Courrier des lecteurs de Jean Claude Comorassamy :

19 milliards seront injectés pour sauver notre système de santé


Publié / Actualisé
L'annonce a été enfin faite hier par le premier Ministre Jean Catex, suivie d'un communiqué de presse, que les établissements de santé, EHPAD comme les hôpitaux bénéficieront une injection de 19 milliards sur 10 ans pour sauver notre système de santé.
L'annonce a été enfin faite hier par le premier Ministre Jean Catex, suivie d'un communiqué de presse, que les établissements de santé, EHPAD comme les hôpitaux bénéficieront une injection de 19 milliards sur 10 ans pour sauver notre système de santé.

C’est ainsi que le 1er Ministre a voulu donner un coup d’accélérateur, au regard de cette crise sanitaire, en lançant la deuxième phase du Ségur de la santé, déclarant "avoir pris conscience de la nécessité de transformer, moderniser et adapter" le système hospitalier, et aussi de le "préparer pour les défis de l’avenir". "Tout citoyen doit pouvoir disposer au bon endroit et au bon moment d’une offre qui répond à ses attentes, cela signifie que les ressources de notre système doivent être correctement réparties sur le territoire". Il a souligné l’importante d’une offre de santé de "proximité". "Transformer le système, c’est aussi mieux prendre en compte le quotidien des patients et des malades, renouveler les petits équipements, et améliorer la qualité des soins", a-t-il défendu.

Déconcentration accrue vers l’ARS

Un montant sans précédent pour notre système de santé qui avait besoin d’oxygène pour survivre. Ainsi il précise d’un découpage en quatre volets : modernisation de l’offre hospitalière à hauteur de 9 milliards, prise en charge des personnes âgées (autonomie, maintien à domicile, maisons de soins et EHPAD) hauteur d’1,5 milliard sur 5 ans, la transition numérique (2 milliards sur 3 ans) et la reprise de dette hospitalière (6,5 milliards sur 10 ans). On note qu’une grosse partie de l’enveloppe sera consacrée à la reprise de la dette hospitalière.

Le gouvernement vante également son " changement de méthode", par une " déconcentration " accrue de la décision pour tous les projets dont le montant est inférieur à 150 millions d’euros. A charge aux ARS d’élaborer avant la fin de l’année " une stratégie " et de " sélectionner les projets qu’elles considèrent comme prioritaires et devant faire l’objet d’un soutien budgétaire ".

Ainsi, aujourd'hui s’ouvre un nouveau chemin. Espérons simplement que dans cette étape importante, une collaboration constructive de l’ensemble des acteurs de santé pour préparer les grands défis de demain.

Jean Claude Comorassamy

   

2 Commentaire(s)

Eleferosi, Posté
C'est bien de faire des annonces surtout quand il ne sera plus là pour les appliquer dans 3-5 ans !
Jean Claude, Posté
Bonjour, pour informations d'après le communiqué de presse du gouvernement, prévus pour les Îles, 252 millions d'euros pour la Réunion, tandis que la Martinique 448 millions, Guyane 138 millions, et Mayotte que 65 millions...source du site du gouvernement.