Tribune libre de Jean Hugues Ratenon :

Urgent : un RME (revenu minimum d'étudiant)


Publié / Actualisé
Je commencerai mon communiqué en disant : Attention à la génération sacrifiée, parlant des jeunes en général. Mais, je souhaiterai ici aborder la question des étudiants en particulier En guise d'exemple : les difficultés de retour des ultramarins sur leur territoire d'origine ont encore une fois démontré le je m'en foutisme des gouvernants. Il a fallu une mobilisation quasi générale pour que le pouvoir agit enfin. Pourtant, chaque année le Ministère des Outre-Mer s'évertue à convaincre des milliers de jeunes ultramarins à quitter leur territoire d'origine. Cette année le Ministère des Outre-Mer a brillé par son absence pendant cette crise, les étudiants ultramarins ont été abandonnés (Photo rb/www.ipreunion.com)
Je commencerai mon communiqué en disant : Attention à la génération sacrifiée, parlant des jeunes en général. Mais, je souhaiterai ici aborder la question des étudiants en particulier En guise d'exemple : les difficultés de retour des ultramarins sur leur territoire d'origine ont encore une fois démontré le je m'en foutisme des gouvernants. Il a fallu une mobilisation quasi générale pour que le pouvoir agit enfin. Pourtant, chaque année le Ministère des Outre-Mer s'évertue à convaincre des milliers de jeunes ultramarins à quitter leur territoire d'origine. Cette année le Ministère des Outre-Mer a brillé par son absence pendant cette crise, les étudiants ultramarins ont été abandonnés (Photo rb/www.ipreunion.com)

D’après le centre national de ressources et de résilience 11,4% des 70 000 étudiants interrogés ont des idées suicidaires ; 16% se disent découragés et 50% déclarent avoir souffert de solitude, selon une autre enquête de "la vie d’étudiant confiné".

Ces chiffres connus de tous doivent plus que nous inquiéter. Avec un facteur aggravant qu’est la crise sanitaire, la société française n’est-elle pas en train de sacrifier une génération ?
Difficulté pour se déplacer, difficulté pour manger, difficulté pour étudier, difficulté pour se loger, difficulté pour se soigner, difficulté pour communique etc.

Pour beaucoup plus ou presque plus de vie sociale, en pleine détresse psychologique et financière. Les parents aussi sont à bout et ne savent plus où donner de la tête. Il est urgent d’agir pour éviter un abandon des études et ne pas les laisser sombrer dans la misère matérielle.

Entre les aides de la caf et les bourses qui aujourd’hui montrent leurs limites, je pense que, comme mon mouvement le proposait en 2017, le moment est venu de créer un revenu de base étudiant. Un revenu qui ne tient pas compte de la seule situation des parents mais en premier lieu du statut d’étudiant du jeune.

Un RME (revenu minimum étudiant) existe dans certaines villes de l’hexagone mais qui relève d'initiatives locales. Il s’agit ici d’une proposition de revenu minimum d'État mensuel pour chaque étudiant. Sur ce sujet, j’aurai l’occasion de poser la question au Gouvernement la semaine prochaine en espérant obtenir une réponse acceptable.

Enfin, compte tenu de cette situation financière précaire, je souhaite que le gouvernement créé un fonds à destination des étudiants ultramarins afin de les aider au retour au pays. La jeunesse ne doit pas être sacrifiée mais encouragée.

Jean Hugues Ratenon
Député de la Réunion                                                                                                                              


 

   

2 Commentaire(s)

Missouk, Posté
Habituellement, je trouve les propositions de Mr RATENON plutÃ't constructives, et allant "dans le bon sens". Là, je crois qu'il faudrait quand même qu'on arrête un peu les frais. Le RSA à partir de 20 ans peut déjà se discuter... Qu'on aide nos jeunes, bien sÃ"r, il y a déjà la bourse, et des aides régionales. Il faut aussi que nos jeunes comprennent quelle est la valeur de l'argent (il est le fruit d'un travail). Donner et toujours donner n'est pas la bonne solution. Il me semble que le fonctionnement actuel n'est quand même pas si mauvais...
Étudiant blasé, Posté
Vous êtes député, faites votre job en posant la question à l'assemblée. Sinon , effectivement plusieurs communes en métropole, le ccas attribue une bourse. Bonne idée, faut-il poser le problème au bon endroit. 2022, si êtes candidat au présidentiel, mettez le dans votre programme.