Tribune libre d'Alliance police nationale 974 :

Elections départementales et régionales : "le volet sécuritaire doit être évoqué"


Publié / Actualisé
Mesdames, Messieurs les candidats aux élections départementales et régionales. Si les débats pour les élections à ces deux assemblées portent principalement sur la solidarité et cohésion sociale, l'éducation, l'aménagement et transports ainsi que les actions culturelles et sportives, il n'en demeure pas moins que le volet sécuritaire doit être évoqué dans un contexte particulièrement anxiogène. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Mesdames, Messieurs les candidats aux élections départementales et régionales. Si les débats pour les élections à ces deux assemblées portent principalement sur la solidarité et cohésion sociale, l'éducation, l'aménagement et transports ainsi que les actions culturelles et sportives, il n'en demeure pas moins que le volet sécuritaire doit être évoqué dans un contexte particulièrement anxiogène. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

C’est d’ailleurs ce qu’estime Dominique Bussereau, président de l’Assemblée des départements de France (ADF), qui le 24 février 2021, lors d’une rencontre avec le Club des directeurs de sécurité des entreprises (CDSE), indiquait:" enjeu clé de l’attractivité des territoires, la sécurité est indiscutablement un facteur de leurs développements. Elle génère de la confiance pour que les populations s’y établissent ou pour qu’une économie touristique y soit pérenne. Les notions de sécurité touchent les Départements dans leur fonctionnement quotidien ".

Ce point de vue est également partagé par le syndicat Alliance Police Nationale Réunion.

Raison pour laquelle, pour pallier aux manquements sécuritaires constatés sur le territoire réunionnais,  notre organisation souhaite aller plus loin en suggérant plusieurs axes de propositions qui sont les suivants :

1) La création d’une compagnie départementale d intervention basée dans le sud de l’île semble devenue indispensable et ce pour plusieurs raisons.

D’abord parce que nul n’est censé ignorer que le front de mer Saint-Pierre attire énormément de fêtards les week-end et particulièrement la nuit, entraînant insécurité, violences, et trafic de stupéfaints.

Ensuite parce que le territoire du sud a pour ambition d’être de plus en plus attractive avec notamment la volonté d’une part du Syndicat Mixte de l’aéroport de Pierrefonds de relancer l’aéroport sudiste, et d’autre part de faire de cette même zone un grand pôle économique à vocation régionale avec notamment l’aménagement toujours à Pierrefonds, d’une importante zone industrielle et artisanale ( gare, multiplexe, restaurants, palais des congrès).

La création permanente d’une compagnie départementale d intervention (CDI ) permettrait ainsi de rassurer la population de par la présence constante d’effectifs sur le terrain, mais également une intervention rapide en cas de difficultés. La crise des gilets jaune a permis de mettre en évidence l’isolement de la circonscription de sécurité publique de Saint-Pierre, avec toutes les difficultés d’y envoyer les renforts.

2) Autre proposition pour améliorer la sécurité à la Réunion, l’instauration d’une antenne de la police aux frontières au Port de la Rivière des galets.

-En effet, La Réunion, considérée comme le territoire aux 1000 paysages est devenue une destination d’émotions, appréciée de plus en plus par les touristes du monde entier. Pour preuve, l’augmentation avant la crise sanitaire, du nombre de croisiéristes arrivant sur la gare maritime du Port grâce notamment au projet des ILES VANILLES. Le développement touristique et de ce fait économique de l’île, passera obligatoirement par une sécurisation régalienne du port de la Rivière des Galets.

De plus,  cette activité transfrontalière prenant de plus en plus d’ampleur,  le site de la Rivière des galets est devenu par voie de conséquence, un lieu de passage particulièrement sensible en matière de lutte contre l’immigration clandestine. L’arrivée de migrants srilankais sur le territoire réunionnais en est la parfaite illustration. Dans ce contexte, Seuls des fonctionnaires de la  police aux frontières, formés en la détection de faux documents, sont les plus à même à effectuer de façon plus approfondie, aux missions de contrôle des pièces d’identités des passagers.

Enfin, le port de la Rivière des galets est devenu une véritable plaque tournante de trafic en tout genre tels que notamment de stupéfiants et d'armes. La Réunion ne doit pas devenir une banlieue du 93.

3) Une nouvelle répartition entre les forces de police et de gendarmerie doit également s’opérer à la Réunion .
En effet, la loi d’orientation et de programmation relative à la sécurité (LOPS) de 1995, ainsi que ses textes d’application (décrets 96-227 et 96-628 du 19 septembre 1996), ont posé les principes de la répartition des tâches et des zones entre la police et la gendarmerie. Il s'agit notamment d'élargir les zones de compétence de la Police nationale à la périphérie des grandes villes, et à donner une compétence générale à la Gendarmerie nationale sur les zones rurales, y compris les villes moyennes,  jusqu'à 20 000 habitants. Les départements d’outre-mer n’échappant pas à cette règle.

Or, force est de constater, qu’à la Réunion plusieurs communes dépassent déjà cette limite, telles que Saint-Paul (104 000 habitants),  Le Tampon (76 000 habitants), Saint Louis (52 000 habitants), Saint-Joseph ( 38 000 habitants) et que celles-ci entrent donc dans les critères d’un redéploiement Police-Gendarmerie. Le livre blanc de la sécurité publié l'année dernière par le ministère de l'intérieur préconisant un nouveau seuil de 40000 habitants par commune au bénéfice des zones police. Mais on delà des textes, Alliance police nationale veut mettre en avant une cohérence de répartition des forces de l'ordre, une cohérence opérationnelle et un encrage fort sur le territoire de policiers connaissant les us et coutumes. Un courrier  a été présenté et signé par des élus, nous continuons les rencontres et espérons avoir la signature de toutes les personnes se sentant concernées par la sécurité à la Réunion.

4) Enfin, une nouvelle orientation politique sécuritaire ne pourrait être envisagée sans évoquer un rapprochement police-population. Rapprochement qui ne pourra se réaliser que par une présence plus accrue des fonctionnaires de police sur le terrain, permettant une plus grande proximité avec les citoyens, commerçants, élus, avec par conséquent un dialogue renoué.

Sans oublier les actions de prévention auprès de la jeunesse, et notamment par le biais d’interventions de policiers référents en matière de prévention contre l’usage de stupéfiants, de cybercriminalité, harcèlement scolaire ainsi qu’en matière de sécurité routière au sein des collèges et lycées.

Aussi, au regard de ce qui a été évoqué, notre organisation souhaiterait connaître les points de vue des différents candidats aux prochaines échéances départementales et régionales sur nos propositions, afin que chaque électrice et électeur puissent faire leur choix.

Notre organisation syndicale, souhaite des engagements forts afin de créer une synergie pour la sécurité de notre belle île.

Alliance police nationale a déjà entamé un travail et souhaite aller au bout du chemin.

Pour nous la sécurité est une priorité, sécurité des citoyens comme celle des policiers.

À l'heure où la police ne cesse d'être la cible de tous les maux de la société, à l'heure où la police paie un lourd tribu face à des personnes en perte de repères, il est important de porter des valeurs et de préparer au mieux l'avenir de notre jeunesse.

Pour alliance Police Nationale Réunion, il n’y aura ni liberté, ni développement économique social et culturel sans sécurité.

Idriss RANGASSAMY
Alliance police nationale
Secrétaire départemental 974

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !