Tribune libre de Philippe Naillet :

Loi Climat : "j'ai voté contre ce texte"


Publié / Actualisé
Ce mardi 4 mai, les députés se sont prononcés sur le projet de loi "portant lutte contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets" appelé plus communément projet de loi Climat. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Ce mardi 4 mai, les députés se sont prononcés sur le projet de loi "portant lutte contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets" appelé plus communément projet de loi Climat. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Après deux mois d’examen en commission et dans l’Hémicycle, de multiples auditions de citoyens, d’associations, d’entreprises, nous avons eu droit à un texte final dénué d’ambition.

Pourtant, plus qu’ailleurs, par la richesse de notre territoire en termes de biodiversité, nous connaissons l’importance des enjeux liés au dérèglement climatique et l’urgence d’y répondre de manière forte et juste.

Alors que le président de la République promettait une reprise “sans filtre” des mesures de la Convention Citoyenne pour le Climat (CCC), une très grande majorité d’entre elles ont été exclues du projet de loi. C’est le cas de l’Écocide porté par les socialistes depuis plus d’un an, recommandé par la CCC et devenu un simple délit à la portée amoindrie par ce texte et bien d’autres mesures qui ne prendront effet que d’ici une voire deux décennies. Les quelques avancées ne répondent pas à l’urgence climatique.

C’est pourquoi, durant l’examen de ce texte, en plus des 500 amendements que j’ai cosignés, déposés par mes collègues socialistes ou d’autres groupes politiques, j’ai eu l’occasion de déposer et défendre plusieurs dizaines de propositions notamment afin que des mesures prises généralement pour l’Hexagone soient adaptées à la réalité de notre île, de notre climat, de nos contraintes et de nos opportunités. Nos amendements permettaient, entre autres, de permettre l’affichage environnemental pour favoriser les produits locaux, une réduction drastique d’importation de plastique sur notre île grâce à la réintroduction de la consigne, de créer un prêt à taux 0 permettant aux ménages modestes l’achat d’un véhicule non polluant ou encore la mise en place d’une prime climat en faveur de la rénovation énergétique de tous les logements français.

Ces nombreuses propositions devaient permettre un véritable accompagnement de nos concitoyens les plus fragiles afin d’être tous acteurs d’une transition écologique et solidaire. Elles devaient répondre aux engagements et à l’objectif de la neutralité carbone.

Mais ni le Gouvernement, ni sa majorité parlementaire n’ont été au rendez-vous. Même si ce texte a quand même été adopté, il a fait l’unanimité contre lui pour ceux qui ont pris conscience des enjeux. Pour ces raisons, après la première lecture de ce projet de loi sans cohérence et sans ambition, j’ai voté contre ce texte.

Philippe Naillet

   

2 Commentaire(s)

Le Dionysien, Posté
Monsieur le Député,Avant de critiquer à tout bout de champs, les propositions en faveur de l'environnement.... Soutenez et engagez vous dans une démarche de respect et de propreté sur un secteur que vous connaissez bien, sin dni (Saint Denis) jonché de déchets, de carcasses de voitures, etc...notamment sur bellepierre... Faites prendre conscience à tous ces cassos, l'urgence d'arrêter de salir notre cadre de Vie. Merci par avance. Salutations respectueuses.
La vérité si je mens !, Posté
Ce mec risque de prendre un vent par mauvais temps