Tribune libre de Jean Claude Comorassamy :

Le 28 février 1983, la Région Réunion prenait véritablement son envol avec Mario Hoarau


Publié / Actualisé
C'était il y a 38 ans, petit retour sur cette nouvelle naissance institutionnelle, qui a été conçue par la Loi du 31 décembre 1982, la grande Loi de décentralisation prônée par Gaston Defferre. Et depuis le 20 février 1983, à la suite des élections, cette collectivité porte désormais le nom de RÉGION RÉUNION. Ce qui marque aujourd'hui encore, un vrai tournant politique à la Réunion dans l'acte de décentralisation. Bien que, c'était déjà un Établissement Public Régional de 1973 à 1983.
C'était il y a 38 ans, petit retour sur cette nouvelle naissance institutionnelle, qui a été conçue par la Loi du 31 décembre 1982, la grande Loi de décentralisation prônée par Gaston Defferre. Et depuis le 20 février 1983, à la suite des élections, cette collectivité porte désormais le nom de RÉGION RÉUNION. Ce qui marque aujourd'hui encore, un vrai tournant politique à la Réunion dans l'acte de décentralisation. Bien que, c'était déjà un Établissement Public Régional de 1973 à 1983.

Pas moins de six listes sont présentes à cette élection. La liste conduite par Paul Vergès Développement, Solidarité, Justice et Liberté (P.C.R.). La liste pour le Renouveau Liste d'Union Départementalisation et le Progrès (U.D.R.) dirigée par Auguste Legros. Liste de l’Union Nouvelle pour les Intérêts de La Réunion (UNIR) de Pierre Lagourgue. Liste d'Union pour la Majorité de Développement (PS) conduite par Wilfrid Bertile. Liste du Rassemblement des Forces Populaires pour le soutien et l'action du Président de la République et pour le Développement de La Réunion (Forum socialiste) menée par Jean-Max Nativel et enfin la liste du Rassemblement Des Socialistes (RDS) conduite par Daniel Cadet.

L’élection se déroule dans le calme un peu partout, avec une très forte mobilisation (76,10%) des électeurs. Dans la soirée, au fil des dépouillements les résultats sont très étroits dans les 24 communes, que compose l’Île. Mais cette élection à la proportionnelle à la plus forte moyenne est une première, elle fixe aussi la barre du partage des sièges à 5 % des suffrages exprimés. Quatre listes simplement dépassent la barre de 5%, liste Auguste Legros obtient 18 sièges (38,77%), suivi de la liste Paul Vergès 16 sièges (32,73%),  Wilfrid Bertile 6 sièges (12,99%) et de Pierre Lagourgue 5 sièges (10,50%). Tandis  Jean Max Nativel 2,93% 0 siège et Daniel Cadet 2,07 % 0 siège n’ont pas obtenu la barre des 5% des suffrages exprimés (source archives). A l’issu du résultat final, malgré que les listes de gauche recueillent une majorité des suffrages d’un peu moins de 51%, ils obtiennent 22 sièges tandis que les listes de droite 23 sièges.

Mario HOARAU élu au bénéfice de l’âge

Au regard de la répartition des sièges, 23 à droite et 22 à gauche. Mathématiquement la présidence du Conseil régional revenait logiquement à l'un des dirigeants de la droite. Mais malheureusement un grave accident d’un conseiller est venu bousculer cette Prévision. En raison, d’un élu de droite se trouvant hospitalisé au CHD. Du coup, son indisponibilité modifiera le rapport de forces en sièges. Droite et gauche sont désormais à égalité.

Pendant toute la semaine, les tractations se sont poursuivies. De désaccord en désaccord, une liste qui rassemble au-delà d’un clivage Droite-Gauche n’a pas été trouvée, malgré qu’on ait retardé l’élection du Président d’une semaine afin que le conseiller hospitalisé puisse venir à la séance plénière. Chose perdue, puisque le lundi 28 février 1983, que 44 conseillers étaient présents à l’hémicycle.

Ni division, ni suspense, puisqu’au troisième tour, les 44 suffrages de droite et de gauche se partagent à égalité des voix. Un schéma que Paul Vergés avait aussi médité, puisqu’en proposant Mario Hoarau le doyen de l’hémicycle, il savait qu’au bénéfice de l’âge Mario Hoarau devrait être élu.

C’est ainsi que Mario Hoarau fût élu, premier Président de la Région Réunion et bien qu’il n’avait pas de majorité absolue pour diriger. Malgré tout, un consensus des 4 listes a été trouvé pour le bureau et l’accord a été signé un mois plus tard. Un bureau composé de 10 membres, le PCR et l’UDRP trois membres de bureau à chaque, ainsi que le PS et l’UNIR deux membres. C’est ainsi, que le Conseil Régional de la Réunion a été le premier à être élu dans l’ensemble de la République et entamer son envol.

En 38 ans, des progrès réels sont constatés malgré que le clivage Droite-Gauche persiste. Comme disait Mario Hoarau, le consensus porteur de tant d’espoirs doit être nourri par l’ensemble des élus. Nous avons le devoir et l’obligation de travailler tous ensemble pour un vrai projet qui rassemble et non qui divise afin que chaque réunionnaise et réunionnais trouve une place. Il faut prendre les idées là où elles sont excellentes. On ne pourra plus se contenter d’une couleur politique, car les grands défis sociétaux qui seront les enjeux de demain sont déjà à nos portes. C’est à vous de bâtir ce projet qui fédèrera le plus grand nombre, comme Paul Vergès et Mario Hoarau auraient tant voulu de leur vivant.

Jean Claude Comorassamy

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !