Tribunale libre d'Emmanuel Doulouma :

75 ans de départementalisation et ensuite ?


Publié / Actualisé
La départementalisation a permis le développement rapide de notre territoire... parfois même trop rapide selon certains ! Si nous ne pouvons réfuter les avancées sociales et les grands projets d'aménagement réalisés, nous constatons également que notre ile va mal : déracinement identitaire, chômage de masse, pouvoir décisionnel encore trop centralisé et éloigné, difficulté d'accession à la propriété, cherté de la vie...
La départementalisation a permis le développement rapide de notre territoire... parfois même trop rapide selon certains ! Si nous ne pouvons réfuter les avancées sociales et les grands projets d'aménagement réalisés, nous constatons également que notre ile va mal : déracinement identitaire, chômage de masse, pouvoir décisionnel encore trop centralisé et éloigné, difficulté d'accession à la propriété, cherté de la vie...

Ces maux profonds creusent des écarts et des inégalités de plus en plus importants au sein de la société réunionnaise ainsi que des disparités de plus en plus prononcées avec la France hexagonale ...

Les bienfaits de la départementalisation arrivent-ils à bout de souffle ?
Le droit commun est-il le meilleur cadre pour apporter une réponse aux problèmes spécifiques quotidiens des réunionnais ?

En 1981, François Mitterrand disait à propos de la décentralisation :
" La France a eu besoin d’un pouvoir fort et centralisé pour se faire, elle a aujourd’hui besoin d’un pouvoir décentralisé pour ne pas se défaire ".

Aujourd’hui, cette déclaration ne raisonne-t-elle pas plus fort à l'oreille des réunionnais, français d’outre-mer ?

La décentralisation est une forme d'autonomie territoriale. Le Réunionnais ne doit plus avoir peur de vouloir renforcer cette autonomie décisionnelle ! Pendant longtemps certains hommes politiques ont joué sur la peur des Réunionnais en entretenant l'amalgame entre indépendance et autonomie. Français je suis, français j’entends le rester, mais je souhaite que les spécificités réunionnaises soient reconnues dans le cadre de la République ! Pour cela, nous devons nous désimprégner d’une partie du droit commun afin d’intégrer un droit spécifique adapté à nos particularités et nécessaire au développement endogène de La Réunion...

Art. 74 de la constitution "Les territoires d'Outre-mer de la République ont une organisation particulière tenant compte de leurs intérêts propres dans l'ensemble des intérêts de la République."

De plus, cette adaptation " tenant compte des intérêts propres " des réunionnais devient incontournable dans le contexte sanitaire et écologique mondial. La crise de la covid-19 a démontré les failles du système sanitaire et décisionnel encore trop " parisien ". La crise climatique qui s’amplifie fait que La Réunion territoire tropical de l’hémisphère sud, devra apporter des réponses différentes et spécifiques par rapport à l’Hexagone.

Face ces grands défis locaux, nationaux et mondiaux, c’est d’abord des solutions réunionnaises qui pourrons y répondre !

Emmanuel Doulouma
Porte-Parole de Saint-Pierre Plus Verte


 

   

1 Commentaire(s)

John, Posté
L'esclave existe toujours sur la Réunion avec la France