Tribune libre de l'Union des étudiants réunionnais de l'Hexagone :

Devenons les marrons de notre époque !


Publié / Actualisé
Nous célébrons aujourd'hui, 172 ans après, l'abolition de l'esclavage à La Réunion. Le 20 décembre, c'est l'occasion d'honorer la mémoire de ces hommes, de ces femmes et de ces enfants qui ont fait face à l'abject : les massacres, le viol perpétuel, la déshumanisation, l'exploitation de l'homme par l'homme. Oui, sur notre île que nous chérissons tant, un crime contre l'humanité a été commis. Le 20 décembre, c'est aussi un moment de partage, où nous célébrons avec nos proches cette date si importante de notre histoire. Pour d'autres, c'est l'occasion de revenir à l'essentiel, c'est un moment éminemment spirituel.
Nous célébrons aujourd'hui, 172 ans après, l'abolition de l'esclavage à La Réunion. Le 20 décembre, c'est l'occasion d'honorer la mémoire de ces hommes, de ces femmes et de ces enfants qui ont fait face à l'abject : les massacres, le viol perpétuel, la déshumanisation, l'exploitation de l'homme par l'homme. Oui, sur notre île que nous chérissons tant, un crime contre l'humanité a été commis. Le 20 décembre, c'est aussi un moment de partage, où nous célébrons avec nos proches cette date si importante de notre histoire. Pour d'autres, c'est l'occasion de revenir à l'essentiel, c'est un moment éminemment spirituel.

Revenons en arrière, c’est la Monarchie qui a installé le régime esclavagiste à La Réunion, la République ne l’a abolie qu’en 1848. Ne nous trompons pas, ce fut une abolition en trompe l’œil, les hommes et les femmes qui ont été mis en esclavage n’ont pas été indemnisés. Seuls les maîtres ont été indemnisés par la République...

A l’époque la " Métropole " a dû s'adapter, le marronnage et ses combattants ont affaibli le régime esclavagiste et son économie. En parallèle les mouvements abolitionnistes prenaient de l’ampleur. Vers la moitié du 19ème siècle, un nouveau rapport de force est installé, c’est au tour de l’engagisme de voir le jour avec ses procédés de dominations.

Au 20 ème siècle, les procédés de domination ont muté, ils ont pris plusieurs formes : la déportation d’enfants, les stérilisations et les avortements forcés, la migration organisée. Oui, Danyel Waro la di “Zémigré zordi lekslavaj lontan” !

En 2020, où en sommes-nous ?

Pour nous, les étudiants réunionnais de l’hexagone, le constat est simple. Nous avons fait le choix de quitter notre île, notre famille, nos amis pour assouvir notre soif d’absolu et de réussite. Parmi nous, certains ont été contraints de quitter le Pays, car ce dernier ne peut, en l’état, répondre à nos attentes ; du moins l’organisation politique et économique actuelle ne permet pas l’épanouissement de la jeunesse réunionnaise.

Peu importe notre lieu d’étude, La Réunion lé en nou. Après ce passé si douloureux, ce présent si pesant, nous sommes à la croisée des chemins. Notre génération porte sur ses épaules une lourde responsabilité, celle de l’émancipation de notre pays et de notre peuple. Le komba la pa fini, devenons les Marrons de notre époque !

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !