A cause des l'arrivée des cavaliers :

Les dockers de la Sermat sont en grève


Publié / Actualisé
Depuis le jeudi 21 janvier dernier, les dockers de la Sermat, service commun de maintenance des matériels des entreprises de manutention SAMR, SOMACOM et SGM, ont cessé le travail. C'est l'arrivée de nouveaux cavaliers (engins de déchargement) qui est à l'origine du conflit. Nous publions les communiqués de la CGTR Ports et docks et des acconiers (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Depuis le jeudi 21 janvier dernier, les dockers de la Sermat, service commun de maintenance des matériels des entreprises de manutention SAMR, SOMACOM et SGM, ont cessé le travail. C'est l'arrivée de nouveaux cavaliers (engins de déchargement) qui est à l'origine du conflit. Nous publions les communiqués de la CGTR Ports et docks et des acconiers (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Le communiqué de la CGTR Ports et docks

L’ensembles des salariés de la SERMAT entreprise de maintenance des engins portuaire (cavalier) sont en grève depuis le 21/01/2021 concernent les revendications :
La multiplication des cavaliers avec les nouvelles technologies, la direction de la SERMAT avait obligation de former ces salariés enfin d’assurer le bon fonctionnement des engins, qui appartiennes aux trois acconiers SAMR- SOMACOM- SGM

Nous avons appris par voie de presse l’arrivée de nouveaux cavaliers avec des nouvelles technologies troisièmes trimestre 2021, de plus depuis 2015 il a été acté le passage des cavaliers thermiques en technologie propre (hybride, électrique). Conformément aux dispositions de l’article L .6321-1 du code du travail, l’employeur est dans l’obligation d’organiser la formation de ses salariés dans les cas suivants : l’employeur a le devoir d’assurer l’adaptation des salariés a leur poste de travail. Il veille également au maintien de leur de leur capacité à un emploi, au regard notamment de l’évolution des emplois, des technologies et organisations

De plus, la multiplication des cavaliers (18 engins en 2014 et aujourd’hui 34 cavaliers) et l’arrivée des 8 prochains ainsi que l’activité soutenue du déchargement et la livraison des conteneurs depuis plusieurs années nous ont amené à multiplier les heures supplémentaires.

Nous sommes conscients que le conflit pénalise les opérations portuaires et par conséquence l’économie Réunionnaise mais nous tenons à signaler que depuis Jeudi dernier le 21 janvier 2021) et tout le week end nous avons à mainte reprise sollicité nos patrons pour entamer les discussions plus directes et non par échange de coursier afin de facilité les échanges et trouver une solution le plus rapidement possible. Le Grand Port Maritime de la Réunion n’est pas bloqué par notre mouvement et si les compagnies ne souhaitent pas faire rentrer leurs navires cela n’est pas de notre fait. Nous vous confirmons également que les chariots cavaliers ont continué de travailler et que le déchargement des navires à quai continu contrairement à ce qui a été dit.

Aujourd’hui, notre revendication principale est la mise en place d’un calendrier de formation afin de remplir nos missions à la hauteur des exigences que demande notre métier.

Le communiqué des acconiers

Cette grève empêche le ravitaillement et le dépannage des engins de manutention ce qui  conduit de fait les entreprises à ne plus pouvoir opérer les navires et assurer la  livraison/réception des conteneurs au port. Le port est donc paralysé pour ce qui concerne les conteneurs.

Le mouvement est intervenu sans préavis avec des revendications représentant une  augmentation de la masse salariale de près de 10%, alors que les négociations annuelles sur  les salaires ont été terminées il y a deux mois et que les salaires moyens de Sermat sont déjà  supérieurs aux salaires du secteur.

La direction de Sermat rappelle qu’elle est prête à poursuivre le dialogue social avec les  représentants des salariés sur toutes les questions relatives à l’organisation et au  fonctionnement de l’entreprise, conformément au droit du travail.

Une proposition de protocole de fin de conflit a été présentée aujourd’hui, engageant  l’entreprise dans un processus de Formation et de Validation des Acquis de l’Expérience,  demandes formulées par les représentants du personnel.

Les associés de SErmat espèrent que cet engagement permettra de sortir d’un conflit  regrettable, dans un contexte de crise générale, et alors qu’elles ont engagé des  investissements importants pour améliorer la qualité de service à Port Réunion.

 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !