cela n’a été pris en compte par la majorité En Marche. Rien concernant les tests covid qu’il faudra reprogrammer ; rien sur la modification des billets d’avion ; rien sur notre capacité à rester sur Paris. Rien ne se fait dans la concertation.

Pire, la mission Outre-Mer a été renvoyée à samedi alors que les autres missions sont maintenues jeudi et vendredi. Nous risquons de voir un budget Outre-Mer débattu samedi avec, pour la première fois dans l’histoire de l’Assemblée Nationale, l’absence de la majorité des parlementaires d’Outre-Mer; car dans l’impossibilité de reporter leur voyage. Si ce n’est pas du mépris c’est quoi ?

Par ce communiqué, je veux informer la population Réunionnaise de la façon dont le gouvernement traite les parlementaires de la Réunion ; et à travers nous, comment ce gouvernement traite la population.

Jean-Hugues Ratenon

Député de la Réunion (La France Insoumise)

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !