Tribune libre de FO Transports :

Les salariés du transport refusent d'être covidés


Publié / Actualisé
L'intersyndicale CTFC Transports, FO Transports 974, UR 974 réunie le vendredi 05 mars a été informée par voie de presse d'une invitation du préfet aux AOT (Autorité organisatrice du transport). L'intersyndicale regrette de ne pas avoir été sollicitée pour discuter des mesures à prendre pour que les bus ne soient pas des vecteurs de propagation de l'épidémie sachant que les variants sont beaucoup plus contagieux. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
L'intersyndicale CTFC Transports, FO Transports 974, UR 974 réunie le vendredi 05 mars a été informée par voie de presse d'une invitation du préfet aux AOT (Autorité organisatrice du transport). L'intersyndicale regrette de ne pas avoir été sollicitée pour discuter des mesures à prendre pour que les bus ne soient pas des vecteurs de propagation de l'épidémie sachant que les variants sont beaucoup plus contagieux. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Face au mépris des autorités de ne pas prendre suffisamment des mesures spécifiques pour protéger les salariés du secteur, l’intersyndicale appelle les salariés du Transports à une manifestation le jeudi 11 mars à la préfecture de Saint-Denis à partir de 9h30 pour exiger :

- L’obligation pour tous les employeurs de mettre à disposition des gants de protection, de masque, et de gel pour tous,
- L’accès aux bus par les portes à l’arrière,
- L’obligation d’achat des titres de transport en borne ou au guichet,
- Condamnation d’un siège sur 2 comme pour les salles recevant du public,
- Limitation du nombre de voyageurs comme pendant le confinement,
- Protection du conducteur contre tout risque de contamination,
- Suppression de l’utilisation de l’éthylotest pendant cette période épidémique pour diminuer les risques.

L’intersyndicale exige également qu’en cas de contamination des conducteurs du covid ou du variant, qu’ils soient reconnus comme maladie professionnelle.

FO Transports

   

1 Commentaire(s)

Mékoué, Posté
Syndicats et COVID :Avec 2 millions de décès COVID et 55 millions de décès annuels, concernant les autres pathologies (cancer professionnel ; diabète, grippe, Sidaâ?|) dans le monde, il y a là un problème d'aveuglement à vouloir s'arcbouter ainsi sur la Â" poudre aux yeuxÂ" en accompagnant les directives fantaisistes imposées, par le fait de se détourner de la Â" Paille Â" camouflée : (Â" soumission par la ruine Â", n'est-ce pas illogique d'emprunter pour empêcher de produire ? Â" i donn'in pti moné pou rest out caze , Père Noel pa tout' temps kan mêm'?Â"), objectif de l'actuelle mascarade. (Avec déjà 3000 milliards â"¬ de dette soit environ 120 à 130% du PIB et la dette COVID en supplément, comment fera-t-on pour s'en sortir, sans vendre son Â" âme Â" ?)Pandémies naturelles, (quand ce n'est pas provoquée déclaration d'un Prof épidémiologiste Japonais ?!), nous les avons subies et les subirons hélas, existe-il un traitement efficace, malgré les tergiversations, Non. (En début de crise : le journaliste Bazi.. et le Prof Henri Joyâ?|déclaraient, avec ou sans masque, il y aura au moins 80 000 décèsâ?|).En conclusion le principal rÃ'le du syndicat, en plus de l'amélioration des conditions de travail, sans vouloir toutefois remplacer le salarié par un robot,, c'est d'exiger une meilleure répartition des richesses produites, tout en préservant l'outil de travail, comme cela a été le cas en mai 68, mais pas de cautionner la perte d'activité. Quand le E. commerce aura tout remplacé â?| ?!