Courrier des lecteurs de Bruno Bourgeon :

Le QR Code de l'exclusion


Publié / Actualisé
La Commission européenne va lancer le Pass Sanitaire le 17 mars. Comme d'habitude, la communication est brouillée de façon à ce que la population ne comprenne rien de ce qui l'attend.
La Commission européenne va lancer le Pass Sanitaire le 17 mars. Comme d'habitude, la communication est brouillée de façon à ce que la population ne comprenne rien de ce qui l'attend.

Depuis un an, les pouvoirs publics et les médias se sont acharnés à faire croire à la population :

- Qu’un virus extrêmement dangereux et mortel circulait
- Que nous n'avons plus de système immunitaire naturel pour nous protéger de ce virus
- Qu'il n'existe aucun traitement
- Que seul le vaccin peut nous sauver et nous autoriser à revenir à une vie normale
- Que le Pass Sanitaire permet de gérer mieux les épidémies

Rien de tout cela n'est vrai. Quel est donc le but de ces mensonges sinon de guider les populations vers une issue précise ? Cette issue serait l'obligation de détenir un QR Code, un " passeport " pour avoir accès aux droits imprescriptibles qui sont les nôtres depuis notre naissance. Faisant ainsi de ceux-ci des droits conditionnels. Mesurons la portée d'un tel renversement : une poignée de dirigeants s'octroient le pouvoir de modifier ce qui est la base des
Droits de l'Homme ! Et ceci, en usant de procédés manipulatoires. Le président Macron a ainsi prétendu qu'il n'était pas favorable à l'obligation vaccinale et les Français se sont sentis soulagés. Il a transformé l'appellation " Passeport Vaccinal " en " Passeport Sanitaire " qui semble bien plus anodin.

Pourtant :

- Il faut comprendre que ce passeport est la clé de voûte de l'oppression : à partir du moment où chacun(e) détiendra ce document, c'est à dire sera fiché(e), ses données de santé seront intégrées aux bons soins des GAFAM et la règle sera de le présenter partout pour pouvoir se déplacer ou accéder à un service : nous serons TOUS à la merci des pourvoyeurs du passeport.

- Il faut comprendre que s'il parvient à se généraliser - et cela dépend uniquement de notre acceptation- rien ne permettra plus ensuite de refuser les exigences supplémentaires, liées à son attribution.

Au début, par exemple, il suffira d'avoir un test négatif au Covid pour pouvoir détenir ce passeport et pouvoir voyager, entrer dans un restaurant. Les gens accepteront car " ce n'est pas trop demander " pour pouvoir enfin circuler librement. Une fois que cela sera entré dans les mœurs, qu'une majorité détiendra le passeport, le vaccin sera exigé pour conserver ce passeport. Comment dès lors revenir en arrière puisque toutes les compagnies de transport, les magasins, les restaurants, les salles de loisirs, etc., auront entre temps adopté le dispositif ? Refuser le vaccin signifiera la mort sociale.

Puis, le vaccin pourra être rendu obligatoire tous les six mois (comme annoncé déjà en Israël). Ce sera ensuite pour se rendre au travail. Enfin il faudra se vacciner pour d'autres maladies (une manne inépuisable pour Big Pharma), et puis quoi encore ? Dès lors que nous acceptons collectivement ce Pass Sanitaire, TOUT pourra être exigé. Et le prix du refus sera toujours plus élevé. Certains croient aux promesses et se disent que " ça ne se produira pas en France ". Détrompez-vous : la France, avec l'Allemagne, Israël et le Québec, fait partie des pays en pointe dans la réalisation de cet agenda. La communication gouvernementale est juste plus manipulatrice et sophistiquée.

Résister n'exige pourtant pas de défiler ou tout casser : il suffit de dire NON et le faire savoir. Mais cela exige de ne pas avoir PEUR de tout perdre momentanément : boulot, allocation, retraite, possibilité de voyager, de se distraire, etc. Rassurez-vous, vous n'êtes pas seul(e) et naturellement, les récalcitrant(e)s s'organisent déjà pour s'entraider. En sachant que, de toute façon, nous allons tout perdre en acceptant ce Pass Sanitaire : car il est seulement un moyen de chantage pour nous faire accepter d'être à la merci, fiché, surveillé, fliqué, et de disposer de nos
données de santé jusqu'ici inviolables.

Que les commerces, les infrastructures de tourisme, de sport, les théâtres, les salles de concert, les entreprises prennent bien conscience de cela : ils sont actuellement utilisés pour imposer le fichage. Une fois ce fichage obtenu, tout ce qui est destiné à disparaître (la classe moyenne et ses activités et ressources indépendantes) sera anéanti. Il ne devra rester que des multinationales et les esclaves.

Nous n'avons PAS BESOIN de ce Pass. Si nous le refusons collectivement, les initiateurs de ce chantage devront simplement admettre qu'ils ne peuvent PAS nous FORCER à vivre comme ils le souhaitent.

Ce Pass Sanitaire constitue aussi une violation très grave de notre Constitution et des Droits de l'Homme en instituant des droits pour une catégorie de la population, droits qui seront refusés à une autre partie de la population. Il rompt l'Egalité en Droit pour tous, fondement de notre Constitution. Il instaure donc un état de non-droit, c'est à dire la Loi du plus fort. Dès lors il permet la résurgence des " camps de concentration ", sous différentes formes et
appellations, pour ceux qui regimbent. Voyez ce qui se passe en Allemagne et au Québec. Alors, que voulons-nous collectivement ? A ceux qui sont déjà déterminés à refuser mais s'inquiètent d'une acceptation générale, nous pouvons dire ceci : la lutte pour conserver et défendre la DIGNITE humaine et l'Etat de Droit peut prendre du temps mais ne peut PAS échouer. Car elle est du côté de la Vie.

Beaucoup de choses en ce moment adviennent sous les radars médiatiques, et vont dans le sens de l'instauration d'un nouveau paradigme et d'institutions ad hoc. Ceux qui risquent de devenir aujourd'hui des citoyens de seconde zone avec ce Pass Sanitaire pour avoir refusé le chantage, sont les pionniers de l'avènement du monde HUMAIN de demain. Le côté extrêmement positif de tout ceci, est de permettre à chacun(e) de grandir et à l'humanité
de devenir adulte. Jusqu'ici, une majorité des humains s'est maintenue dans un état d'obéissance à des leaders, des chefs, des gouvernements, des instances internationales non élues, etc., par PEUR des représailles, sans jamais réaliser que nous sommes des milliards et que ces dirigeants sont une poignée insignifiante.

Le pouvoir de cette minorité ne repose pas sur sa police ou son armée, mais sur notre consentement. Sans notre consentement, même sa police et son armée ne peuvent rien contre, ne serait-ce que, des millions de gens déterminés. Notre seul travail consiste à devenir capable de dire NON fermement. C'est un travail très difficile, mais ensemble nous pouvons nous entraider et réussir. Et comme le mentionne le journal La Dépêche du Midi du 7 mars, le QR Code pourrait devenir le " le QR Code de l'exclusion ", non pas des récalcitrants, mais des obéissants, tracés, vaccinés eux-
mêmes !

   

6 Commentaire(s)

André, Posté
Excellent article ! Je souhaite vous transmettre un article par mail. Pouvez-vous me communiquer votre adresse svp ' Merci d'avance.
Remymoncalecon, Posté
Tout a fait vrai Manipulation extrême des gouvernements faut réagir .Aux armes citoyens
En colère, Posté
la rue, c est dans la rue que ça se reglera ! Là je pense que ça y est nous avons atteint le fond! A quoi ça sert de vivre si c est sous condition ? J'en appelle à la reppnsabilité de tous , nous sommes responsables de ce monde, de nos vies et ce que nous laisserons à nos enfants. On nous fait miroiter le retour à la vie normale , mais on sait tous que c est faux , tant qu on laissera continuer a nous rabaisser et utiliser comme des cobayes
Mékoué, Posté
Docteur BOURGEON hélas vous avez entièrement raison de tirer ainsi la sonnette d'alarme sur la LIBERTÉ du Citoyen en péril extrême et de plus en plus menacé actuellement. Dans cette affaire la santé n'est que prétexte pour faire peur inutilement, car "la lime à épaissir n'existe pas tout comme le remède miracle préservant de la mort". Il est plus probable que par les stratégies mises en place, "on" travaille à rendre caduc la loi de Nuremberg de 1947 ainsi qu'à l'art 3 des droits de l'homme, stipulant qu'aucun acte médical ne sera prescrit sans le consentement libre et éclairé du patient. Il va sans dire là que sans "Pass Sanitaire" en cours d'élaboration, le citoyen aura à subir beaucoup d'interdits dans la vie courante. Puis il est difficile de croire que le Professeur MONTAGNIER, en disant le 17/12/2020, attention nous n'avons pas suffisamment de recul pour jauger de l'efficacité du vaccin ARNm, raconte des bêtises?Docteur BOURGEON merci pour ce combat, néanmoins quand au moins les 3/4 de la population ne font que suivre les directives officielles, on se retrouve dans la situation de John SNOW en 1849 à Londres face à l'incrédulité des officiels, quand il déclara que le vecteur de l'épidémie choléra était dÃ" à la qualité d'eau distribuée par les réseaux alimentant la ville... de 1849 à 1883 il avait tord pour avoir ensuite raison...et pendant ce temps, l'hécatombe n'a pas été jugulée ?! Normalement les personnes qui ont raison sont toujours minoritaires..., Paraît que l'immunité naturelle qui vient de faire traverser gaillardement la pandémie COVID, à la Soeur André de 117 ans Ehpad de Toulon, eb ben faut plus trop y compter ???!
La vérité, Posté
MERCI
Romu, Posté
je diffuse le plus possible ce texte