Tribune libre :

Vanessa Miranville soutient l'économie sociale et solidaire et l'économie circulaire


Publié / Actualisé
Le vendredi 7 mai 2021, lors d'un déplacement consacré à l'économie sociale et solidaire (ESS) et à l'économie circulaire, Vanessa Miranville s'est rendue chez l'association Ti Tang Récup' et la société Solyval. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
Le vendredi 7 mai 2021, lors d'un déplacement consacré à l'économie sociale et solidaire (ESS) et à l'économie circulaire, Vanessa Miranville s'est rendue chez l'association Ti Tang Récup' et la société Solyval. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Bien connue des Réunionnais, l’association Ti Tang Recup (TTR) a été fondée par deux anciens demandeurs d’emploi. Souhaitant jouer un rôle actif dans la protection de l’environnement et l’insertion socio-professionnelle des chômeurs, l’association collecte, trie, transforme et exporte des Textiles, Linge de maison et Chaussures (TLC) usagés. Grâce à elle, plus de 4000 tonnes de TLC ne sont plus enfouis dans les sous-sols réunionnais, chaque année. Depuis 2013, date de sa création, l’association n’a cessé de grandir : elle emploie désormais 150 personnes contre 12 à son démarrage.

Cette visite matinale dans les locaux Saint-Paulois de l’association a été l’occasion pour Vanessa MIRANVILLE, accompagnée de quelques-uns de ses colistiers (Virginie LEPETZ, Florent HURHUNGEE, Elodie COLLONGE), de discuter avec les employés présents de leurs missions quotidiennes et, bien sûr, d’échanger sur la manière dont Ti Tang Recup (TTR) collecte et retraite les produits qui terminent dans ses entrepôts. L’association a eu à cœur de présenter tout son savoir-faire : en plus de vendre d’anciens vêtements au kilo à certains visiteurs, TTR fabrique aussi des chiffons de différentes qualités pour répondre aux besoins des industriels locaux.

" Contrairement aux préjugés tenaces sur l’économie sociale et solidaire, nous sommes, comme tout autre acteur de l’économie réunionnaise, capables d’excellence : nous travaillons actuellement en partenariat avec un grand hôtel réunionnais pour donner une seconde vie à ses textiles usagés, en les transformant en de nouveaux produits pour ses employés et ses clients ", affirme Jean-Pierre UTZERI, Président de Ti Tang Récup.  

La matinée s’est poursuivie chez SOLYVAL / SOLYGOM. Du côté du Port cette fois-ci, Vanessa MIRANVILLE a été accueillie par Johnny LAW-YEN, multi-entrepreneur réunionnais à succès et PDG du groupe familial SOLYNVEST - auquel sont rattachés SOLYVAL et SOLYGOM. Pionniers de l’innovation en économie circulaire à La Réunion, SOLYGOM et SOLYVAL œuvrent chaque jour pour donner une nouvelle vie à nos pneus usagés, en les transformant en " chips de pneus ", en pavés autoblocants, en tapis muti-usages, en bordure de jardin ou encore en butée de parking. Les produits de SOLYGOM sont principalement vendus aux entreprises de BTP et aux collectivités. Les Réunionnais peuvent aussi les retrouver dans les enseignes de bricolage.

" Notre process de retraitement des pneus va de leur collecte jusqu'à la vente d'un nouveau produit fini. Ce dernier pourra, après quelques années, lui-même être retransformé en matière première. Nous sommes clairement dans une logique vertueuse de développement durable " se félicite Johnny LAW-YEN. Et le chef d’entreprise ajoute " toute entreprise doit avoir une mission, une raison d'être. La nôtre, c'est d'avoir un impact durable sur notre territoire et d’apporter des solutions écologiques pour les générations futures ".

Johnny LAW-YEN a profité de cet échange avec la candidate de CREA (Citoyens de la Réunion en Action) pour évoquer les quatre sujets sur lesquels la Région devrait se positionner pour améliorer le quotidien des chefs d’entreprise réunionnais : faciliter l’accès au foncier ; accélérer le délai de traitement des dossiers par l’administration ; augmenter l’octroi de mer sur les produits importés qui viennent directement concurrencer des produits fabriqués localement ; favoriser les entreprises qui investissent localement et contribuent au développement du territoire.

Des mesures qui font parfaitement écho au programme de CREA aux Régionales, notamment sur l’octroi de mer et le soutien public aux entreprises réunionnaises qui agissent positivement pour le développement du territoire. En effet, pour Florent HURHUNGEE, Virginie LEPETZ et Elodie COLLONGE, tous trois colistiers sur la liste CREA aux régionales, " à l’avenir, dans la même logique de la stratégie du bon achat (SBA), les marchés publics devraient être rédigés de façon à soutenir et favoriser les acteurs économiques locaux qui créent de l’emploi et de la valeur dans notre île ".

   

1 Commentaire(s)

RAJIM, Posté
Tout simplement en l'avenir de toute l'île ! C'est-à-sire que elle est la seule personne capable de bien gérer la Région !